Brèv’vertes n°14

Brèv’Vertes n°14

Cette rubrique souhaite apporter de l’eau (ou ce qu’il en reste) au moulin des informations traitées en une ligne dans les bandeaux des chaînes continues. Comprendre les liens entre les mobilisations locales et les actions internationales, entre les idées géniales et les absurdités, entre les phénomènes climatiques isolés et l’avenir de la planète, tel est l’objectif de ces « brèv’vertes ».

  • L’écologie à Travert[1] le Hulot.

Le capitaine Macron aura beau sortir sa belle et grosse longue-vue, c’est surtout de rames dont il aura besoin pour justifier les orientations prises par le gouvernement en matière d’environnement. Le moussaillon Philippe suivra pour retourner au Havre et chez Areva (vous remarquez que toutes les lettres d’Areva sont dans le Havre ? Encore un coup des illuminati !). Il pourra ainsi s’entraîner à parler en public et être compréhensible, ce ne serait pas très crédible de ne pas le faire avant de devenir Premier Ministre… Aux rames, au désespoir, les espoirs apparus au début du mandat se sont rapidement évanouis.

Au registre des déceptions, l’inactivité d’Hulot et du lot de ministres qui devait l’entourer. Une confrontation avec le ministère de l’Agriculture remportée haut la main par la FNSEA, qui aboutit à la suppression des subventions pour les agriculteurs désireux de s’engager dans un mode de production biologique… Des Etats Généraux de l’Alimentation qui accompagnent le mouvement pour se transformer en Etat généreux pour l’Agriculture intensive… Saupoudrez avec un bout de CETA, et c’est prêt, on est cuit !

Dans un précédent numéro, j’avais affirmé haut et fort que la solution serait citoyenne. Et quand je parle d’énergie citoyenne, je ne parle pas de la Rue, qui est désormais devenu un concept politique… Bourdieu vient d’ailleurs de se défenestrer. Mais ne Boudon[2] pas notre plaisir, on n’aura plus ces assistés de contrats aidés ! Les chômeurs ne sont pas des personnes sans travail, mais des personnes en formation. Cette maxime digne des plus grands, d’Aristote à Proust, n’est pas de moi (la modestie me sied trop bien), mais de De Rugy. Je trouve cette phrase magnifique, et me titille la grammaire.

Quelle clairvoyance ! Affirmer en 2017 que les chômeurs sont des personnes, c’est un signe de courage politique et même philosophique. Des animaux politiques qui parlent de personnes, il n’y que De Rugy pour nous faire rougir de plaisir, tel le fauve qui rugit en pleine savane pour imposer sa puissance. J’ai chaud tout d’un coup… Chaud aux fesses, puisque je ne vais pas tarder à entrer en formation. Totalement rétif au post-modernisme, j’avais eu la stupide idée d’accepter un travail aidé pour développer mes compétences, engranger de l’expérience, avoir un rôle à jouer dans la société que nous pouvons construire. Alors que j’avais sous les yeux et à portée de main une merveilleuse formation à base d’ateliers « construire son CV » et d’accompagnement « prendre confiance en soi »…

Quel imbécile j’ai été ! Je pensais même que Hulot pouvait devenir charismatique… L’innocence et la naïveté de la jeunesse à l’état pur, comme un rail de Coca (qui traverse des montagnes, assèche des rivières et assoiffe des petits mexicains. L’eau c’est mal, comme dirait grand tonton François). Mais l’eau c’est précieux, comme la solidarité, comme un aliment, comme une personne.

C’est con, mais ça ne coûte rien de le rappeler.

« L’optimisme est dans l’action ! », fondateur des Brèv’vertes.

 

Notes de bas de pages

[1] NDLR : lecteur rassure toi, ici pas de faute d’orthographe de notre auteur qui met un « t » à « travers », mais un mot d’esprit car cette orthographe est celle du nom de l’actuel ministre de l’agriculture opposé à notre Hulot dans certains arbitrages…

[2] NDLR bis : lecteur rassure toi itou, ici aussi (comme Félicie) pas de faute d’orthographe non plus mais un autre trait d’esprit de notre auteur en verve car cette orthographe déconjuguée de « boudons » est celle du nom du sociologue adversaire de Bourdieu car wébérien de son Etat, bref un type qui ne pouvait pas être complètement mauvais…

Publicités