DECODA 45, 10/07/2016

En une ou deux colonnes,

DECODA(NA)GES N°45-1C

DECODA(NA)GES N°45-2C

ou ci-dessous en texte complet en accès direct :

 

SOMMAIRE du n°45 

Edito

Europe, souveraineté et démocratie citoyenne

Perspective 2017

Les programmes des candidats aux « Primaires LR »

 Sauvons la planète ?

Les Brèv’vertes de Lucas

Dernière(s) minute(s)

La Laïcité et les barbares

L’incompétence en bleu marine

Lanceurs d’alerte

Les nouvelles du front bébête…

Sont toujours des nouvelles d’effroi…

Le rabbin et l’homo, sapiens ?

Le crétin du mois 

La p’tite biblio 

 

Texte intégral en accès direct  

Edito

Europe, souveraineté et démocratie citoyenne

Comme je l’esquissais à chaud dans mon Billet d’Actu du lendemain du « Brexit », le grand arbitrage sur notre Europe, la question de fond qui renvoie les autres au rang de babioles, sinon de plaisanteries, est celle de la souveraineté des peuples et de son niveau pertinent d’exercice : infra étatique, national ou supra national. Je m’explique.

Souveraineté

La souveraineté d’un peuple est son droit absolu de décider de son présent et de son avenir. Son droit d’organiser par la loi sa vie collective publique et celle de ses membres, ainsi que de souscrire les engagements internationaux par lesquels il se lie. Son droit à se doter de règles propres, notamment pour sa sécurité, sa défense, sa justice, son éducation et son bien-être social, grâce à des services publics et des prestations et, par conséquence, à lever l’impôt, ou des cotisations obligatoires, pour financer cela. Cette souveraineté, pour connaître un caractère démocratique, doit s’exercer notamment par l’élection, par le peuple, de ses représentants, par la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire et dans le respect des principes de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 pour ce qui en est des droits fondamentaux et des devoirs des individus/citoyens[1].

La communauté de destins qu’exprime la souveraineté détermine son niveau d’exercice. Si, longtemps, l’on a raisonné par blocs correspondant aux Etats Nation, désormais les choses ne sont pas si simples que certains le soutiennent puisque la réalité enseigne que la souveraineté, aujourd’hui, se partage entre plusieurs niveaux et entre plusieurs champs bien différenciés.

D’abord, partage entre ce qui relève de l’infra étatique et de l’étatique avec un certain niveau de décentralisation au sein même des Etats unitaires et encore davantage dans le cas des Etats fédéraux. Ensuite, partage de souveraineté entre le supra national et le national dès lors que des accords internationaux comportent des transferts de souveraineté et que l’Etat souverain peut se voir contraindre contre son gré, ce qui est très fréquent même si c’est peu et mal connu[2]. Le monde est donc beaucoup plus complexe que ce que disent les souverainistes. On le voit bien avec le récent « Brexit » assis sur de nombreux mensonges.

Quelle est donc aujourd’hui, pour nous citoyens français, notre communauté de destins ?

La souveraineté du peuple français : mythe et réalités

Je n’hésite pas à le dire, au delà des fantasmes, des nostalgies, voire des régressions fœtales (pourquoi pas, tant qu’on y est, jusque dans le ventre de la monarchie), notre communauté de destins est largement partagée qu’on le veuille ou non. C’est déjà l’ordre des choses et c’est nous, Français, qui l’avons voulu par les ambitions universelles de l’humanisme issu de 1789 et du siècle des Lumières, qui porte en germe les progrès d’un ordre international juridique et politique. Notre souveraineté est déjà tellement partagée que c’est, en fait, un puzzle qui ne laisse plus de place aux nostalgies et il n’y a que des aveugles, ou des inconscients, pour bien vouloir croire aux élucubrations souverainistes. La démonstration en est simple.

Ainsi, nous sommes membre de l’ONU et y avons une place privilégiée grâce à notre rang au Conseil de sécurité de cette organisation qui, par notre droit de veto, fait de notre pays un des cinq pays majeurs ; nous acceptons ainsi de pouvoir contraindre d’autres Etats au nom de l’ordre public international auquel nous participons activement.

En outre, au titre de notre participation à l’Union européenne nous avons procédé progressivement avec les autres Etats, à des transferts de parties de notre souveraineté dans toutes les matières où les décisions de l’Union sont prises à la majorité et non pas à l’unanimité. Il s’agit bien de supra nationalité puisque, par définition, si notre position est minoritaire et que nous avons une majorité contre nous, nous subissons la décision communautaire. C’est la règle du jeu de l’Union et les Traités successifs depuis 50 ans n’ont fait qu’accroître la place de la règle de la majorité au détriment de celle de l’unanimité.

De même, sommes nous membre du Conseil de l’Europe qui regroupe, plus largement que l’UE, plus de quarante Etats et, à ce titre, nous sommes soumis à sa juridiction propre qui veille au respect des droits de l’Homme, la CEDH[3]. Nous sommes aussi membre de l’OMC et soumis à son action en faveur de la libéralisation du commerce international. Notre souveraineté est également contrainte par toutes les conventions internationales, multilatérales et bilatérales, que nous avons signées puis ratifiées depuis des décennies.

La souveraineté du Peuple français est donc aujourd’hui une réalité complexe puisque si elle est toujours nationale pour certains domaines elle est très largement aussi supranationale et donc partagée. Elle ne se réduit plus aux slogans simplistes, indignes d’un grand pays qui se doit de continuer à se battre à la construction d’un véritable ordre politique et juridique international, seule alternative, pour l’avenir même de l’humanité, à la guerre permanente depuis des siècles de tous contre tous, que ce soit sur des fondements tribaux, religieux ou nationaux. Il faut le dire clairement et sans relâche, les souverainistes veulent inverser la flèche du Progrès qui pointe vers l’ordre international que nous essayons de construire depuis la première Société des Nations, post première guerre mondiale.

Alors quelle Europe dans ce cadre ?

Doit on envisager de s’en soustraire au motif qu’elle est trop libérale au plan économique et social, qu’elle n’est pas assez démocratique dans son fonctionnement et qu’elle n’assure pas assez efficacement notre protection à ses frontières ?

Doit on sortir aussi de la convention CEDH (et du Conseil de l’Europe) au motif qu’elle favoriserait trop le prosélytisme religieux notamment islamique par une conception que l’on peut juger en effet trop ouverte des manifestations publiques des convictions religieuses [4]? Sortir de l’OMC aussi parce que la libéralisation du commerce ne nous conviendrait pas ? Non et non, quand on est la France, on ne peut pas décider de ne jouer dans les dispositifs supranationaux que du jour où ils rejoignent, tous seuls et comme par enchantement, nos conceptions. C’est le contraire de toute notre histoire. En outre, c’est idiot car comment les autres nous rejoindraient ils sur nos positions, nous dehors ?

Demandez le donc aux britanniques qui commencent à comprendre après avoir bêtement cédé aux chants des sirènes souverainistes populistes et à leurs mensonges. D’ailleurs, méditons aussi la fuite éperdue des dirigeants britanniques, Cameron et Farage, ayant eu une responsabilité dans le « Brexit » et le revirement en cours de l’opinion anglaise maintenant qu’il est trop tard ! Pauvre peuple britannique manipulé par des souverainistes menteurs, souvenons nous en dès 2017 ! Alors oui, que oui, réformons l’Europe et, avec Jacques Juillard dans Marianne, félicitons nous chaque jour que les britanniques aient commis l’erreur de vouloir en sortir puisqu’ils ils ont été, en permanence, un obstacle à une véritable construction européenne n’y prenant que ce qui les arrangeaient et bloquant résolument le reste[5].

Avec eux rien n’était possible de ce que nous souhaitons[6], sans eux tout le devient. On y reviendra dans les prochains numéros tant c’est important mais déjà quelques pistes paraissent claires. Ceci dit, seul un idiot peut penser que l’on fera accepter aux peuples d’Europe davantage d’Europe en laissant inchangées les conditions qui font qu’ils la rejettent de plus en plus fortement aujourd’hui. Chaque génération de jeunes a vu l’Europe franchir des étapes depuis 1950 et le désir de l’actuelle jeunesse ne déroge pas à cette règle, ne la décevons pas.

Il faut donc faire redémarrer l’Europe sur d’autres principes : une économie de marché REGULEE doit être « l’Alpha et l’Omega » de l’Europe et non la libre concurrence débridée et le dumping fiscal et social (voir à ce sujet la remarquable Tribune de Raffaele Simone publiée dans Le Monde Tribune Raffaele Simone Le Monde 6-07). Secteur par secteur, il faut donc harmoniser les législations des pays de l’Union c’est la condition nécessaire qui doit être concomitante à sa construction et non pas une question que l’on traite, ou pas, ensuite après avoir ouvert tous les marchés. Il faut aussi, sans démagogie populiste, mais avec fermeté, donner à cette Union la sécurité sur ses frontières qu’attendent les peuples. Il faut enfin mutualiser la défense extérieure de l’Union. C’est aussi cela davantage d’Europe plutôt que de continuer à statuer sur la taille des concombres…

Cela implique une Europe réduite car bon nombre des 27 ne souhaitera pas avancer sur ces différents volets. Il faudra donc créer une Europe plus approfondie, plus intégrée, à un petit nombre et rétablir au besoin des barrières avec ceux qui souhaiteront rester dehors, notamment s’il y a risque de dumping. Contrairement à beaucoup, fidèles à nos principes, plutôt que du mécano institutionnel en ajoutant des gouvernements de ceci ou des présidents de cela, on s’attachera aux principes fondamentaux et à la citoyenneté car c’est là l’essentiel[7].

Pour une République européenne citoyenne, démocratique et sociale

Nous l’avons oublié mais nous disposons d’un outil précieux, en commun notamment avec nos amis allemands et italiens et quelques autres : l’idée de République !

D’un point de vue politique, c’est en effet le concept de République qu’il faut d’urgence, pour l’Europe, appeler à la rescousse contre les populismes d’où qu’ils viennent ! Pas le concept d’Europe fédérale de pseudos « Etats-Unis d’Europe», pas « l’Europe des Nations », ni celle des régions, ou celles des « projets concrets », véritables tartes à la crème de la pensée molle et tabernacles des conservatismes et de tous les dumpings, voire des germes des barbaries passées.

La République et sa devise Liberté, Egalité, Fraternité. Quoi de mieux comme principes fondamentaux pour l’Europe, en y ajoutant bien sûr la laïcité ? Pour l’instant l’Europe n’a que la liberté, et face aux égoïsmes nationaux, quasiment pas d’égalité et très peu de fraternité ! Qu’est ce qui fait que dans notre République française le législateur est contraint et ne peut traiter différemment deux citoyens ? Le principe constitutionnel d’égalité.

Transposons le donc ! Que l’Europe se l’impose à elle même dans ses principes fondamentaux. Et que, pour être membre de cette Europe, les Etats doivent s’y soumettre, y compris dans ses conséquences au plan national. Un tel principe d’égalité, européen, sera ainsi de portée générale dans tout son territoire et un levier de changement extraordinaire et d’harmonisation positive : l’anti dumping par excellence.

Mais puisqu’il faut aussi reconstruire l’Europe depuis sa base, c’est également le concept de « Citoyen d’Europe » auquel il faudrait donner du corps. Tout individu européen, quel que soit le niveau de participation de son pays à la construction européenne,  doit pouvoir revendiquer cette qualité qui deviendrait une nationalité véritable déclenchant des droits et des obligations. Les citoyens d’un pays décidant de sortir de l’Union, comme ces millions de jeunes anglais écœurés par leurs ainés, devraient pouvoir en bénéficier en la conservant nonobstant tout référendum débile arraché par des mensonges et votés par des vieux dépassés. Voir partir leurs forces vives sous un autre drapeau plein d’étoiles aurait suffi à leur foutre la pétoche.

La question est de savoir si ce devrait être une nationalité exclusive ou, au contraire, qui se cumulerait avec la nationalité du pays membre. Ici on sera favorable au caractère exclusif puisqu’il s’agit de construire une Europe plus intégrée, une nouvelle République, et pas de nouveaux binationaux comme la civilisation de la zapette et du communautarisme généralisés nous en impose déjà beaucoup trop. Personnellement je ne crois pas aux multi-loyautés !

« République européenne » et « Citoyen d’Europe », voilà les deux pieds pour marcher d’un meilleur pas et sans tomber, mais cela suppose la création concomitante d’un espace politique européen commun, enjeu essentiel. En effet, une véritable démocratie européenne dans un cadre républicain suppose des élections véritablement européennes et non pas par listes nationales et un exécutif européen qui soit le reflet du résultat de ces élections. Sinon les égoïsmes nationaux ne feront que perdurer. Une Constitution pour l’Europe qui prévoit cela, et vite. Si la loi fondamentale de l’Europe venait par ses progrès à garantir la sécurité et un plus grand bien être social à ses citoyens que ce que produit l’actuel libéralisme débridé d’inspiration « germano-anglo-saxonne », je prends le pari, sur un tel projet, le OUI l’emporterait, mille fois et largement !

 

Perspectives 2017

Les programmes des candidats LR

Derrière des candidats aussi divers que nombreux, une face unique : la soumission à un libéralisme pur et dur et une mystification politique totale compte tenu de la réalité politique prévisible pour le second tour en 2017

Résumé : Suppression de l’ISF, fin des 35 heures, allocations chômage dégressives, allègements de la fiscalité sur les entreprises et sur les ménages les plus aisés, réduction drastique des dépenses publiques (au moins 100 milliards), relèvement de l’âge légal de départ à la retraite à 63 voire 65 ans, réduction des effectifs des fonctionnaires et modifications de leur statut… tous les prétendants à ces primaires présentent une ligne libérale décomplexée avec un allègement de l’État et la rétractation de notre modèle social ; ce programme est celui d’un camp politique exclusivement marqué à droite alors que le candidat de ce camp ne pourra, le cas échéant, l’emporter au second tour contre le FN sans les voix de l’autre camp, celui de la gauche non sectaire; le cynisme de la droite qui sait déjà cela et n’en tient pas compte est donc absolu ; dans ces conditions, serons nous, nous gens de gauche, stupides au point de voter malgré tout pour elle au second tour en 2017comme nous l’avons encore fait aux dernières régionales ?

Il s’agit de traiter ici des programmes des candidats aux primaires de la droite républicaine sur le plan économique et social ; on traitera dans un numéro ultérieur la question des valeurs et les « questions de société » de ce même côté de l’échiquier politique.

Du point de vue économique et social, ce qui est déjà essentiel pour la vie quotidienne, la galerie de portraits des candidats à la primaire de la droite ressemble à une mauvaise pièce de boulevard, des « personnages caricature » déjà vus, des scènes convenues et des dialogues de comptoir façon bar popu, avec comme seul liant le madelinisme, ses illusions théoriques et ses remèdes de cheval, du type 1986[8].

Vous pouvez prendre, pour chacun, leur programme, autant qu’ils sont les Sarkozy, Juppé, Lemaire, Mariton, Copé, Morano, Alliot-Marie et NKM (et les quelques autres dont on a même zappé les noms)[9], les faces sont diverses, plus ou moins attrayantes humainement, mais, pas d’illusion, le programme de gouvernement est commun, celui du jeu délibéré du dumping social et fiscal face aux difficultés de notre pays dans un monde ouvert (A). La mystification est bien réelle compte tenu de la réalité politique qui veut que le candidat que ce camp retiendra va devoir passer pour se faire élire au second tour de 2017 contre le FN par un soutien important de voix de gauche (B).

A) Un programme de gouvernement de dumping social et fiscal

Sur ce sujet comment ne pas faire confiance au canard du bon vieux d’Ormesson qui a fait une excellente présentation comparative des programmes des différents candidats à la primaire de la droite. On vous y renvoie pour tous les détails que vous pourrez souhaiter[10] et ici on se limitera à faire une synthèse sans entrer dans l’épaisseur du trait qui sépare parfois les différents candidats.

Sachez le si cela vous a échappé, exit l’ISF qui frappe les 300 0000 pauvres défavorisés que compte notre pays ; une vraie mesure de fête pour les ânes qui croient à la théorie du ruissellement. Pour faire plaisir aux mêmes qui croient que les chômeurs sont tous des fainéants qu’il faut punir, réduction de leurs droits en durée et quotité, faut bien que la fête soit complète !

Et après tout, puisque tous les salariés sont aussi des fainéants suppression des 35h car il est vrai que dès lors qu’il y aura de moins en moins de travail il ne faut surtout pas le partager et il faut que chacun travaille plus longtemps. Exit bien sûr le compte pénibilité pour ceux qui se sont démoli, voire tué au travail ! Tant qu’on y est, ils suppriment le distinguo CDI/CDD et en donnant à chaque entreprise la possibilité de déroger aux dispositions aujourd’hui d’ordre public du code du travail.

Bien entendu, ils réduiront aussi les services publics, les prestations sociales et l’Etat en réduisant les dépenses publiques de 100 à 130 milliards sur cinq ans, soit de 9 à 12% de leur montant actuel, soit l’équivalent d’un tiers du budget de l’Etat, ou encore la moitié des dépenses des collectivités territoriales ! Sans dire bien sûr ce que l’on supprime comme missions ou prestations publiques aujourd’hui…

Et, cerise gâtée sur le gâteau idéologique rance, aux antipodes de la philosophie du CNR, du gaullisme et de la social démocratie à la française, réduisons à peau de chagrin, outre leur nombre, le statut des fonctionnaires pour préparer leur alignement sur le droit privé au mépris de notre conception d’une République dotée d’un Etat impartial.

De petits comptables sans vision politique, prêts à sacrifier notre modèle social alors que notre société est déjà en voie de désintégration et que les inégalités ne font que s’accroître, voilà ce qu’est notre droite républicaine. Ils veulent revenir au pouvoir avec un programme digne de 1986 qui fait peur même à son plus fervent thuriféraire de l’époque, Alain Madelin ! C’est dire, la bêtise. On leur promet des lendemains qui chantent soit l’internationale, soit « Maréchal nous voilà » ! Rien d’autre.

B) L’arnaque est patente compte tenu de la réalité politique

La réalité politique du pays n’est pas celle d’un tripartisme contrairement à ce qu’ânonnent tous les crétins des médias, aussi lucides qu’un papillon de nuit devant le lampadaire sur lequel il se crame consciencieusement. La réalité politique de ce pays est celle d’un quadripartisme composé d’une droite et d’une gauche, chacune divisée en deux du fait de ses extrémistes : bref un bon vieux quatre quarts autour de 25% la part, grosso modo.

A un deuxième tour contre un des deux quarts extrémiste (que ce soit un gros quart FN ou un petit quart gauches radicales et écolo) aucun des deux quarts modéré, de droite ou de gauche (LR ou PS), ne peut prétendre gagner sans les électeurs de l’autre. Là est la mystification des programmes des candidats aux primaires de la droite : on sait déjà que le candidat républicain de droite, face au FN au second tour, ne pourra pas être élu sans les voix de la gauche sociale-démocrate. Pourtant tous les candidats LR font comme s’ils n‘allaient être élus que par des voix de leur « camp électoral naturel ». Juppé se démarque certes en promettant de pratiquer des ouvertures personnelles sur certains individus de type « macronien »[11].

Mais d’un point de vue programmatique les ralliements personnels de personnalités ne changent absolument rien, ce sont elles qui se rallient et le programme politique lui ne change pas. Malgré tout, sachant très bien cela, les candidats à la primaire de la droite se présentent tous avec un programme économique et social de détricotage, de casse de l’Etat providence, un « programme de classe » qui veut rendre encore plus aux plus aisés et réduire les droits et prestations des défavorisés ou moins aisés. Une idéologie du « toujours moins » aussi détestable que celle du « toujours plus »[12].

Nous ne participerons pas à une telle mystification par laquelle la droite républicaine nous refait le coup de 1995 ou celui de 2002 car, demain, il n’y aura pas d’effet de surprise[13]. Il serait souhaitable que les candidats de la droite républicaine intègrent par avance ce facteur connu car on ne nous fera pas deux fois cocu. A défaut, on restera plutôt à la maison, ou on votera blanc. Et sans les voix de la gauche sociale démocrate contre le FN ils perdront, tous autant qu’ils sont !

 

Sauvons la planète ?

Les « Brèv’vertes », la rubrique animée par Lucas[14]

Cette rubrique souhaite apporter de l’eau (ou ce qu’il en reste) au moulin des informations traitées en une ligne dans les bandeaux des chaînes continues. Comprendre les liens entre les mobilisations, entre les idées, entre les phénomènes climatiques isolés afin d’en dégager une réflexion globale, tel est l’objectif de ces « brèv’vertes ».

 

J’aurais pu vous parler du référendum pour la construction de Notre-Dame-Des-Landes… Mais le but des Brèv’vertes étant de dégager une réflexion globale, et même une réflexion tout court, je ne pouvais décemment pas aborder le sujet, simple obligation déontologique. Il est en effet difficile d’établir une réflexion sur du néant (tous bords confondus).

Au menu donc, niveau intellectuel surdéveloppé : des abeilles, du glyphosate, de l’avion et toujours de la COP ! Pas de schiste pour le moment, on attend la légalisation.

  • Maya n’est pas un cas… La fin des abeilles est-elle proche ? Ce n’est pas un constat si alarmiste que ça… Le nouveau projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » (pourquoi l’avons-nous abandonné me direz-vous!) vise à interdire l’emploi des néonicotinoïdes, les pesticides nocifs pour les abeilles, mais aussi pour le reste des insectes pollinisateurs. Sauf que rien n’est jamais aussi compliqué que lorsqu’il existe un danger immédiat.

Du coup, cette interdiction prendra effet à partir du 1er septembre 2018, mais pas pour tout le monde…. Certains (suivez mon regard) bénéficieront de dérogations jusqu’au 1er juillet 2020. Mais bon, ça va, seulement 300 000 colonies d’abeilles sont tuées chaque année, on n’est plus à quatre ans près. Surtout que les ventes de néotocitvsfrizsnbftoïdes n’ont jamais été aussi élevées, passant de 387 tonnes en 2013 à 508 tonnes en 2014. De toute façon, il n’y a qu’1/3 de l’alimentation mondiale qui dépend de la pollinisation, donc il reste de quoi faire… On peut se réjouir quand même ? OUI !!!! Parce que le préjudice écologique fait son entrée dans le Code Civil, parce qu’une Agence Française de la Biodiversité va être créée en regroupant plusieurs entités, et parce que la mobilisation continue ![15]

  • Ça empeste icide ! Le glyphosate est le pesticide le plus utilisé au monde (800 000 tonnes par an) et est produit par Monsanto. Est-ce que c’est mauvais ? Difficile à dire tellement tout et son contraire ont été dit… Ce qui est sûr, c’est que le débat se concentre autour du renouvellement de l’autorisation de la substance sur le sol européen[16] ; que la Commission européenne à prolongé l’autorisation provisoirement pendant encore 18 mois face à l’abstention des pays majeurs ; que la société civile s’est complètement saisie du sujet pour faire entendre ses revendications, ce qui n’était pas forcément prévu par les membres de la Commission. En 2015, la substance a été déclarée « cancérogène probable » par le Centre International de Recherche sur le Cancer, qui dépend de l’OMS. Pour autant, toutes les autres évaluations, qu’elles soient française, allemande, européenne ou internationale concluent que la substance n’est « probablement pas cancérogène »[17]… Le brouhaha médiatique qui accompagne chaque nouvelle information masque le réel problème : repenser les modes de production de l’agriculture et plus généralement faire évoluer le monde agricole vers une gestion raisonnée et raisonnable. Tant que les gros paysans et les petits paysans s’affronteront, et que les politiques alimenteront ce conflit, le glyphosate continuera d’être le venin du serpent de mer européen, mais que seule la morsure sera fatale, comme le disait d’ailleurs Lao Tcheu, philosophe ardéchois.
  • COP, un ouragan ! La France a ratifié l’Accord de Paris ! Et oui, toujours lui ! En même temps, il restait juste à Hollande à signer le décret de promulgation après la ratification par le Parlement le 8 juin dernier, c’est fait ! Et pourtant, on est passé après d’autres pays, comme la Hongrie ! Si si, ceux qui ont voté pour un nazi ! Allez j’arrête les rimes, c’est fini ! Parce que la France est le premier des grands pays industrialisé[18], et du coup ça me casse ma prose.

Et sinon, on parle d’un avion qui se pose ? Pourquoi pas, étant donné que le suisse Bertrand Piccard a réussi le premier vol transatlantique avec pour seul carburant l’énergie solaire, bouclant ainsi son tour du monde entamé il y a plus d’un an. C’est technologiquement monstrueux… Un peu comme l’équipe de France, qui m’oblige à abréger mes Brèv’vertes pour la finale !

ALLEZ LES BLEUS !

« L’optimisme est dans l’action! », fondateur des Brèv’vertes.

 

Dernières minutes…

1) Laïcité et Egalité

Musulmans et juifs même barbarie ; ces deux confessions persistent en France devant une commission parlementaire à s’opposer à toute obligation d’étourdissement des animaux pour pouvoir continuer tranquillement à les égorger et saigner vivants [19]! L’horreur absolue d’animaux conscients qui mettent plusieurs minutes à mourir, dans des souffrances atroces, assumée pour motif religieux…. religion d’amour. Ce serait y qu’y faudrait garder la main pour d’autres têtes ? On espère que la commission parlementaire aura le courage de proposer de suivre le Danemark ou la Suisse qui ont interdit cette saloperie sur leur territoire[20]. Mais on va encore nous dire que les pauvres chéris, on les stigmatise !

Par ailleurs, on sait désormais historiquement que la naissance de l’homophobie de par le monde est liée à l’émergence des trois religions du livre, auparavant l’humanité était plus tolérante. Plus de doute, c’est bien leur cantonnement qu’il faut souhaiter et un cantonnement extrêmement strict à leurs oignons et pas à ceux de la société civile et politique ! On a pas besoin d’elles pour s’organiser en société d’hommes et de femmes libres et égaux !

Signalé quelques Combats laïques et pour l’égalité :

https://lumiereslaiques.wordpress.com/2016/07/02/141/ contre la création à Lyon d’un Centre de culture musulmane avec des financements publics ; des associations lyonnaises se mobilisent contre cette nouvelle initiative qui une fois de plus planque derrière l’alibi culturel un financement public d’un culte.

http://www.marianne.net/les-femmes-voile-accusent-100235239.html sur le combat des femmes musulmanes non voilées d’Aubervilliers

Et puis, en prime les « documents  média » ci-joints :

Le rapport 2015 du Collectif laïque Rapport-Collectif-Laïque-2015-2016

Une remarquable Tribune publiée par l’UFAL que même Libération a accueilli, c’est dire TribuneUfal

Une Tribune parue dans le Monde sur la résistance de femmes égyptiennes (merci à l’amie Monique de nous y avoir donné un accès numérisé) Tribune L’autre révolution égyptienne

2) Incompétence

Droit pénal et djihadisme, Marine Le Pen, avocate spécialisée en droit pénal, raconte des âneries comme nous le confirme l’ami Bruno et les Décodeurs du Monde[21].

Position de l’ami Bruno, magistrat sur ce sujet : « Je pense que, littéralement, ce texte prévu pour les faits d’espionnage international pourrait parfois aussi être appliqué à des terroristes mais cela serait difficile (il faudra prouver les contacts avec l’organisation étrangère et les actes positifs punissables. Une simple allégeance du terroriste sur internet ne suffirait pas ni du prosélytisme en faveur d’EI.) Ensuite cela n’aurait pas d’intérêt en matière pénale puisque les mêmes faits peuvent être réprimés avec le délit d’association de malfaiteurs, plus facile à prouver. Le passage aux Assises serait contre productif pour des personnes accusées seulement de contact avec l’EI, les jurés pourraient les acquitter souvent, plus souvent que des juges professionnels. En outre les cours d’assises sont des procédures très lourdes et actuellement il faut un an pour juger une affaire prête. Outre le problème de risques de menace des terroristes sur les jurés, qui avait conduit à créer une cour d’assise spéciale composée de juges en matière de terrorisme corse ou basque. Donc la proposition n’a aucun intérêt en matière pénale, cela serait inefficace et occuperait inutilement la Justice. »

Qu’est ce que ce doit être dans les domaines où la Marine n’est pas compétente…

 

3) Lanceurs d’alerte

A l’heure ou le droit luxembourgeois permet de condamner deux lanceurs d’alerte qui ont mis au grand jour le scandale dit des « Luxleaks », notre plus haute juridiction judiciaire, sans attendre la loi Sapin en discussion au Parlement, protège les lanceurs d’alerte en France. Le site ami de Michel Huyette vous fait la présentation de cette décision de la Cour de cassation[22]. On s’en félicite car la solution retenue par la Cour de cassation est intelligente et équilibrée, pas comme les propositions des lobbys de la transparence absolue, qui avec l’appui de certains médias, demandent une impunité totale, une vraie carte blanche à la dénonciation sans limite au besoin en violant la vie privée ou les secrets que légitimement la loi protège. Tout ça pour alimenter le scoop bien sûr !

4) Si vous avez envie, Affaire Bygmalion, rafraîchissez vous les méninges grâce au site de l’ami Poltechno[23]. C’est de salut public, à l’heure où tous ces zozos de l’ex UMP se préparent pour tenter de recueillir en 2017, de nouveau, les suffrages des Français sous une autre étiquette.

 

Les nouvelles du (des) front(s) bébête(s)…    

sont toujours des nouvelles d’effroi…

On ne va pas s’en prendre ici, quand même, qu’à la bêtise de la confession musulmane, ou catholique, même si la première les dépasse toutes.

Il y a aussi la confession israélite qui a sa couche de bêtise et elle est crasse. En France, le bon vieux rabbin Sitruk, qui n’a plus que du liquide sous la kippa, en appelle à la haine anti homo aussi bien et aussi fort qu’un vulgaire taré de l’islam[24]. En Israël, d’ailleurs, un juif intégriste a déjà tué un homo parce qu’il l’était avant même que le crétin afghan américain n’en tue, lui, 49 d’un seul coup.

Imbéciles de toutes les confessions, compte tenu de la nature défécatoire de votre pensée, allez tous vous faire voir chez les grecs…. Il n’y a plus guère que par là que vous pouvez vous ouvrir l’esprit. C’est qu’ils nous rendraient presque vulgaire tous ces cons…

 

Le(a) Crétin(e) du mois

D’abord, ce mois, en hommage à tous les crétins du monde, un petit lexique (pompé au comptoir de l’ami Poltechno) à l’usage de tous les racistes et de ceux qui les singent[25]. Précipitez vous dessus, c’est excellent comme antidote à la bêtise et à la haine dans les bras desquels les peuples savent si bien se jeter, surtout quand leurs élites les y poussent.

Ensuite, Laeticia Gayet qui sur France Inter appelle au petit matin du 3 juillet Claude Lanzmann pour faire l’éloge de Elie Wiesel, décédé la veille, alors que celui-ci était manifestement un de ses ennemis… Et le Claude qui déclare qu’il aurait bien dit du bien de Michel Rocard disparu aussi la veille et qu’il croyait qu’on l’avait appelé pour cela… Il n’a dit que du mal de Wiesel et la pathétique Laeticia n’a pu reprendre le dessus sur un invité qui ne s’en laissait pas compter. Il est beau le service public matutinal !

 

La p’tite biblio

L’été, c’est bien connu, on ne lit que des polars, donc RAS de sérieux… et vive les chaises longues !

 

 Notes de bas de page

[1] Cette seule considération permet de renvoyer tous les « zadistes » qui entendent refuser les décisions issues de la démocratie, représentative ou directe, aux poubelles de l‘histoire des totalitarismes ; s’ils entendent refuser le monde et ne manger que des graines ou des racines en prenant, quand tout va bien, une douche par semaine, c’est leur affaire et grand bien leur fasse ; mais rien de plus ! Pour le reste que la force publique passe pour la mise en œuvre des décisions prises conformément à la loi, sinon c’est la démocratie qui est bafouée et la souveraineté du peuple avec elle

[2] Qu’il s’agisse de la situation de tous les Etats membres de l’ONU qui ne disposent pas d’un droit de veto au conseil de sécurité, de la situation des Etats qui ratifient une convention internationale comportant une juridiction habilitée à faire respecter par les Etats membres ses dispositions (type CEDH ou CPI) ou de l’intégration d’Etats souverains dans un processus qui implique l’abandon de parts de leur souveraineté, type Union européenne ; de ce dernier point de vue, même si cela a échappé à beaucoup, la souveraineté supranationale est réelle dès lors que l’Union européenne peut prendre des décisions (qui contraignent ses Etats membres) non plus à l’unanimité mais selon la règle de majorité

[3] Cf. le bilan de 10 ans de jurisprudence de la CEDH publié par le site ami de M. Huyette : http://www.huyette.net/2016/07/dix-annees-de-decisions-de-la-cedh-dans-les-dossiers-francais.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

[4] Mais, cette juridiction supranationale n’a jamais condamné, au contraire, les initiatives françaises en matière d’interdiction des signes religieux ostentatoires…

[5] http://www.marianne.net/brexit-est-commencement-100243803.html

[6] Les britanniques ne veulent pour l’Europe que d’un espace de commerce libéralisé, pas d’une Europe intégrée et sont des adeptes invétérés du libéralisme dérégulé ; avec leur départ la majorité libérale s’affaiblit en Europe et la position des Etats du Sud se renforce, parfait ; Dame Merkel le comprend bien et n’est pas pressée de la mise en œuvre de ce départ…

[7] Il faut poser les véritables enjeux et solutions démocratiques ! A ce titre, il faut reconnaître qu’un espace politique européen, commun et démocratique, n’a pas encore été créé puisque les élections au Parlement européen ont un caractère national et que l’exécutif de l’Europe est une réunion des chefs à plume nationaux, doublée d’une commission technocratique ; il faut donc européaniser les élections au parlement européen et l’exécutif de l’Europe par une élection démocratique dans un scrutin de listes européennes à la proportionnelle et, dans ce cadre, l’exécutif de l’Europe doit être l’émanation de ces élections ; c’est là le préalable à toute idée de République européenne !  

[8] Au point d’ailleurs que, Alain Madelin, chantre du reagano-tathchérisme des années 80 s’est senti obligé d’alerter ses « camarades » sur leurs surenchères libérales respectives frisant le ridicule intégriste… en somme, de vieilles birbes qui se comportent comme des fraichement convertis !  

[9] On attend de voir le programme du dernier qui s’est récemment pointé à ces primaires, Henri Guaino, pour voir ce qu’il aura pu conserver du gaulliste qu’il se prétend être ! Sûrement une belle fidélité sur les valeurs, ça ne coûte rien… pour le reste on demande à voir 

[10] Voir : http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2016/02/22/29006-20160222ARTFIG00006-primaire-a-droite-comparez-les-programmes-economiques-des-candidats.php

[11] Comme Sarkozy l’avait pratiqué en 2007 au début de son septennat avec les Jouillet, Besson, Kouchner et consorts alors qu’il n’avait gagné pourtant, contre Ségolène Royal, qu’avec des voix de droite, désespérant ainsi une partie de son camp

[12] Voir par exemple : http://tempsreel.nouvelobs.com/edito/20160502.OBS9660/primaire-de-droite-he-oh-la-gauche.html et http://tempsreel.nouvelobs.com/edito/20160426.OBS9234/vive-le-bon-vieux-clivage-gauche-droite.html

[13] Chirac en 1995 se fait élire sur la fracture sociale et arrivé au pouvoir prend Juppé comme premier ministre pour mener une politique de détricotage social ; Chirac, le même en 2002, élu avec au moins 35 ou 40 % de voix de gauche et qui maintient un programme qui ne parle qu’à son camp

[14] Master2, Sciences Politiques-Relations Internationales, Parcours Francophonie et Mondialisation, Spécialité Développement Durable et Economie Sociale et Solidaire; Université Jean Moulin, Lyon 3, toujours en recherche d’emploi…. même s’il est en service civique dans une association qu’on salue en rubrique « Blogs amis », à bon entendeur salut !

[15] http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/06/22/les-deputes-se-prononcent-sur-l-epineux-dossier-des-pesticides-tueurs-d-abeilles_4956095_1652692.html

[16] http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/01/sursis-de-dix-huit-mois-pour-le-roundup_4930354_3244.html?xtmc=glyphosate&xtcr=10 

[17] http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/06/23/glyphosate-et-si-tout-n-etait-qu-un-theatre-d-ombre_4956640_3232.html

[18] http://www.lemonde.fr/cop21/article/2016/06/15/cop-21-hollande-ratifie-l-accord-de-paris-sur-le-climat_4950719_4527432.html

[19] Remarquable article dans Libé, presque « islamophobe » pour une fois… ce n’est pas possible ils n’ont pas dû faire gaffe :@ http://www.liberation.fr/france/2016/06/30/defense-des-animaux-l-abattage-rituel-dans-le-viseur_1463104

[20] Le Foll nous a laissé que peu d’espoir sur France Inter le 7 juillet quand à ce que pourrait être la position du gouvernement en se couchant lamentablement devant les confessions concernées…

[21]http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/06/15/juger-les-djihadistes-pour-intelligence-avec-l-ennemi-la-fausse-piste-de-marine-le-pen_4950903_4355770.html;

[22]http://www.huyette.net/2016/07/la-cour-de-cassation-protege-les-lanceurs-d-alerte.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

[23]https://aucoinducomptoir.wordpress.com/2016/06/20/savent-ils-vraiment-gerer-un-etat-la-preuve-par-bygmalion/#comment-747

[24] http://www.jewpop.com/a-la-une/lhomophobie-du-rabbin-sitruk-sur-radio-j/

[25] https://aucoinducomptoir.wordpress.com/2016/06/23/petit-lexique-illustre-a-lusage-de-lextreme-droite-et-de-ceux-qui-copient-par-dessus-son-epaule/#respond