Brèv’vertes n°11

 

Cette rubrique souhaite apporter de l’eau (ou ce qu’il en reste) au moulin des informations traitées en une ligne dans les bandeaux des chaînes continues. Comprendre les liens entre les mobilisations locales et les actions internationales, entre les idées géniales et les absurdités, entre les phénomènes climatiques isolés et l’avenir de la planète, tel est l’objectif de ces « brèv’vertes »[1].

  • Si vous n’aimez pas l’écologie, n’en dégoûtez pas les autres…

Période politiquement nauséabonde, ou « pré-sidentielle », ou « post-campagne », oblige, les premières averses de brêles nous tombent sur la tête, par Toutatis ! Tant qu’on y est, préparons-nous à défendre notre petit village peuplé d’irréductibles François ! Fions-nous à notre instinct primaire, sans se plaindre et sanglier à tue-tête ! Le ciel s’effondre-t-il ? Si seulement ce n’était que ça… Une chape de cons que ne saurait nous renier ce bon Donald. Détrumpez-vous cher lecteur, je ne vire pas ma cuti, comme Curie dit : « dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre ». Et l’on serait mal avisé de ne pas croire une jardinière de polonium et de radium ! A côté de cela, le donaldtrum (élément chimique non identifié) c’est de l’eau déminéralisée… Difficilement potable, mais on est bien obligé d’avaler, les couleuvres de la 5ème République ayant déjà bien creusé nos trachées. Maintenant, reprenez votre souffle et respirez….. Je ne veux pas perdre mes lecteurs pour une incompréhension de quelques degrés. On peut s’arrêter à 1,5 degrés de décodannes et de déconnades, je COP la poire en deux ! Le second degré est beaucoup trop loin et optimiste pour les valeureux défenseurs de la réflexion degré zéro.

Pourquoi alors croire en l’écologie ? Peut-être parce que ce n’est ni une croyance, ni une religion, ni une idéologie. Le logos est le discours, autrement dit la science, et l’oikos la maison, l’habitat. L’écologie est une science, et est même la plus proche de nous, puisqu’elle a pour objet les interactions entre les êtres vivants et leurs milieux. Même la sacro-sainte économie ne possède pas ce logos si particulier !

Dans ce cas, mettons à la poubelle la biologie, la théologie, la sociologie, l’archéologie, la psychologie et même l’étymologie ! Renier l’écologie et son discours, c’est renier la culture scientifique si longtemps inféodée aux croyances, et les maintenir dans le péril de la bêtise. Vous n’aimez pas la culture ? Essayer l’ignorance ! Où est la culture dans le discours politique et le show médiatique qui en est fait ?

Réjouissons-nous de la place centrale qu’a occupé la transition écologique dans les débats d’un côté des primaires, ou des primaires d’à côté, parce que ça a été le seul moyen d’introduire des revendications culturelles. Ces revendications culturelles sont des revendications « pour défendre la culture », et non pas « pour défendre des cultures », soyons vigilants avec les adjectifs employés. Il ne faut pas vouloir être qualificatif à la place du qualificatif ! C’est l’erreur commise pour la culture « populaire », la culture « de masse », la culture « générale », la culture « de la betterave », mettez-là à votre sauce. La Culture est, donc j’y suis; l’écologie est, donc je la suis. L’une comme l’autre ne sont pas des problèmes de bobos, cher BFM en Ruth, mais des nécessités pour l’humanité. Oh ! Quelle horreur ! Un humaniste ! Encore pire qu’un droit-de-l’hommiste !

Lorsque « écolo », « humaniste », « droit-de-l’hommiste » deviennent des insultes, on peut sincèrement s’inquiéter du niveau d’encrassement des esprits. Même Miss France, devenue Miss Univers, paraît plus crédible en étant fière de « représenter l’Univers ». Quel message de tolérance ! Même avec les petits hommes verts (pas ceux de Fukushima)… En parlant de tolérance et de dignité, plus de 500 000 citoyens descendent dans les rues de Roumanie et affrontent leurs représentants après un décret assouplissant les règles en matière de lutte contre la corruption, notamment desdits représentants. La France ? Pays des droits de l’Homme, de la Culture ? Que nenni, puisque « Je suis Pénélope »! Encore plus difficile à trouver à l’Assemblée Nationale que Charlie en 7 albums, mais plus prompte à piétiner les mémoires de maîtres dessinateurs. C’est trop facile de tirer sur une ambulance ? Heureusement, puisque c’est le seul moyen de conserver des ambulances, des services hospitaliers et des services publics pendant au moins encore cinq ans ! « Mais c’est pas si grave, ils le font tous… » Ah et bien ça va ! L’homme providentiel qui nous soulage de nos sacoches provisionnelles avant d’aller aux présidentielles, selon les plus sérieux prévisionnels, c’est culturel. La culture de la bêtise, et dans ton cul la planète !

On en profite pour dire un grand merci aux personnes qui ont courageusement et financièrement soutenu cette belle initiative, citoyenne et locale, de Récup Mobile. Une belle preuve d’engagement dans notre élan de changement ! A bientôt sur les routes !

« L’optimisme est dans l’action ! », fondateur des Brèv’vertes.

 

Notes de bas de page

[1] Visionnez https://www.youtube.com/embed/N2u6EDwumdQ il y a de l’espoir!

 

Publicités