DECODA(NA)GES n°54 – 30 mars 2017

Petit Numéro anniversaire, le 54, pour fêter les 4 ans de DECODA ! Déjà…

 

Numéro qui peut être consulté en rubrique « Archives », sous rubrique « Numéros antérieurs ».

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Accueil

Une réponse à “DECODA(NA)GES n°54 – 30 mars 2017

  1. J’ai cru entendre par quelques bavasseries sur les ondes que Martin Schultz aurait dit qu’il soutenait Benoit Hamon…
    Il va falloir vérifier ça car alors, quand les allemands vont apprendre ça, il ne risque plus de gagner contre Merkel le Martin… déjà qu’aux élections locales en Sarre ce fut un coup d’arrêt aux tendances sondagières, là c’est un suicide…
    Par ailleurs je ne résiste pas au plaisir de vous donner à lire la lettre de Philippe Torreton à Hamon et Mélenchon… trop drôle et trop vraie :

    « Chers Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ,
    Cette petite lettre pour vous témoigner mon admiration. Vous êtes tous les deux en campagne, vous arpentez la France, vous répondez à des milliers de questions dont certaines – loin des orientations journalistiques – ont le regard déchirant de la sincérité. Dans le dévouement, vous ne voyez plus vos proches ou si peu, mal, en coup de vent, vous revenez chez vous stressé, crevé, énervé en pensant déjà au meeting ou à l’émission du lendemain.
    Vous craignez la redite, le mot de trop ou de travers, le faux pas. Vous cherchez des idées neuves, des trucs à faire qui n’ont pas été faits, un hologramme par-ci, un loto de questions par-là, et pourtant l’un comme l’autre vous savez que vous ne gagnerez pas l’élection.
    Comment faites-vous ?
    Toute cette énergie pour vous disputer la quatrième ou cinquième place au soir du premier tour. Toute cette verve pour ne préparer finalement qu’un seul discours, celui de la défaite avec les consignes de votes pour le tour suivant qui se passera sans vous.
    Je vous suis de loin maintenant, car sans union vous ne m’intéressez pas. Je vous entends expliquer que votre programme est juste et prometteur qu’il prépare l’avenir. Vous pourfendez vos adversaires de mots durs, vous pointez leurs incohérences et leurs fourberies, vous faites comme si. Je le concède, je reste estomaqué par votre art de faire semblant.
    Si j’avais été à votre place, j’aurais sans doute fulminé contre cet accord qui ne se fait pas, j’aurais tempêté, peut-être même, animé par une conscience vitale d’une urgence à changer la société et pour être conforme à mes déclarations, j’aurais eu l’abnégation de me retirer en invitant solennellement mes concitoyens à voter pour l’autre leader de gauche afin de ne pas faire partie du club des couillons qui font perdre leur camp.
    Mais avec vous deux, point de philippiques, au contraire vous avez cru bon d’entériner votre désaccord dans un resto chilien et de sceller un pacte de non-agression.
    La défaite en rase campagne certes, mais avec les manières… La classe !
    Et nous alors ? On fait quoi ? Nous qui ne faisons partie d’aucun fan club ? Nous, qui nous refusons à voter Macron dès le premier tour comme nous y invitent pourtant des gens sensés ? Nous qui sommes de gauche quoi que votre hauteur militante puisse en dire ?
    Que nous proposez-vous ? On va s’enfiévrer pour une quatrième ou cinquième place ? Donnez-nous vos pilules alors, car à jeun il n’est pas certain qu’on y arrive.
    J’ai bien une idée : quitte à perdre, autant voter pour vous deux, c’est-à-dire mettre vos deux bulletins dans notre petite enveloppe, un vote nul mais ne l’est-il pas déjà de toute façon.
    Bien à vous,
    Philippe Torreton »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s