Archives mensuelles : mai 2019

La boite à gifles ? Pas que…

 

Bravo pour la mobilisation lors de cette élection, c’est bon pour la démocratie qui ne vit pas que de RIC !

Ces Européennes resteront dans les annales par certains de leurs résultats (le laminage dans les grandes largeurs des « LR » et de la « France insoumise », ah la tête de Wauquiez et de Mélenchon hier sur le coup de 20h et quelques…).  Mais elles pourraient bien être aussi dans les annales  pour le tissu d’inepties ou de fausses évidences que répandent depuis hier 20 heures médias et commentateurs à courte vue sur « Qui a gagné ? » et « quoi ? ».

La réponse est donnée par un excellent article publié par TELOS dès aujourd’hui : les gagnants sont l’Europe et E. Macron et cet article explique lumineusement pourquoi. Mais ce n’est pas à la portée du premier neuneu venu ayant voté RN, sans même quitter son gilet jaune…

Car c’est aussi un autre enseignement que de regarder pour qui ont voté les rois des ronds-points. Pas de surprise de ce côté là sauf pour les naïfs qui y voient une nouvelle avant garde du prolétariat… « Pauvre Martin, pauvre misère » chantait Brassens.

Donc je m’en tiens à l’excellent article de TELOS auquel je renvoie purement et simplement comme correspondant à ce que je pense, sérieusement, face à ces résultats (en plus, génial, ça me dispense de devoir l’écrire)  :

https://www.telos-eu.com/fr/politique-francaise-et-internationale/les-deux-vainqueurs-dune-election.html

A froid, plus tard, on reviendra sur tout ça et sur la question de la gauche – façon puzzle – et de l’écologie – façon divine surprise –   mais là, de suite, on ne veut pas laisser monter un soufflet débile sans réagir. C’est fait.

Bonne lecture et réfléchissez y bien…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Accueil

Soutenez « La RECUPERIA » de Lucas… et votez bien !

 

DECODA s’engage une fois de plus et, cette semaine, l’engagement sera double.

Avant d’aller voter dimanche, soutenez « La RECUPERIA » de Lucas, l’auteur des fameuses « Brèv’vertes » sur ce blog !

Sur le site suivant :

https://lafabriqueaviva.fr/fr/project/2243/show#

Vous ferez une bonne action en faisant gagner un superbe projet. Regardez.

Facile, vous avez dix voix à donner, donnez les lui ! Ici et à Lyon,  on compte sur vous.

*

Et puis, après, vous irez mettre votre bulletin dans l’urne pour les européennes, le cœur plus léger car vous aurez donné dans le concret d’un projet pour la Planète…

Sur les enjeux de cette élection, je vous renvoie à l’analyse (remarquable) de J.L. Bourlanges que l’excellent site « Telos » vient de publier. Il me parait très bien synthétiser les 4 enjeux que beaucoup de nos acteurs politiques méconnaissent car peu les explicitent, par incompétence ou intérêt idéologique.

Il est de salut public de se référer à ce texte avant de mettre son bulletin dans l’urne, voire même pour se décider à y aller pour ceux qui doutent encore de la nécessité de le faire….

https://www.telos-eu.com/fr/politique-francaise-et-internationale/les-dimensions-dune-election-pas-comme-les-autres.html

A cet égard, je ne doute pas que, outre les pathétiques « listes zozo » qui prolifèrent avec quelques miettes comme perspective de suffrages récoltés ( et donc zéro députés), vous rejetterez les listes populistes de droite et de gauche, toutes autant qu’elles sont et choisirez une liste clairement républicaine favorable à une construction européenne conforme à notre modèle démocratique, laïque, économique et social, protecteur pour l‘Homme et la planète.

Il n’y en a pas cinquante…

Procédons donc par élimination une fois écartés les « listes zozo ».

Les nationalismes ont déjà eu un siècle entier pour répandre leur malheur, on a donc déjà donné. Virez-les de ce scrutin ! Tous, de droite ou de gauche. Les « Frexiteurs », franchement, on voit très bien à quel petit coin féminin pluriel on pourrait les envoyer si on n’avait pas l’idée démocratique chevillée au corps.

Ensuite, les listes adeptes d’une Europe qui ne pourrait qu’être, pour qu’elles y adhèrent, que sociale et de la gauche radicale (grosso modo une position à la Tsipras avant de devoir se coucher : « l’Europe, on la change ou on la quitte », n’est-ce-pas ?) nous condamnent à l’immobilisme, y compris au plan social, et au déclin derrière des bastions idéologiques d’un autre temps.  On ne les suivra pas non plus.

Compte tenu du poids de notre pays, à la différence de la Grèce, cette gauche  radicale condamne aussi l’idée même d’Europe unie avec la France dedans. Virons les aussi, lors de ce scrutin. Le dégagisme, en plus ils aiment ça qu’y disent, pour les autres. Faisons le leur donc goûter.

Ensuite, les adeptes à droite d’une Europe qui s’afficherait chrétienne me font autant vomir que les polonais qui, en leur temps,  pour échapper au totalitarisme soviétique se jetèrent dans les bras d’un pape… avant de devenir aujourd’hui i-libéraux… Comme quoi la bêtise peut-être quasiment sans limite même dans le temps long. La solution est dans et par la laïcité, pas dans l’antagonisme organisé entre les confessions, suivi  souvent de guerres de ces  mêmes religions. Donc exit les grenouilles de bénitiers idéologiques, même grimés en bel ami, et venues du Puy ou d’ailleurs en anorak rouge.

Ces républicains de droite (LR) se fichent en outre de nous par leur discours anti bruxellois démagogique puisque, depuis 60 ans, ils ont été aux manettes la moitié du temps dans la construction de l’Europe que nous connaissons. En réalité, une Europe aussi peu sociale que nous l’avons correspond parfaitement à leur projet politique (souvenez vous du programme du candidat Fillon). Donc exit aussi la liste LR…

Il ne reste donc plus qu’une alternative à votre choix si vous me suivez, soit le projet pour  l’Europe que propose Raphaël Glucksmann avec la partie sociale démocrate du PS par la liste dite « Place Publique », soit le projet pour l’Europe que propose Nathalie Loiseau avec la liste « Renaissance » de la LREM d’Emmanuel Macron. Les deux placent en outre l‘écologie, et pour la seconde avec quelques illustres écologistes qui l’ont rejoint, au cœur de leur projet.

Que demander de plus ?

En dehors de cette alternative, clairement on s’égarerait.

Le choix entre les deux termes de l’alternative maintenant. Vous ferez bien sûr ce que vous voudrez mais, pour information, je vous expose les motivations du mien.

Compte tenu des faibles différences qui les séparent en termes de projet pour l’Europe et du fait que ces deux listes se retrouveront au sein du groupe des socio-démocrates au Parlement européen sur la même ligne politique, le choix doit donc se régler au regard de la question de savoir si l’on doit, en votant pour une liste « Place publique » qui va faire à tout casser 5 ou 6%, laisser le Rassemblement National arriver en tête en France devant la liste LREM.

La problématique est la même pour toutes les listes quasi groupusculaire qu’une gauche éclatée a su produire dans sa déliquescence actuelle. Et elles sont aussi nombreuses qu’insignifiantes… Quant aux écolos à la Jadot, on n’en parle même pas car on n’aime pas les chapelles intégristes, même peintes en vert.

In fine voter pour tous ces groupuscules, c’est la garantie, à l’italienne, d’un tapage orchestré par une blonde qui a étalé son incompétence crasse,  il y a pas deux ans, ratatinée par un puceau en politique. Bref, elle en tête, on a le rouge de la honte garantit au front pour tous les vrais républicains…

Pour ce qui me concerne, et pour l’image et l’idée que je me fais de mon pays face au monde, après mure réflexion et une forme de déchirement, mon choix est fait. Je voterai utile, c’est à dire LERM, même si j’avais une préférence pour « Place publique » et je le ferai très clairement pour voter contre le Rassemblement National et pour le cantonner le plus possible. Je ne peux ps dire que je me fiche qu’il soit premier et superbement voter pour mes belles idées sans prendre en compte le danger que le RN représente ici et en Europe.

En outre, pour l’Europe, on n’a pas besoin des ces gens là au Parlement européen. Frexitons-les puisqu’ils aiment ça ! D’ailleurs ils n’y fichent  déjà rien de significatif, sauf truander les institutions communautaires pour en tirer du fric. Inutile d’en envoyer davantage.

 

*

 

Et puis, sur cette question de l’Europe, si vous voulez être témoin du débat qui a fait rage avec votre serviteur sur le site de l’amie philosophe  Catherine Kintzler allez voir son dernier article et notamment les commentaires que j’ai dû y mettre, pas tant contre elle que face aux positions de certains de ses lecteurs qui n’admettent pas mon point de vue dissident face à la tendance au repli nationaliste devant une Europe effectivement économiquement néolibérale que beaucoup désormais refusent mais que les électeurs en votant pour les partis conservateurs et libéraux choisissent… Pour tout dire, je me suis senti comme un peu seul, face au reste du monde et à toutes les tartes à la crème habituelles sur le sujet… Décidément les temps sont durs.

« Considérations sur l’Europe » de Jean-Claude Milner, lu par C. Kintzler

 

 

2 Commentaires

Classé dans Accueil

« Les Provinciales »

 

Par Jean-Michel Acchiardo

Elections provinciales en Nouvelle-Calédonie du 12 mai 2018 :

alors que les indépendantistes manquent de peu la majorité au Congrès du Territoire, le dégagisme sévit au sein des partisans du maintien dans la France !

 

NDLR : L’ami Jean-Michel, est également l’auteur en décembre 2014 dans ces colonnes d’un Numéro spécial hors-série (« Spécial Nouvelle Calédonie ») consacré à la situation institutionnelle de ce magnifique territoire  (https://francoisbraize.wordpress.com/decoda-n25-hors-serie-special-nouvelle-caledonie/) ; on s’y reportera au besoin si l’on souhaite voir reprécisées les règles et calendriers sophistiqués mis en place par les accords de Nouméa pour gérer politiquement  dans le consensus, alors que les positions sont radicalement antagonistes, un processus et une vie politique locale dès lors nécessairement complexes ; plus récemment, le 9 novembre 2018, il a commenté dans nos colonnes les résultats du référendum de novembre 2018 (voir à ce sujet son billet « Le coup passa si près que la chapeau tomba… » ; https://francoisbraize.wordpress.com/le-coup-passa-si-pres-que-le-chapeau-tomba/)

 

L’un des principaux enseignements de ces élections provinciales est que l’on a assisté ce dimanche 12 mai en Nouvelle Calédonie, à un grand chamboulement côté non indépendantiste, la droite « classique » humiliant la droite « modérée » en Province Sud, la plus importante des institutions locales en raison du poids économique et démographique de la région.

Par ailleurs, au sein de la mouvance indépendantiste, la prépondérance de « l’UNI-Palika »[1]continue de prévaloir en Province Nord par rapport à sa rivale de l’ »Union Calédonienne » composante du FLNKS et héritière de Jean-Marie Tjibaou, qui reste toutefois devant en Province des Iles bien que perdant deux sièges.

Autre fait majeur, un nouveau parti, le « Réveil océanien », parti communautaire assumé s’adressant à la population wallisienne et futunienne, est parvenu à sortir son épingle du jeu en Province Sud où la communauté wallisienne et futunienne, plus nombreuse que dans leurs îles d’origine, est fortement implantée[2].

Enfin, il faut également retenir que les non-indépendantistes, quoiqu’en recul, devraient conserver la majorité au Congrès du Territoire[3], faisant ainsi obstacle aux prétentions des indépendantistes qui espéraient renverser la situation, fort de leurs bons résultats lors du référendum du 4 novembre 2018. C’était l’un des grands enjeux de ces élections.

Telles sont les principales conséquences de ce scrutin, que l’on peut examiner avec un peu plus de précisions après avoir replacé ces élections dans le cadre des institutions de la Nouvelle Calédonie.

 

Le contexte

Les élections provinciales sont traditionnellement suivies par les calédoniens car elles déterminent la composition des institutions du pays dont l’organisation s’inscrit dans une sorte de construction gigogne :

  •  elles alimentent d’abord les Assemblées de Province (76 membres), qui ont une compétence de droit commun en intervenant sur toutes les matières qui ne relèvent pas de l’Etat ou du Congrès, comme par exemple l’enseignement primaire, le développement économique, les autorisations minières, la protection de l’environnement…
  •  ce sont ensuite les membres du Congrès (54) organe législatif du pays qui vote les délibérations et les lois de pays portant par exemple sur la fiscalité, la règlementation des prix, la procédure civile, les règles d’urbanisme etc., qui sont issus de ces assemblées provinciales ;
  •  c’est enfin un Gouvernement collégial (entre 5 et 11 membres) qui est élu à la proportionnelle par le Congrès, et dont le rôle est d’exécuter les délibérations et les lois de pays, sur lesquelles il a aussi l’initiative.

C’est dire l’importance de ces élections provinciales qui conditionnent la vie du pays, si on exclut les matières régaliennes toujours de la compétence de l’Etat, représenté par un Haut- Commissaire.

Elles revêtaient en outre une dimension toute particulière aujourd’hui comme étant les dernières avant la sortie de l’Accord de Nouméa[4]qui s’achèvera avant la fin de cette mandature de 5 ans.

A ce titre il est légitime de penser que les forces politiques les mieux représentées pèseront davantage dans les futures négociations qu’il faudra préparer avec Paris, comme vient de l’indiquer Edouard Philippe qui peut se satisfaire de la bonne tenue de ces élections à l’image de celle du référendum.

Pourtant seulement 66% d’électeurs se sont déplacés soit le plus faible taux jamais enregistré dans ce type d’élection[5].

Faut-il y voir la lassitude du citoyen face à la démocratie représentative à l’image des fâcheuses péripéties métropolitaines ? On peut y voir pour le moins[6]un certain désintérêt de l’électeur qui ne se mobilise vraiment que lorsque l’enjeu lui paraît important[7]comme le fait finalement l’électeur métropolitain pour les présidentielles.

 

Quoi qu’il en soit, les résultats ont apporté leur lot de nouveautés : la « purge » est à la mode !

. En Province Sud

« L’avenir en confiance » émanation de la droite historique en Nouvelle-Calédonie et héritière de Jacques Lafleur, sort grand vainqueur. Ses élus veulent « purger » (sic) ce qu’ils considèrent comme une menace notamment pour l’économie du pays en organisant au plus tôt les 2èmeet 3èmeréférendums prévus par l’Accord de Nouméa[8]!

Revenus aux affaires ils entendent bien mener la politique libérale qui leur a tant manqué ces cinq dernières années où « Calédonie Ensemble »[9]régnait en maître. Ils ont su s’entendre et mettre de côté leurs ambitions personnelles (jusqu’à quand ?) pour créer une coalition propre à faire tomber les sortants.

La déculottée est sévère pour l’ex-parti majoritaire : il passe de 16 élus (sur 40) à 9 tandis que « L’avenir en confiance » passe de 17 à 20[10]. Il paye certainement la politique menée par le gouvernement qu’il présidait, qui a fortement déplu aux acteurs économiques et qui n’a pas réussi à convaincre les consommateurs malgré les mesures adoptées pour lutter contre la vie chère[11]en particulier la mise en place d’une TVA locale (la TGC) à la place de plusieurs taxes douanières.

Avec 7 élus le FLNKS talonne désormais « Calédonie Ensemble » dans cette Province, qui voit l’émergence du parti « l’Eveil océanien » avec 4 élus, ce parti communautaire et de circonstance se positionnant bien loin du fameux « destin commun », maître-mot de l’accord de Nouméa !

. En Province Nord

L’UNI-Palika, quoique menacée gagne 1 siège avec 10 élus, l’Union calédonienne restant à 9. Ici aussi « Calédonie ensemble » enregistre un recul spectaculaire en passant de 3 élus à zéro. Une liste non indépendantiste, qui a annoncé se rallier à « l’Avenir en confiance », recueille les 3 derniers sièges de l’organisme.

. En Province des Iles

Entièrement acquise aux indépendantistes faute d’entente entre les partis opposés à l’indépendance, on constate une nette progression de l’UNI-Palika qui gagne 2 sièges (4) sur l’Union calédonienne (6 soit -2)[12]recul vraisemblablement en raison d’une erreur de « casting » de sa nouvelle tête de liste qui n’a pas fait l’unanimité. Le parti Travailliste de L.K. Uregei, qui avait appelé à boycotter le référendum de 2018 et qui incarne la ligne la plus dure chez les indépendantistes, conserve ses deux sièges.

Au total, le Congrès devrait rester non indépendantiste, avec une très courte majorité de 28 voix contre 26, bien que l’on ne puisse exclure qu’une majorité de circonstance (avec 3 élus de l’Eveil océanien sur les 4 de la Province Sud qui « montent » au Congrès) vienne, selon les sujets, troubler le jeu.

Les calédoniens attendent désormais que les élus prennent leurs responsabilités et fassent passer l’intérêt du pays avant les traditionnelles querelles d’égo et les prises de position partisanes tant sur le plan politique qu’économique, dans le Clochemerle calédonien.

Finalement, ces élections n’auront pas levé les doutes et la perplexité dans lesquelles se trouvaient les calédoniens, en particulier non indépendantistes, à l’issue du référendum du 4 novembre 2018.

 

Dernière minute :

Les élections des Présidents de Province se sont déroulées vendredi 17 mai et Sonia Backès, tête de liste « L’avenir en confiance » a été élue dans le Sud (23 voix) avec l’abstention notable de « Calédonie ensemble », l’inamovible Paul Néaoutyine de l’UNI a conservé son poste à l’unanimité en Province Nord et enfin, la tête de liste controversée de l’UC-FLNKS, Jacques Lalié a pris le poste en Province des Iles avec néanmoins 12 voix sur 14, l’UNI-Palika joignant notamment ses voix à celles de l’UC.

« L’Avenir en confiance » s’étant accaparé l’ensemble des postes de direction en Province Sud, de forts remous sont à prévoir du côté de « Calédonie Ensemble » qui s’estime lésée et qui a d’ores et déjà refusé la main tendue de Sonia Backès qui lui proposait le poste de Président du Congrès, considérant cette offre comme une aumône, car souhaitant le poste de Président du Gouvernement.

Le verrou du clivage « pour ou contre l’indépendance » pourrait donc bien sauter au Congrès… si, bien sûr, « Calédonie ensemble » franchit le Rubicon en votant pour un indépendantiste ou en s’abstenant ce qui reviendrait au même…

 

 

Notes de bas de pages

[1]Composante la plus à gauche du front indépendantiste, mais aujourd’hui moins radicale que dans le passé.

[2]22 000 wallisiens et futuniens vivaient en Nouvelle-Calédonie en 2014 (recensement) contre 11 500 (recensement de 2018) dans les îles d’origine.

[3]Sous réserve que le nouveau parti communautaire respecte ses engagements de campagne et que l’entente se réalise au sein des deux fractions rivales non-indépendantistes, ce qui n’est pas acquis si l’on en croit les premières rumeurs et déclarations !

[4]Sur l’accord de Nouméa se reporter aux Archives de DECODA (décembre 2014).

[5]Les Provinces ont été créées en 1988 à la suite des Accords de Matignon.

[6]Mais, en même temps, sans toutefois avoir la portée mobilisatrice d’une élection présidentielle, les élections provinciales sont pour la Nouvelle-Calédonie, comme on l’a dit, la clé de voûte du système électoral et cette moindre fréquentation des urnes peut inquiéter…

[7]Plus de 80 % pour le référendum du 4 novembre 2018.

[8]Ce qui ne manque pas de sel quand on sait l’attachement des indépendantistes à ces référendums (cf. DECODA billet du 9 novembre 2018 « Le coup passa si près, que le chapeau tomba… »).

[9]Parti de droite modérée, plutôt de centre droit qui prône avec constance le dialogue avec les indépendantistes.

[10]17 si l’on regroupe les deux listes autrefois séparées (8 et 9 sièges chacune) qui se retrouvent aujourd’hui réunies au sein de « L’avenir en confiance ».

[11]Ainsi l’UFC-Que choisir évalue par exemple le panier de la ménagère à plus de deux fois le prix en métropole (causes : éloignement mais aussi manque de concurrence, protectionnisme, coûts de production élevés, marges confuses).

[12]En 2014, la nouvelle tête de liste UC faisait 2 sièges et l’UC seule en avait 6, soit un total potentiel de 8.

 

Texte du billet en fichier joint

Provinciales 2019 en NC VD

2 Commentaires

Classé dans Accueil

Bêtiseland über alles !

Billet archivé en rubrique « Billets d’Actu »

2 Commentaires

Classé dans Accueil