Billet d’Actu : face à l’horreur, ne pas se tromper !

 Au lendemain de ce vendredi noir pour la France et pour l’Humanité, de ce carnage invraisemblable qui nous laisse exsangue, anéanti, relisez mon billet du 8 janvier dernier (Cf. rubrique « Billets d’Actu ») suite aux massacres de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher. Beaucoup y avait été dit, de même que dans le billet de Wanda Diébolt « Pour un nécessaire aggiornamento de l’islam » paru dans le n°26 de DECODA en date du 20 janvier dernier.

Et pourtant toutes ces belles idées semblent restées lettre morte. On en est au même point, en pire. Rien n’est changé. Et, depuis vendredi, on les revoit revenir avec leurs gros sabots d’un côté tous ceux qui chantent que ce n’est pas l’islam, que c’est le contraire de l’islam, de l’autre tous ceux qui sont prêts à s’en prendre aux musulmans de manière indifférenciée, et en profitent pour vendre leur petite soupe xénophobe immonde, révoltante, dans les médias.

Désolé, mais la dérive djihadiste de l’islam radical salafiste fait partie de l’islam, elle ne lui est pas étrangère même si elle en constitue une dérive maladive. Désolé au moins autant, mais désigner tous les musulmans comme coupables, fantasmer sur une islamisation déjà accomplie pour nos sociétés est une autre maladie. En fait, on jugerait que les deux rêvent d’en découdre et sont prêts à des mesures qui nous conduiraient à la guerre civile.

Alors il ne faut pas se tromper sur ce que nous sommes, ni sur l’islam. Les terroristes veulent mettre à bas toute notre civilisation, notre culture, nos démocraties, nos valeurs humanistes et nos Etats de droit. Nous renier serait déjà leur donner satisfaction. Les mesures à prendre doivent donc s’inscrire dans une fidélité sans faille à ces valeurs et les solutions xénophobes de l’extrême droite ne sont que de sinistres illusions.

Mais il ne faut pas se tromper sur l’islam et sur ce qu’est cette confession même dans ses expressions dites modérées. Comment se fait–il que le Conseil français du culte musulman, représentant l’islam de France, n’a toujours pas signé, depuis que Sarkozy lui a demandé, la Déclaration des droits de 1789 et refuse donc d’adhérer aux valeurs de la République ? Placerait-il la loi d’Allah au dessus de celles de la République ? Comment se fait-il que cette confession prêche et pratique la soumission de la moitié féminine de l’Humanité qu’il faudrait voiler, et qu’elle voile, au prétexte qu’elle serait impure ? Comment se fait-il que cette confession pratique une barbarie sans nom vis-à-vis des animaux au nom d’un abattage rituel d’un autre âge ? En quoi, depuis janvier 2015, les responsables de l’islam de France ont ils changé sur tous ces points [1]? Je le demande.

Mieux encore, comment se fait il que nous tolérions des mosquées salafistes où des imams prêchent le djihad ? Comment se fait-il que certains soient assez bêtes pour plaider le retour possible, voire souhaitable, en France, des djihadistes français de Syrie ou d’ailleurs ?

Fondamentalement, n’y aurait il donc pas une simple différence de tactique entre les uns, les islamistes radicaux partisans de la violence pour parvenir à leur fin, le Califat mondial, et les autres, les partisans, plus ou moins masqués, d’un prosélytisme favorisant, plus en douceur, l’expansion de leur confession avec toutes ses tares, mais jusqu’où ?

S’il faut incontestablement éradiquer DAECH par les armes[2], cela ne sera pas suffisant pour rétablir une paix publique durable en France. En effet, la limite entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas se situe à la porte d’entrée de l’islam politique qui entend imposer aux sociétés civiles sa loi religieuse. La limite infranchissable, ici, chez nous, ce sont donc nos principes laïques qu’il faut rétablir car ils constituent le meilleur et seul barrage démocratique.

Il est donc impératif de cantonner strictement les religions, toutes les religions, à la sphère privée et aux lieux de culte. Il faut donc imposer à toutes les confessions et leurs fidèles, musulmans ou autres, les valeurs républicaines et nos principes laïques. C’est à prendre ou à laisser. Et il est temps d’agir, enfin ! De mettre fin à toutes nos petites et grandes lâchetés sur nos principes républicains.

Sans quoi, si nous sommes aujourd’hui en guerre contre le terrorisme, nous risquons demain d’avoir sur notre sol la guerre civile ou le « 2084 » de Boualem Sensal.

Notes de bas de pages

[1] En rien bien sûr et certains, comme le président du CRCM d’Alsace, ont même souhaité l’extension du délit de blasphème, qui s’applique encore en Alsace-Moselle, à tout le territoire national !

[2] L’alternative aux armes est la solution politique par la diplomatie, mais qu’y a t-il négocier avec ceux qui veulent nous détruire, nous et nos valeurs humanistes et démocratiques ?

Publicités

4 réponses à “Billet d’Actu : face à l’horreur, ne pas se tromper !

  1. Jean-Michel

    Oh DECODA ! C’est trop dur encore cette fois !
    Une analyse pertinente que je partage sans réserve.
    En disant cela je n’apporte aucune plus-value, mais mon soutien à des idées que l’on doit défendre en ces temps si durs.
    DECODA peut compter sur moi pour les transmettre sur ma petite île.
    jm

  2. Dupin

    Merci ! cher François
    Ce que tu dis est fondamental et il faudrait bien que ce pays ne se voile pas la face.
    Mais tu le rappelles, rien ne s’est passé depuis janvier qui aille dans ce sens.
    Haut les coeurs, d’accord, mais je ne suis pas optimiste.
    A peine les attentas perpétrés, même pas 48h après, la droite comme l’extrême tape déjà sur le gouvernement pour installer leur discours sécuritaires, comme d’habitude. Danger ! Pour la cohésion nationale.
    Ce qui serait bien c’est que le soutien international qui a été exprimé immédiatement réveille les consciences afin que les français comprennent à quel point le pays reste une référence essentielle.
    C’est aussi pour cela que DAECH nous attaque: liberté, égalité, fraternité (on pourrait ajouter amour, sexe, pinard et cie…)
    Mais sur Facebook, par exemple, je vois passer une quantité incroyable de messages accusant la France d’être responsable, à cause de ses engagements militaires et géopolitiques, de ses ventes d’armes…
    On mélange tout et ce n’est pas encourageant.
    Mais on tient bon, on résiste. C’est sûr.
    Encore merci à toi. Et au plaisir de te voir bientôt, j’espère.
    Amitié,
    Jérôme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s