Le « Grand Remplacement », un virus français…

 

Signalé : Cinq podcasts de Roman Bornstein[1], réalisés par Thomas Dutter, disponibles sur France Culture au lien donné ci-dessous pour chaque épisode de cette série remarquable sur le « Grand Remplacement » dont on s’est inspiré ici pour préparer ce billet.

NDLR :

  Ne vous y trompez pas, ici on est favorable à ce que Eric Zemmour, Renaud Camus et  leurs coreligionnaires puissent s’exprimer sur les sujets et avec les idées de leur choix et c’est d’ailleurs la même liberté qui nous permet de dire, ici, que ce qu’ils soutiennent est une honte pour l’esprit. Comme leurs prédécesseurs antisémites,  ou encore ceux qui fantasmaient fin 19ème début 20ème siècle sur le péril jaune, ou noir d’ailleurs, la bêtise et le déshonneur sont toujours de mise pour une extrême droite qu’on dirait cuite et recuite des mêmes haines tout au long de l’histoire. On le dit et on le prouve en démontant ci-après la construction idéologique du « Grand Remplacement ».     

Pour ce  faire, on ne va pas perdre notre temps à  mener une bataille de chiffres car nos adversaires, tout à leurs fantasmes, n’acceptent pas les données statistiques objectives, type INSEE ou OCDE, et ne sont pas accessibles à l’exigence et à la rigueur scientifiques. Rien n’y fait ni n‘y suffit : si l’immigration régulière ne répond pas à leurs « attentes fantasmagoriques », ils convoquent l’immigration irrégulière (dont la quantification est par définition indémontrable) et, si c’est encore insuffisant, ils comptent culturellement alors comme « étrangers » certains français du fait de l’origine de leurs ascendants ou frappent les populations immigrées d’une constance dans le pullulement démographique que toutes les données sérieuses contredisent ; en effet, pour eux les couples immigrés,  a fortiori s’ils sont musulmans, persistent, même s’ils accèdent à un mode de vie et un développement de type occidental, à se reproduire en masse ?! On leur prête ainsi une fécondité « naturelle » constante qui est nécessaire à la réalisation de la théorie. CQFD !

Que l’on ne s’y trompe pas non plus, on est ici partisan de l’application de nos engagements internationaux sur le droit d’asile des réfugiés et  d’une immigration économique raisonnée – pas à la politique de « bisounours » des portes grandes ouvertes –  notre exigence étant assortie de la plus grande fermeté vis-à-vis du prosélytisme islamiste, ainsi que d’une tolérance zéro dans la vigilance laïque et sur les droits de la femme. Que celles et ceux à qui cela ne convient pas aillent voir ailleurs si d’autres cieux leur conviennent davantage.

 Tout ceci étant précisé, allons-y,  avec France Culture en métronome, pour la déconstruction historique et idéologique de la théorie du « Grand Remplacement » expression à laquelle on met des guillemets comme à toute théorie fumeuse ou chose qui n’existe pas (telle que revendiquée par ses adeptes), à l’instar de ce que l’on a déjà fait ici pour « l’islamophobie ».

 

Sous le nom de « Grand Remplacement », le mythe d’une invasion migratoire orchestrée par les élites mondiales est devenu le cri de ralliement des identitaires de tous les pays.

Car, pour tout identitaire qui se respecte  la « vague migratoire submersive » n’est pas une simple donnée factuelle, ce serait trop simple. Elle ne peut être qu’organisée par ceux qui veulent  nous remplacer. En ce sens, la théorie du « Grand Remplacement » n’est pas qu’une hostilité à l’immigration,  elle participe des innombrables théories du complot. Même si certains des auteurs adeptes de la théorie se défendent d’adhérer à une forme de théorie du complot (tant c’est sans doute idiot, même à leurs yeux), le remplacement est pour eux quand même sciemment organisé… Mais reprenons du début.

Le mythe d’une invasion migratoire orchestrée n’est pas un thème nouveau. A intervalles réguliers, il traverse la France depuis près d’un siècle. Belle époque, Années folles, Grande dépression, décolonisation : chaque décennie a connu ses prophètes de la submersion étrangère qui lancent leurs carrières littéraires et politiques sur le dos de l’immigration. Dès les années 1910, le mythe prend forme.

1 – Le « Grand Remplacement », un virus français : à l’origine d’un mythe

La peur d’un changement de population à la suite d’une invasion migratoire n’est pas un thème nouveau dans le discours public français. Avant même la première guerre mondiale, des hommes politiques et des romanciers agitaient le spectre d’une invasion venue des colonies asiatiques et africaines. Les livres qui s’emparent de cette psychose se vendent à des millions d’exemplaires.

Après la saignée de 14-18, la France  est durablement affaiblie. Avec près de 1.5 millions de jeunes français qui ne reviennent pas du front, ce sont autant d’enfants qui ne naissent pas. Ce sont les « classes d’âge creuses ». Parallèlement, des immigrés arrivent des pays pauvres du sud et de l’est de l’Europe. L’angoisse démographique et identitaire prend forme, un climat xénophobe se développe. La petite communauté juive est accusée de s’infiltrer dans les grandes entreprises, les banques, le gouvernement.

A la veille de la seconde guerre mondiale, les immigrés représentent moins de 6% de la population. Mais pour certains, c’est déjà trop : la France serait en passe d’être détruite par ces nouvelles minorités. Une police des étrangers se forme. Ses hommes fourniront les cadres du Commissariat général aux questions Juives de Vichy. Après 1945, il faut reconstruire le pays. Les travailleurs venus des colonies arrivent en métropole. Immigrés, ils sont néanmoins Français. Mais les guerres d’indépendance vont les faire changer de statuts et faire naître des rancœurs tenaces. Bientôt, des partis politiques extrêmes prospèreront sur ces fractures.

https://www.franceculture.fr/emissions/mecaniques-du-complotisme-saison-2-les-instructions-secretes-et-le-faux-complot-des-jesuites/le-grand-remplacement-un-virus-francais-episode-1-a-lorigine-du-mythe

2 –  Le « Grand remplacement », un virus français : Le Front national

Reprenant le flambeau de la peur migratoire, le Front National s’installe dans le paysage politique français. Après 1945, la France fait appel aux travailleurs venus des colonies pour participer aux chantiers de la reconstruction.

En 15 ans, 1 million d’étrangers supplémentaire s’installent. Malgré les difficultés d’intégration et la formation des bidonvilles aux portes des grandes métropoles, la prospérité économique de l’après-guerre assure un emploi à l’immense majorité d’entre eux. Mais des troubles politiques apparaissent.

La guerre d’Algérie marque la fracture entre la France et ses anciennes colonies. Les immigrés algériens continuent de s’installer, mais ce sont désormais des étrangers. On les regarde avec rancune et méfiance. Surtout, au tournant des années 70, les Trente Glorieuses touchent à leur fin. Le chômage décolle. Les places sur le marché du travail deviennent plus chères.

On découvre de plus que la cohabitation avait démarré sur un malentendu : ces travailleurs étrangers qu’on pensait de passage décident finalement de rester en France pour y fonder leurs familles. Les immigrés sont alors 3,8 millions. Un homme se saisira de ce nouveau contexte pour monter les Français contre eux : Jean-Marie le Pen. Comme ses prédécesseurs du début du 20e siècle, il dépeint une France envahie par les étrangers sous l’effet d’une natalité déclinante et d’une immigration galopante. Le pays serait en danger de mort.

D’une élection à l’autre, ses scores progressent, ses idées se normalisent. La crise des années 80 avait alimenté les rancœurs économiques. Avec les années 2000, la panique sécuritaire du terrorisme prend le relais. Une formule va résumer toutes les angoisses de l’époque : le grand remplacement. Elle est née sous la plume d’un homme que rien ne prédisposait à devenir le porte-étendard des extrêmes droites européennes : Renaud Camus.

https://www.franceculture.fr/emissions/mecaniques-du-complotisme-saison-2-les-instructions-secretes-et-le-faux-complot-des-jesuites/le-grand-remplacement-un-virus-francais-25-le-front-national

3 – Le « Grand Remplacement », un virus français : Renaud Camus

Au début des années 2000, un écrivain français jusque-là principalement connu pour sa contribution à la littérature gay des années 70 s’invite dans les débats sur l’immigration, dont il est convaincu qu’elle amènera la disparition des Français. Il résume sa pensée en deux mots : le “Grand Remplacement”.  D’une formule, Renaud Camus parviendra à cristalliser les angoisses de l’époque.

Né en 1946, Renaud Camus voit peu à peu changer les paysages de son enfance. Bientôt âgé de 70 ans, il met son talent d’écrivain au service de sa nouvelle obsession : stopper l’immigration et renvoyer chez eux les étrangers pour enrayer la transformation de la France.

En 2010, il trouve la formule qui va résumer son mal-être : le grand remplacement. L’immigration en hexagone aurait pris de telles proportions que la France serait sur le point de disparaître, et avec elle son peuple, sa langue et sa civilisation. Parallèlement à ce qu’il tente de faire passer pour constat démographique factuel, Renaud Camus développe un discours complotiste : le grand remplacement ne serait pas un phénomène naturel, il résulterait d’une volonté, il servirait des intérêts.

A la manœuvre,  des forces « remplacistes » orchestreraient l’islamisation et l’africanisation de l’Europe. Si les chiffres des démographes le contredisent, c’est justement parce qu’il dit vrai, estime Renaud Camus : le gouvernement manipulerait les chiffres officiels pour cacher aux Français la réalité du phénomène migratoire. Pour empêcher la population française de devenir minoritaire sur son propre sol, Renaud Camus ne se contente pas d’écrire. Il entre en politique, fonde un parti, tente de se présenter aux élections présidentielles.  Sa candidature de témoignage n’aboutit pas, mais sa formule fait son chemin. Le Front National se la réapproprie.

Invité en 2012 à s’exprimer devant ses élus, l’ancien militant du PS appelle désormais à voter pour Marine le Pen.  Retiré dans son château, Renaud Camus n’est pas sur le devant de la scène, son rôle se joue dans les coulisses. Si ses livres sur l’invasion migratoire se vendent peu, il dispose néanmoins d’une poignée de lecteurs particulièrement influents. Parmi eux, un homme jouera un rôle crucial pour médiatiser et populariser le mythe du « Grand Remplacement » : Eric Zemmour.

https://www.franceculture.fr/emissions/mecaniques-du-complotisme-saison-2-les-instructions-secretes-et-le-faux-complot-des-jesuites/le-grand-remplacement-un-virus-francais-35-renaud-camus

4 – Le « Grand Remplacement », un virus français : la décennie Zemmour

Pour populariser son concept du « Grand Remplacement », Renaud Camus peut s’appuyer sur un homme, Éric Zemmour, et sur un contexte. En 10 ans, le polémiste médiatique devient une référence intellectuelle dans une France qui se crispe sous le coup de la crise économique, des attentats islamistes et de la vague des réfugiés syriens. En moins de 10 ans, le « Grand Remplacement » est sur toutes les lèvres

A la rentrée 2006, les téléspectateurs de France 2 découvrent sur leur écran un nouveau visage : Éric Zemmour.  Journaliste politique au Figaro, essayiste en croisade contre la féminisation de la société, ce fils de pieds-noirs est désormais le chroniqueur d’On n’est pas couché. Dès la première de ce talk show du samedi soir basé sur la polémique, il est invité à débattre de la politique d’expulsion des sans-papiers. Le ton est donné.

Pendant cinq saisons, au milieu des acteurs à la mode et des chanteuses du moment venus faire de la promotion, il disposera chaque semaine d’une tribune pour asséner un discours de plus en plus hostile à l’égard de l’immigration et des musulmans.

Son talent de polémiste est réel. Il lui ouvre les portes de tous les plateaux où il enchaîne invitations, chroniques et émissions à son nom : 5 ans sur France 2,  8 ans sur Paris Première, 9 ans sur RTL, 11 ans sur iTélé. Sa surface médiatique assure l’immense succès de ses livres où il dépeint une France décadente en passe de céder sous le poids de son immigration incontrôlée. Lecteur de Renaud Camus, il fait inlassablement la promotion de son « Grand Remplacement », jusqu’à gagner l’oreille de nombreux responsables politiques de droite, déjà lancés depuis le quinquennat Sarkozy à la poursuite des électeurs du Front National.

Le contexte de la décennie est particulièrement porteur pour les idées de Camus et de Zemmour. Crise de 2008, chômage, attentats islamistes et crise des réfugiés syriens alimentent les colères, les tensions communautaires et les angoisses identitaires.  En France comme à l’étranger, la figure de l’immigré devient le réceptacle de toutes les frustrations.

https://www.franceculture.fr/emissions/mecaniques-du-complotisme-saison-2-les-instructions-secretes-et-le-faux-complot-des-jesuites/le-grand-remplacement-un-virus-francais-45-la-decennie-zemmour

5 – Le « Grand Remplacement », un virus français : les mots finissent par tuer

La France n’est pas le seul pays travaillé par l’angoisse migratoire. Par internet et Amazon, les mots de Renaud Camus traversent les frontières. Dans une extrême droite américaine traumatisée par la présidence Obama et désinhibée par les discours de Trump, le « Grand Remplacement » résonne. Inspirés par les appels à résister au “génocide par substitution”, certains vont prendre les armes. Les mots tuent.

Depuis le début des années 2010, Renaud Camus s’emploie à alerter la France sur le « Grand Remplacement ». A la faveur d’un contexte économique et sécuritaire favorable, ses idées se sont propagées. Mais la France n’est pas le seul pays occidental à être travaillé par les angoisses identitaires.  Bientôt, le nom et les mots de Renaud Camus arrivent aux Etats Unis. Dans une extrême droite américaine traumatisée par la présidence Obama et désinhibée par les discours de Trump, le « Grand Remplacement » résonne. Dans un pays où les armes sont en vente libre, les appels à la guerre civile ne restent pas longtemps sans conséquences.

A l’été 2017, Richard Spencer, un des leaders de l’alt-right qui aime à citer les travaux de Renaud Camus, organise un défilé néonazi à Charlottesville, en Virginie. Flambeaux à la main, des milliers de crânes rasés défilent au cri de “You will not replace us.”, « Vous ne  nous remplacerez pas ». Une contre-manifestante est tuée.

Quelques mois plus tard, Trump lance une polémique sur l’invasion migratoire pour remobiliser sa base en vue des élections. Persuadé que les juifs sont derrière cette invasion, un américain ouvre le feu dans une synagogue de Pittsburgh le 28 octobre. Il tue 11 personnes.

Le 15 mars 2019, un australien s’attaque à deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle Zélande. Il tue 51 musulmans. Il laisse derrière lui un manifeste pour justifier son geste. Son titre : le grand remplacement.

Le 3 août 2019, un américain attaque un centre commercial fréquenté par des hispaniques à El Paso, au Texas. Il tue 22 personnes. Il laisse un texte rendant hommage au terroriste de Christchurch et affirme agir pour lutter contre le remplacement ethnique et culturel en cours aux Etats Unis. A chaque fois, les tueurs deviennent des héros sur les forums d’extrême droite. En France, certains rêvent de les imiter. Les mots tuent.

https://www.franceculture.fr/emissions/mecaniques-du-complotisme-saison-2-les-instructions-secretes-et-le-faux-complot-des-jesuites/le-grand-remplacement-un-virus-francais-55-trump-camus-les-mots-tuent

*

« Le Grand Remplacement » est donc une construction idéologique d’extrême droite destinée à justifier le refus de l’immigration et à déclencher et entretenir les haines, et en particulier des immigrés de confession musulmane,  au nom de la sauvegarde de nos valeurs et de notre civilisation qui seraient  menacées d’être remplacées…

Paradoxalement, alors que cette théorie n’est en fait qu’une lubie et une fable, une partie des musulmans eux-mêmes en accréditent néanmoins le début de réalisation et la menace de son extension. Pour plusieurs motifs qui agissent sur les esprits dans ce sens : les visées expansionnistes d’une confession qui est fondamentalement une religion de la conversion au besoin par la violence et qui est, par sa charia, une religion anti-laïque, le refus d’intégration et de certaines de nos valeurs, telle l’égalité homme/femme, qui caractérise les musulmans rigoristes, la visibilité agressive et organisée des convictions religieuses ou culturelles pour satisfaire une ambition prosélyte militante et virulente, et in fine la mise hors du champ républicain de certains territoires passés sous leur coupe.

Ce sont donc deux mâchoires d’un seul et même piège qu’il faut refuser et combattre sans rien lâcher aux uns et aux autres.  Pour cela il nous faudrait un Pacte républicain réaffirmé. Un pacte constitutionnel clarifié par lequel la république, récusant les thèses d’extrême droite, assumerait ses obligations vis-à-vis des droits des réfugiés et prendrait sa part en matière d’immigration économique (ou même de simple recherche d’un avenir meilleur).

Un pacte  constitutionnel par lequel aussi elle s’imposerait davantage et sans concession face au communautarisme et par lequel elle ferait, avec beaucoup plus de fermeté, repasser sous son boisseau ceux qui n’ont d’autre objectif que de s’en affranchir pour atteindre leurs objectifs de conquête religieuse et culturelle, ou pour d’autres de conquête politique.

La constitutionnalisation intégrale des principes de la loi de 1905 ferait partie de ce Pacte renouvelé, ainsi que les principes rappelés par la Cour européenne des droits de l’Homme dans son arrêt du 13 février 2003 quant aux exigences qu’une démocratie peut imposer à l’islam politique ou d’ailleurs à tout parti aux ambitions totalitaires[2].

Ce Pacte réaffirmé, complété et clarifié[3], on en a aussi tracé l’esquisse à l’occasion du Grand débat national lorsqu’on a marqué les limites à apporter à l’exercice de la souveraineté populaire, qui pas plus qu’aucune autre souveraineté ne peut être absolue, dans l’hypothèse de création d’un Référendum d’Initiative Citoyenne[4].

La question du Pacte républicain devrait ainsi être approfondie dans une nouvelle perspective : rechercher un cadrage républicain plus efficace de nos adversaires  pour les empêcher de poursuivre leurs visées et de nuire. Nous ne sommes pas une démocratie à l’anglo-saxonne béate d’admiration devant toute  opinion pourvu qu’elle s’exprime et même si elle porte l’horreur. Notre République fait des choix et peut proscrire l’expression de certaines opinions contraires à la vision d’émancipation et de liberté qu’elle porte[5]. En effet, seule la liberté de penser est absolue, la liberté d’expression ne l’est pas.

 

Mais, ne nous y trompons pas, si le « Grand Remplacement » est un mythe idiot en l’état de notre situation et des perspectives d’évolution (évaluées avec un minimum de sérieux), le mythe droitier est aussi accrédité par les fous d’Allah eux-mêmes qui en font leur objectif déclaré jusqu’à, pour en poursuivre la chimère avec toutes les vierges qui l’accompagnent, se faire sauter à chaque fois que possible avec des centaines d’innocents, ou un couteau à la main en frappant les gorges qui passent.  Ceci n’est peut–être pas étranger à cela.

 

 

 

Notes de bas de pages

[1] Roman Bornstein, auteur également de « L’immersion numérique avec les gilets jaunes » présentée ici même il y a quelques semaines : https://francoisbraize.wordpress.com/immersion-numerique-avec-les-gj/

[2] Voir l’arrêt CEDH 13 février 2003 Refah Partisi c/Turquie : https://francoisbraize.files.wordpress.com/2019/11/cedh-arr_c3_aat_20refah_20partisi_20c_3a_20turquie_20_28grande_20chambre_29_20du_20_3a2003.pdf

[3] Voir nos articles dans  SLATE qui traitent de la question du Pacte républicain et de son contenu :

http://www.slate.fr/tribune/83673/iconoclastie-principe-constitutionnel

http://www.slate.fr/story/89331/fn-dissolution

 http://www.slate.fr/story/95099/sixieme-republique

[4]  Voir à ce sujet mon billet publié sur MEZETULLE sur les bornes à mettre à la souveraineté populaire s’exprimant par référendum :  https://www.mezetulle.fr/ric-ta-mere-par-f-b/

[5] Ainsi, nous avons déjà interdit l’expression de certaines convictions racistes ou discriminatoires ou d’incitation à la haine ; nous avons aussi proscrit le port de signes, insignes ou emblèmes de l’idéologie nazie compte tenu de l’horreur que porte cette idéologie ; nous pourrions faire de même avec l’idéologie islamiste qui récuse suffisamment nos valeurs démocratiques et nos principes fondamentaux pour que nous lui infligions la même punition sans que ses thuriféraires puissent se prévaloir de la protection des principes démocratiques qu’ils veulent abattre  (voir arrêt CEDH ci-dessus en note 2)  

 

Pour le texte de ce billet en fichier PDF voir :

« Le grand remplacement »VD

 

 

5 Commentaires

Classé dans Accueil

5 réponses à “Le « Grand Remplacement », un virus français…

  1. Bravo pour cette synthèse claire et précise de cette théorie aussi fumeuse que dangereuse. Reste une question, pourquoi cette théorie réussit-elle à convaincre depuis les élites jusqu’aux masses populaires ? En corrélation, pourquoi cette progression constante dans les grandes démocraties ?

    • Je pense pour ma part, et c’est le sens de mon paragraphe final et de sa fin allusive, que les français sentent bien certaines choses intuitivement : pour être très clair, la montée sans trop de frein d’un islam rigoriste et radical qui récuse nos valeurs démocratiques et nos principes fondamentaux et le soutien (par la partie de la gauche qui préfère la diversité à la République) notamment des militantes de cet islam à chaque fois qu’elles pointent une revendication d’affichage dans l’espace public de leur radicalisé religieuse. Ils sentent cela, aussi parce qu’ils le voient, même sans nécessairement l’intellectualiser. Leur perception est évidemment boostée par la réalité terroriste qui les frappe régulièrement comme un métronome. Donc, il leur est incompréhensible que ce qu’ils sentent ne soit pas vu et compris par d’autres. La théorie du complot est un moyen de dépasser cette dissonance cognitive insupportable surtout si ceux qui ne sentent pas comme eux se bornent à les traiter de salauds ou de gros cons…

      • Pardon, mais je me complète car j’ai oublié de le dire ci-dessus : merci pour ton appréciation en soutien de ce travail.
        L’idée de Pacte républicain auquel je fais référence pourrait être l’outil de la réconciliation nécessaire et de dépassement des incompréhensions entre français comme sur cette ânerie du soi-disant « Grand Rrempalcement ». Mais tout le monde doit jouer le jeu d’un tel Pacte sinon cela ne marche pas. Ce serait l’exact opposé du communautarisme à l’anglo saxonne. A mon avis je ne le verrai pas de mon vivant car le communautarisme a le vent en poupe et il plait tellement plus par son petit côté « c’est mon choix », « c’est ma tribu » qu’on n’est pas prêt d’en être débarrassé… « Consommateur » et « communauté », les deux mamelles bien libéro-libérales de l’individu moderne. Cela va très bien ensemble.

  2. Christian COURTOIS

    François , je pense malgré les difficultés que cela représente qu’il serait utile de donner quelques chiffres afin d’éclairer un peu plus la situation . Afin d’amorcer ta réflexion je lance quelques pistes .
    Rappelons qu’il convient de déterminer si la population de culture française (je ne prends pas le temps ici d’une définition mais chacun verra à peu près de quoi il s’agit) est en voie d’être remplacée par une population de culture musulmane ( plus importante donc que la population pratiquant l’islam). J’écarte bien sûr la théorie complotiste selon laquelle ce remplacement serait orchestré par nos élites .
    La France étant depuis toujours terre d’immigration , prendre en considération le nombre de personnes descendant d’immigrés n’a pas de sens , il est d’ailleurs considérable .
    Il ne semble pas non plus pertinent de prendre en considération le solde migratoire annuel positif d’environ 60000 personnes car parmi celles-ci , un nombre important se fondra dans notre culture .
    Il me semble plus utile d’évaluer le nombre de musulmans qui manifestent le souhait de ne pas s’intégrer . Un sondage qui reste à confirmer fait apparaître qu’un tiers de musulmans considèrent que leurs règles religieuses sont supérieures aux lois de la République. Ceci représenterait , très approximativement , 3 millions de personnes soit environ 4, 5% de la populations estimée à 67 millions . C’est beaucoup , beaucoup trop même et l’évolution de ce ratio reste à suivre mais nous sommes loin d’un remplacement .
    Je n’ai pas intégré l’immigration illégale mais ne pense pas qu’elle change fondamentalement la réflexion . Je n’ai pas creusé plus que cela la question et te laisse poursuivre .

    • Tu prolonges donc ta commande, puisque tu as été demandeur d’un regard de DECODA sur le « Grand Remplacement » !!!
      Mais ok, pas de souci, il faut prolonger la réflexion en effet au moins pour mes lecteurs qui s’intéressent au réel chiffré et pas seulement aux « réalités » fantasmées d’autant qu’ils seront les plus nombreux !
      Mais il m’a paru plus important de commencer par déconstruire idéologiquement la fadaise « Grand Remplacement » sans se fonder sur les chiffres, puisque les promoteurs de cette fadaise les récusent.
      Maintenant que le travail de déconstruction idéologique de la fadaise a été fait on peut revenir au choses rationnelles très concrètes et donc aux chiffres.
      Donc je vais m’y mettre !
      Amitiés
      Et merci de ton apport à la réflexion car l’idée de prendre en compte la part de musulmans qui placent les préceptes islamiques avant les lois de la République est en effet excellente car c’est bien une telle position qui constitue pour nous tous un vrai remplacement au sens de bouleversement politique et culturel ! Au demeurant inadmissible alors que l’augmentation du nombre de musulmans intégrés on en n’a pas plus à braire que celle des pratiquants des autres religions.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s