DECODA 46, 10/08/16

En exergue ce mois : comme J.L. Bianco a remis le couvert (voir en « Thème du mois »), signez donc cette pétition si ce n’est déjà fait : https://www.change.org/p/manuel-valls-m-jl-bianco-doit-démissionner-de-la-présidence-de-l-observatoire-national-de-la-laïcité/u/17343305?tk=STkef9Nj6dL1r9jvG24KN9BFF0sVnDQWwqjmUZfqnjU&utm_source=petition_update&utm_medium=email

SOMMAIRE du n°46

Edito

Horreur islamique, indécence, il n’y a plus de mots…

Thème du mois

Expression des convictions religieuses en entreprise

Dernière(s) minute(s)

Les mesures à prendre après les attentats de l’été

Pour la VI République

Le tirage au sort comme remède aux maux

de la démocratie représentative ?

Les nouvelles du front bébête…

Sont toujours des nouvelles d’effroi…

JO : la bêtise médiatique n’a plus de limite

Le crétin du mois

Le préfet du Rhône, préfet de Rhône Alpes

La p’tite Biblio

Les notes de lecture d’été des « Libres Penseurs »

 

Texte intégral du n°46

Edito

Horreur islamique, indécence, il n’y a plus de mots…

Diverses, mais toutes aussi avariées, les manifestations d’indécence prennent un relief particulièrement écœurant cet été face à la barbarie nazislamique.

L’indécence de la droite à propos de l’attentat de Nice[1]. Alors que la manifestation consistant en un feu d’artifice du 14 juillet est une responsabilité municipale (demandez à tous les maires de France si c’est une responsabilité de l’Etat !) et que, certes, dans une grande ville la sécurité d’une telle manifestation est coproduite entre la ville compétente et l’Etat en termes de sécurité (les forces de police municipale et celles de l’Etat mettent en place ensemble le dispositif de sécurité), les édiles de Nice et la droite en général n’ont eu de cesse depuis le drame de tirer à boulets rouges sur l’Etat.

Pourquoi ? Parce que en période de primaires, les cadavres des pauvres victimes de la barbarie ça peut payer. Et surtout quand le premier adjoint au maire de Nice, Estrosi, chargé de la sécurité, n’a daigné participer à aucune des réunions de préparation de la sécurité de ladite manifestation. Surtout quand ce même adjoint s’était déclaré très fier du système de vidéosurveillance de sa ville au point de dire que si, Paris en avait été doté, le drame de Charlie Hebdo aurait pu être évité… On comprend qu’il lui faille détourner l’attention avec l’aide de son roquet Ciotti, voire celle de son mentor Sarkozy qui font assaut de propositions démagogiques. Même une triste larbine (aficionado de la droite locale et chargée de la vidéosurveillance de la ville qui n’a rien vu des passages du camion lors des trois jours précédant le drame alors que leur circulation était interdite sur la promenade) vole au secours de ses chefaillons en accusant le ministre de l’intérieur de tenter de trafiquer son rapport… La justice, saisie pour diffamation, passera n’en doutons pas, mais en attendant on a doublement envie de vomir.

L’indécence ensuite des salopards qui filment et photographient et de ceux ensuite qui diffusent a été patente lors du drame de Nice. Autour des cadavres, il y a eu, à Nice, deux types de gens pour faire simple. D’une part, ceux qui ont mis leur vie en danger pour tenter d’arrêter le camion du barbare et ceux qui ont porté secours aux victimes et, d’autre part, ceux qui ont filmé et photographié jusqu’à la pornographie, ainsi que ceux des médias qui leur ont acheté leurs images de m…. pour les diffuser. Ça décuple l’envie de vomir. Dans quel monde vivons nous et qu’ont encore de sociaux leurs foutus réseaux ? Une question se pose : ne faudrait il pas étendre le rôle de régulation du CSA aux autres médias audiovisuels qu’ils constituent ?

Ensuite, l’indécence du « C’est mon choix ! » des adeptes des signes religieux ostentatoires. Pourquoi afficher ses convictions religieuses dans l’espace public ? Bonne question. On ne voit qu’un seul motif qui tienne la route : la publicité que souhaitent faire à celles-ci ses aficionados : bref, le prosélytisme. Tous les autres motifs allégués, et notamment une pseudo liberté individuelle, sont indécents car, en droit, si la liberté de conscience est totale et absolue, la liberté de manifester ses croyances est elle relative et susceptible d’être limitée au regard de l’intérêt général, de l’ordre public et de la liberté d’autrui.

Félicitons nous donc, à l’heure de la barbarie religieuse[2] qui massacre les innocents, que la loi travail ait permis de porter un amendement qui vient rappeler qu’en entreprise la liberté de manifester ses convictions notamment religieuses est relative[3]. En effet, si, par faiblesse ou démagogie, on donne un doigt à ces gens là ils vous prennent le bras ! Ne nous laissons donc pas faire. Rien, nada, que t’chi !

L’indécence encore de tous ces lamentables opportunistes qui tentent d’instrumentaliser l’horreur des attentats pour tenter de faire croire qu’il nous faut une laïcité encore plus ouverte, qu’elle serait trop rigoureuse pour nos pauvres musulmans discriminés, qu’il faut encore plus abdiquer nos principes républicains et, évidemment, bien sûr transposer d’Alsace Moselle le « modèle » concordataire pour leur fournir les moyens de leur confession. Mais qu’ils se les donnent les moyens dont ils ont besoin ! Et sans faire appel à l’étranger. Qu’ils intègrent et respectent les lois de la République qui sont au dessus de celles de tout croyant et, au premier chef, l’égalité homme/femme. Tant que ce ne sera pas le cas, l’islam restera une religion rétrograde, alibi commode pour barbares et attardés mentaux.

L’indécence enfin de tous ces politiciens de droite (Sarkozy et consort) qui, suite aux derniers attentats, rivalisent dans la surenchère et proposent des mesures débiles qu’ils ne pourront même pas mettre en œuvre si par malheur ils revenaient aux affaires, tel l’internement administratif de tous les fichés « S » ! Même Marine Le Pen leur a fait remarquer que cela serait contraire à notre constitution et à l’idée même d’Etat de droit ! Vous vous rendez compte de la connerie de ces types et/ou de leur veulerie ? Envie de gerber encore plus !

Il faut au contraire faire preuve de sérieux sur ce sujet qui touche à nos valeurs les plus fondamentales et conditionne notre avenir démocratique. On s’y essaie pour une première approche en rubrique « Dernières Minutes », tout comme en « Thème du mois » on présente la disposition très positive adoptée dans la « loi travail » sur l’expression des convictions, notamment religieuses, en entreprise.

 

Thème du mois

Expression des convictions religieuses en entreprise : du nouveau sous notre soleil !

La loi Travail tranche cette question dans son article 2 qui complète utilement le code du travail sur ce point. En effet, cette loi introduit au code du travail une nouvelle disposition qui permet aux entreprises de se protéger du prosélytisme religieux par leur Règlement Intérieur. On applaudit debout !

Cette disposition est la suivante :

« Art. L. 1321-2-1. – Le règlement intérieur peut contenir des dispositions inscrivant le principe de neutralité et restreignant la manifestation des convictions des salariés si ces restrictions sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché. ».

Souvenons nous des difficultés rencontrées par la crèche BabyLoup qui l’ont conduite à la fermeture même si, in fine, la Cour de cassation a admis le bien fondé du licenciement de la salariée qui tenait à travailler avec son foulard islamique !

Souvenons nous aussi des difficultés multiples rencontrées par les entreprises avec la revendication islamique de salles de prières, de traitement différenciés entre les hommes et les femmes et autres « babioles » obscurantistes. Oui, obscurantistes car nous n’avons que mépris pour l’oppression religieuse du genre humain d’autant qu’elle prend la forme maintenant du prétexte de la liberté individuelle !

Donc vive l’article 2 de la loi travail, comme les autres articles de cette loi d’ailleurs et JL Bianco en s’élevant contre cet amendement a une fois de plus bafoué sa fonction ! Cette disposition est conforme a priori au droit européen (Convention européenne des droits de l’homme, article 9) qui s’impose en droit français. D’ailleurs cette disposition vient d’être validée par le Conseil constitutionnel dans sa décision du 4 août 2016 (considérant n°41) et celui-ci a très certainement pris la peine de la regarder avec à l’esprit l’article 9 de la CEDH dont il est aussi chargé de la bonne application !

Cet ajout au code du travail était indispensable au regard des exigences de l’article 9 CEDH pour qu’une entreprise puisse prévoir en toute sécurité une limitation à l’expression des convictions individuelles. En effet, cette disposition encadre les limitations que les entreprises peuvent prévoir dans les conditions que prévoit la CEDH dans son article 9, 2[4]. En clair sans cette disposition c’était possible puisque cette convention est d’application directe en France, mais avec elle c’est plus clair pour les entreprises qui peuvent s’appuyer sur la loi française.

On observera que ce nouvel article du code du travail pose le principe qu’une entreprise peut inscrire dans son Règlement Intérieur (sa loi interne) le principe de neutralité politique, philosophique ou religieuse et ainsi limiter l’expression des convictions dont peuvent vouloir les accompagner certains salariés. Est ce que cela pourra fonder une interdiction générale du port de signes religieux ostensibles ? Telle est la question.

La réponse est Oui, en droit, si l’entreprise peut démontrer que cela est justifié par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux, par le bon fonctionnement de l’entreprise (même au regard de ses clients) et si cette interdiction est proportionnée au but recherché. Il suffira de soutenir que l’égalité homme/femme, principe constitutionnel et droit fondamental, est bafoué par certaines confessions ou que les risques de désordre face aux signes religieux ostentatoires compromettent le fonctionnement de l’entreprise.

Ainsi, les entreprises qui le souhaitent (et elles pourront être nombreuses) pourront délibérément se vouloir et s’afficher en tant qu’entreprises laïques où tout prosélytisme religieux est proscrit. Souhaitons qu’elles soient nombreuses, des milliers tant l’obscurantisme et le prosélytisme religieux sont exécrables.

Au passage, même si toutes les convictions sont visées par le texte, n’ayons aucune crainte cette disposition ne pourra servir d’arme antisyndicale : en effet, il apparaît pour le moins évident que l’interdiction de manifester son appartenance syndicale ne répondrait à aucune liberté ou droit fondamental justifiant cette prohibition et même au contraire serait une violation de la liberté constitutionnelle de se syndiquer et d’agir syndicalement.

Mais il y a le risque, il ne faut pas se le cacher, que les saisines de la CEDH se multiplient car les islamistes sont friands de la protection qu’apportent nos systèmes juridiques occidentaux. On se demande pourquoi d’ailleurs ils ne se font pas protéger seulement par leurs lois religieuses puisqu’elles sont au dessus des lois de la République ? C’est une blague bien sûr mais aussi une invite à la réflexion…

Certaines confessions et certains de leurs adeptes se situent aux marges de nos lois ou en infraction à celles-ci, il faut le dire. Et, aujourd’hui, on ne peut même pas interdire, ou très difficilement, les associations cultuelles qui professent un islam radical, tel le wahabisme salafiste, contraire aux lois de la République et à nos principes fondamentaux. Nous ne disposons en droit que des textes de 1936 sur la dissolution des groupes armés ou des factions qui s’en prennent à la forme républicaine de gouvernement ou de celles qui en appellent au racisme et à la discrimination. Et ce n’est qu’à dose homéopathique que des dissolutions sont prononcées. Notre système juridique, notre Etat de droit ne nous permet pas de nous protéger efficacement contre les ennemis qui veulent détruire nos valeurs et notre système de libertés individuelles et collectives au profit d’un Dieu et d’un au delà d’un autre âge !

En guerre idéologique contre l’islam radical et l’entreprise totalitaire qu’il promeut nous ne pouvons nous défendre, nous et notre trop faible démocratie. Nous sommes obligés, en l’état du droit, de le laisser exprimer son entreprise immonde, d’admettre qu’il ait prise sur les faibles d’esprit et de prospérer ! Cela SUFFIT !

Comme pour les partis politiques totalitaires qui piétinent tous les jours le pacte républicain, ce qu’il nous faudrait en conséquence c’est un Pacte constitutionnel imposé aux confessions dans notre pays. Il n’existe pas, il ne faut pas se raconter d’histoires. Et si un tel pacte n’était pas respecté ne serait ce que par le « Verbe » ce serait l’interdiction. N’attendons pas d’avoir vaincu ce nouveau nazisme pour nous donner les moyens de pouvoir lui interdire de se manifester. Il y faudra auparavant beaucoup trop de morts innocents.

Et, on le redit, que ceux à qui cela ne convient pas aillent vivre sous d’autres cieux, telle l’Arabie Saoudite, on ne les retient pas. On en est à un point tel qu’on souhaite même pouvoir les aider à le faire par une plus grande rigueur du « droit des étrangers », pour ceux d’entre eux qui s’aviseraient de s’en prendre à la République et à ses valeurs, ne serait que par le « Verbe » ! On fait d’ailleurs en ce sens des propositions conformes à l’état de droit en Rubrique « Dernières minutes » tout en disant « stop » aux conneries de la droite.

 

Dernières minutes…

Stop aux conneries droitières ! Les mesures complémentaires à prendre pour améliorer notre protection suite aux attentats de l’été

Notre droite s’est encore distinguée à la suite des derniers attentats nazislamistes en lançant le concours des mesures débiles contraires à l’état de droit comme l’internement administratif préventif des fichés « S ».

D’ailleurs, à droite, les « minors » (on hésite désormais à parler de « ténors » car s ‘attache encore à ce concept l’idée d’une certaine autorité morale et d’une certaine hauteur de vue…) se sont précipités dans cette proposition lamentable quasi le jour où un attentat était commis par un salaud même pas fiché. C’est dire leur sérieux…

Non, ici, on ne mange pas de ces conneries mais cela ne nous empêche pas d’être ferme et résolu. A l’opposé de notre pauvre droite pathétique, on proposera un certain nombre de mesures précises qui pourraient permettre de mieux nous défendre face aux agresseurs :

1° déchéance de nationalité française pour tout auteur de délit ou crime terroriste car des milliers de djihadistes vont refluer vers nos pays lorsque DAECH sera défait ; à ce propos, merci encore à tous ceux qui se sont ligués pour empêcher cette mesure en début d’année[5]

2° peine complémentaire d’expulsion des étrangers auteurs de délits ou crimes ayant trait au terrorisme (après qu’ils aient purgé leur peine pour pas qu’ils reviennent de suite en catimini),

3° suppression, concernant les délits et crimes terroristes, de tout allègement de peine et autre mesure de bienveillance,

4° que la loi prévoit que les indices réunis contre les fichés « S » puissent être soumis à un juge afin de les faire enfermer ou soumettre préventivement à un contrôle judiciaire,

5° pour les étrangers fichés « S » décider de leur expulsion immédiate,

6° enfin, last but not least, création des 10 ou 15000 places de prison permettant, outre de décongestionner des prisons inhumaines, de placer les islamistes à l’isolement intégral.

On ajoutera à ce programme, qui nécessitera en outre des contrôles plus efficaces aux frontières de l’UE, la nécessité d’une réflexion sur l’état de guerre et ses conséquences. Si nous sommes en guerre, même si DAECH n’est pas un Etat, pourquoi ne pas traiter les soldats ennemis par le droit de la guerre qui nous autorise à traiter en prisonniers de guerre nos ennemis, non seulement au combat sur un sol étranger, mais aussi ceux présents sur notre sol et revendiqués comme soldats de DAECH ? Ceci les soustrairait à l’Etat de droit « civil » et pourrait permettre de les soumettre à un internement au titre du droit de la guerre comme prisonniers de guerre sous l’autorité et la juridiction militaires[6]. Commode non pour dépolluer les prisons? On va regarder ça très vite et de très près tellement c’est porteur[7].

Pour la VI République

Le tirage au sort comme remède aux maux de la démocratie représentative ?

Pour alimenter le débat sur une question sur laquelle une contribution « Refonder la démocratie en décembre 2014 de l’ami Jérôme Huet avait fait un premier point (voir https://francoisbraize.wordpress.com/jerome-huet/) nous diffusons un papier de Anne Chemin, intitulé « Le tirage au sort, une chance à saisir », très intéressant[8].

Document média joint : La démocratie autrement, Le tirage au sort une chance à saisir La démocratie autrement, Le tirage au sort une chance à saisir

(voir aussi sur https://francoisbraize.wordpress.com/la-democratie-autrement-le-tirage-au-sort-une-chance-a-saisir/)

Les nouvelles du (des) front(s) bébête(s)…

sont toujours des nouvelles d’effroi…

JO : la bêtise médiatique n’a plus de limite…

On a analysé et dénoncé avec les amis Jean et Bruno dans un article paru dans le magazine SLATE les tares effroyables du système médiatique que nous n’accepterions ni de l’autorité administrative, ni de l’autorité judiciaire depuis que nous sommes dans un régime démocratique (Cf. http://www.slate.fr/story/105077/medias-proces-equitable).

L’affaire du dopage en Russie et de la suspension des prochains JO des athlètes russes (du fait d’un système de dopage institutionnalisé par l’Etat, héritage du régime communiste) a donné l’occasion à nos bons crétins de faire étalage de l’ignominie dont ils sont capables.

L’usine a crétin a fustigé la décision du CIO qui n’est pas allée dans le sens de la vindicte haineuse qui les anime : ils eussent souhaité que le CIO suspende toutes les fédérations sportives russes des prochains JO, y compris celles dans lesquelles il n’y a pas eu de dopage avéré, et bien sûr, sanction bien bandante pour le scoop du bavasseux de base, ils cautionnaient ainsi la suspension de tous les athlètes russes, y compris ceux qui ne se sont pas dopés ! On ne peut pas raisonner, pour plusieurs centaines d’athlètes relevant de dizaines de disciplines sportives, comme on raisonne par exemple pour une équipe de sport collectif (qui se joue à onze) qui peut être entièrement disqualifiée dès lors que plus de quatre de ses joueurs sont convaincus de dopage.

Là, avec nos médias justiciers de bazar, on a atteint une limite qu’il faut dénoncer quoi qu’on pense de Poutine, du régime russe et de son nationalisme : le « tribunal merdiatique » a explicitement souhaité que des innocents soient écartés et condamnés juste pour satisfaire à la haine simpliste. Il broie et condamne en effet chaque jour sans aucune des garanties minimales du procès équitable. In fine, aux dernières infos, après décision des fédérations, plusieurs centaines d’athlètes russes non coupables de dopage vont pouvoir participer au jeux et c’est très bien.

On en a assez de voir tous ces médiocres souiller la démocratie ? Quand allons nous hurler que ça suffit ? Comme ces réseaux sociaux débilitants, les médias font chaque jour le lit du FN et de toutes les haines. Certes, une partie du peuple aime ça et en redemande : on n’a pas l’impression d’appartenir au même monde.

 

Le(a) Crétin(e) du mois

Ce mois, un préfet… celui de Lyon, Bon sang… l’Etat n’est plus ce qu’il était…

« On est mal, houai patron, très mal ! »

Le préfet du Rhône, également préfet de région, qui compare des tags anti islam à la nuit de Cristal des nazis

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actualites/Lyon-le-prefet-compare-les-tags-anti-islam-a-la-Nuit-de-Cristal

Document multimédia joint : communiquéLLNuit de cristal.dot communiquéLLNuit de cristal.dot

(Communiqué de presse du Cercle Maurice Allard, aussi voir sur https://francoisbraize.wordpress.com/communiquellnuit-de-cristal-dot/)

 

La p’tite biblio

Quelques notes de lecture d’été des libres penseurs :

http://www.libre-penseur-adlpf.com/2016/07/notes-de-lecture.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

Notes de bas de page

[1]http://tempsreel.nouvelobs.com/edito/20160720.OBS4979/edito-attentat-de-nice-l-indecence-de-la-droite.html

[2] Oui oui, cette barbarie est bien religieuse, contre tous les discours psychologisant ou sociologisant qui voudraient en réduire les acteurs à des patients de leur propre crémerie hospitalière ou universitaire, car l’islam politique est une entreprise religieuse totalitaire quand bien même elle serait servie par des déséquilibrés ou des exclus sociaux

[3] C’est tellement important qu’on en a fait notre « Thème du mois » même si cela a permis à JL Bianco de faire étalage une nouvelle fois de sa naïveté et/ou de ses convictions communautaristes. Si vous considérez qu’il faut mettre un coup d’arrêt aux velléités prosélytes en entreprise et ailleurs et que Bianco, qui bafoue sa fonction, doit dégager, signez la pétition signalée en caractères rouges en bas de page !

[4] Cf. CEDH « Art. 9 : Liberté de pensée, de conscience et de religion : 1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. 2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. »

[5] LR , FN frondeurs, Front de gauche, cocos, verts et assimilés, on ne les remerciera jamais assez puisqu’on va leur devoir le retour sur notre sol des djihadistes français qu’on aura pas tués au combat et qui rentreront lorsqu’on aura défait DAECH ; vous pourrez encore voter pour ces gens là ? moi pas !

[6] Cela permettrait de traiter comme ils le méritent tous les français engagés au combat aux côtés de DAECH et qui renteront un jour sur notre sol à défaut de les avoir déchus de la nationalité française ; pourquoi les considérer comme des droit commun, engorger nos prisons et contaminer les autres détenus ?

[7] Il faudrait aussi clarifier nos relations avec les Etats qui soutiennent l’islamisme radical et être cohérents : s’ils sont du côté de nos ennemis, ils sont aussi nos ennemis !

[8] Et une fois de plus merci à l’amie Monique de nous avoir permis d’y accéder