Soutenez « La RECUPERIA » de Lucas… et votez bien !

 

DECODA s’engage une fois de plus et, cette semaine, l’engagement sera double.

Avant d’aller voter dimanche, soutenez « La RECUPERIA » de Lucas, l’auteur des fameuses « Brèv’vertes » sur ce blog !

Sur le site suivant :

https://lafabriqueaviva.fr/fr/project/2243/show#

Vous ferez une bonne action en faisant gagner un superbe projet. Regardez.

Facile, vous avez dix voix à donner, donnez les lui ! Ici et à Lyon,  on compte sur vous.

*

Et puis, après, vous irez mettre votre bulletin dans l’urne pour les européennes, le cœur plus léger car vous aurez donné dans le concret d’un projet pour la Planète…

Sur les enjeux de cette élection, je vous renvoie à l’analyse (remarquable) de J.L. Bourlanges que l’excellent site « Telos » vient de publier. Il me parait très bien synthétiser les 4 enjeux que beaucoup de nos acteurs politiques méconnaissent car peu les explicitent, par incompétence ou intérêt idéologique.

Il est de salut public de se référer à ce texte avant de mettre son bulletin dans l’urne, voire même pour se décider à y aller pour ceux qui doutent encore de la nécessité de le faire….

https://www.telos-eu.com/fr/politique-francaise-et-internationale/les-dimensions-dune-election-pas-comme-les-autres.html

A cet égard, je ne doute pas que, outre les pathétiques « listes zozo » qui prolifèrent avec quelques miettes comme perspective de suffrages récoltés ( et donc zéro députés), vous rejetterez les listes populistes de droite et de gauche, toutes autant qu’elles sont et choisirez une liste clairement républicaine favorable à une construction européenne conforme à notre modèle démocratique, laïque, économique et social, protecteur pour l‘Homme et la planète.

Il n’y en a pas cinquante…

Procédons donc par élimination une fois écartés les « listes zozo ».

Les nationalismes ont déjà eu un siècle entier pour répandre leur malheur, on a donc déjà donné. Virez-les de ce scrutin ! Tous, de droite ou de gauche. Les « Frexiteurs », franchement, on voit très bien à quel petit coin féminin pluriel on pourrait les envoyer si on n’avait pas l’idée démocratique chevillée au corps.

Ensuite, les listes adeptes d’une Europe qui ne pourrait qu’être, pour qu’elles y adhèrent, que sociale et de la gauche radicale (grosso modo une position à la Tsipras avant de devoir se coucher : « l’Europe, on la change ou on la quitte », n’est-ce-pas ?) nous condamnent à l’immobilisme, y compris au plan social, et au déclin derrière des bastions idéologiques d’un autre temps.  On ne les suivra pas non plus.

Compte tenu du poids de notre pays, à la différence de la Grèce, cette gauche  radicale condamne aussi l’idée même d’Europe unie avec la France dedans. Virons les aussi, lors de ce scrutin. Le dégagisme, en plus ils aiment ça qu’y disent, pour les autres. Faisons le leur donc goûter.

Ensuite, les adeptes à droite d’une Europe qui s’afficherait chrétienne me font autant vomir que les polonais qui, en leur temps,  pour échapper au totalitarisme soviétique se jetèrent dans les bras d’un pape… avant de devenir aujourd’hui i-libéraux… Comme quoi la bêtise peut-être quasiment sans limite même dans le temps long. La solution est dans et par la laïcité, pas dans l’antagonisme organisé entre les confessions, suivi  souvent de guerres de ces  mêmes religions. Donc exit les grenouilles de bénitiers idéologiques, même grimés en bel ami, et venues du Puy ou d’ailleurs en anorak rouge.

Ces républicains de droite (LR) se fichent en outre de nous par leur discours anti bruxellois démagogique puisque, depuis 60 ans, ils ont été aux manettes la moitié du temps dans la construction de l’Europe que nous connaissons. En réalité, une Europe aussi peu sociale que nous l’avons correspond parfaitement à leur projet politique (souvenez vous du programme du candidat Fillon). Donc exit aussi la liste LR…

Il ne reste donc plus qu’une alternative à votre choix si vous me suivez, soit le projet pour  l’Europe que propose Raphaël Glucksmann avec la partie sociale démocrate du PS par la liste dite « Place Publique », soit le projet pour l’Europe que propose Nathalie Loiseau avec la liste « Renaissance » de la LREM d’Emmanuel Macron. Les deux placent en outre l‘écologie, et pour la seconde avec quelques illustres écologistes qui l’ont rejoint, au cœur de leur projet.

Que demander de plus ?

En dehors de cette alternative, clairement on s’égarerait.

Le choix entre les deux termes de l’alternative maintenant. Vous ferez bien sûr ce que vous voudrez mais, pour information, je vous expose les motivations du mien.

Compte tenu des faibles différences qui les séparent en termes de projet pour l’Europe et du fait que ces deux listes se retrouveront au sein du groupe des socio-démocrates au Parlement européen sur la même ligne politique, le choix doit donc se régler au regard de la question de savoir si l’on doit, en votant pour une liste « Place publique » qui va faire à tout casser 5 ou 6%, laisser le Rassemblement National arriver en tête en France devant la liste LREM.

La problématique est la même pour toutes les listes quasi groupusculaire qu’une gauche éclatée a su produire dans sa déliquescence actuelle. Et elles sont aussi nombreuses qu’insignifiantes… Quant aux écolos à la Jadot, on n’en parle même pas car on n’aime pas les chapelles intégristes, même peintes en vert.

In fine voter pour tous ces groupuscules, c’est la garantie, à l’italienne, d’un tapage orchestré par une blonde qui a étalé son incompétence crasse,  il y a pas deux ans, ratatinée par un puceau en politique. Bref, elle en tête, on a le rouge de la honte garantit au front pour tous les vrais républicains…

Pour ce qui me concerne, et pour l’image et l’idée que je me fais de mon pays face au monde, après mure réflexion et une forme de déchirement, mon choix est fait. Je voterai utile, c’est à dire LERM, même si j’avais une préférence pour « Place publique » et je le ferai très clairement pour voter contre le Rassemblement National et pour le cantonner le plus possible. Je ne peux ps dire que je me fiche qu’il soit premier et superbement voter pour mes belles idées sans prendre en compte le danger que le RN représente ici et en Europe.

En outre, pour l’Europe, on n’a pas besoin des ces gens là au Parlement européen. Frexitons-les puisqu’ils aiment ça ! D’ailleurs ils n’y fichent  déjà rien de significatif, sauf truander les institutions communautaires pour en tirer du fric. Inutile d’en envoyer davantage.

 

*

 

Et puis, sur cette question de l’Europe, si vous voulez être témoin du débat qui a fait rage avec votre serviteur sur le site de l’amie philosophe  Catherine Kintzler allez voir son dernier article et notamment les commentaires que j’ai dû y mettre, pas tant contre elle que face aux positions de certains de ses lecteurs qui n’admettent pas mon point de vue dissident face à la tendance au repli nationaliste devant une Europe effectivement économiquement néolibérale que beaucoup désormais refusent mais que les électeurs en votant pour les partis conservateurs et libéraux choisissent… Pour tout dire, je me suis senti comme un peu seul, face au reste du monde et à toutes les tartes à la crème habituelles sur le sujet… Décidément les temps sont durs.

« Considérations sur l’Europe » de Jean-Claude Milner, lu par C. Kintzler

 

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Accueil

2 réponses à “Soutenez « La RECUPERIA » de Lucas… et votez bien !

  1. Pour comprendre les positions des uns et des autres (principaux candidats) sujet par sujet voir notamment le comparateur de programme diffusé par l’IFRAP :
    https://www.ifrap.org/elections-europeennes#

  2. Pour une approche politique de la composition du Parlement européen, de son évolution après les prochaines élections et de ce que dessinent les rapports de force, une analyse hyper sophistiquée qui ne rend pas optimiste et pas seulement parce que le simplisme à neuneu règne désormais en maître et, d’ailleurs, pas seulement sur les ronds-points :
    https://www.telos-eu.com/fr/politique-francaise-et-internationale/europeennes-rapports-de-force-et-clivages-politiqu.html
    C’est bien de notre avenir pour quelques années dont il s’agit… et ce ne semble pas réjouissant…
    Pour une première approche voici la conclusion de ce remarquable article :

    « En conclusion, notre analyse suggère que le prochain Parlement européen sera plus fragmenté, indépendamment du Brexit. Par nécessité arithmétique, le positionnement des groupes politiques sur l’intégration européenne est susceptible d’être la clé pour former la majorité nécessaire à la nomination de la prochaine Commission européenne. Cette majorité sera cependant plus faible. Elle sera également hétérogène en termes de positionnement sur le spectre gauche-droite, les valeurs sociétales et les sujets politiques clivants. Cela pourrait conduire à des propositions législatives moins ambitieuses et à la formation de majorités ad hoc alternatives sur tel ou tel acte législatif. L’hétérogénéité de la coalition qui soutiendra la nouvelle Commission européenne et sa faiblesse au sein du Parlement européen pourraient en outre avoir un impact sur l’équilibre interinstitutionnel des pouvoirs au profit du Conseil européen et de l’approche intergouvernementale de la politique européenne, aux dépens de la Commission, du Parlement européen et de la méthode communautaire. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s