DECODA 50, 18/11/2016

Un numéro exceptionnel, comme un canard bien dégueulasse dans la bêtise…

Avec, exceptionnellement en « Edito »  » La lettre d’un ami gaulois émigré aux States« , à la fois dans la langue du Donald et en traduction assurée par l’amie Claudine de Cèze…

Et avec en prime le retour des « Brèv’vertes de Lucas », qui nous ont beaucoup manqué, et une contribution de l’ami Bruno dans notre rubrique »Perspectives 2017″ pour ouvrir la discussion sur des sujets qui devraient être au coeur des préoccupations de nos politiques, au milieu de « Primaires » qui ne sont centrées que sur des questions de personnes (qu’il s’agisse des écolos ou de la droite). En attendant celles de la gauche rétrécie en janvier ?

Alors bonne lecture et régalez vous !

En une ou deux colonnes

decodanages-n50-1c

decodanages-n50-2c

ou alors en texte intégral d’accès direct ci après.

Texte intégral du n°50

SOMMAIRE

Edito

Letter from Frankie, a « gaulois » friend  who has emigrated to the States

« The gangster and the absolute moron »

(Traduction par l’amie Claudine de Cèze en fin de numéro)

 Perspectives 2017

Vers une autre France, comment y arriver ? Par Bruno Bertrand

Les Brèv’vertes de Lucas

Dernière(s) minute(s)

– Un « Billet d’Actu » frelaté qui pose question

– Des nouvelles de la CEDH… qui fait encore des misères aux islamistes et à leurs amis

Les nouvelles du front bébête…

Sont toujours des nouvelles d’effroi…

L’insécurité culturelle

Chiffre(s) clés

300 000, et sans doute bien plus

Le crétin du mois

Rideau baissé, chapeau l’artiste !

La p’tite Biblio

Le mois du « K »

Keppel

Kershaw

Traduction par l’amie Claudine de Cèze de « La lettre d’un ami gaulois émigré aux states »

« Le truand et le bas de plafond »

 

Edito

 Letter from Frankie, a « gaulois » friend who has emigrated to the States

« The gangster and the absolute moron »


« It’s necessary to say things as we saw and heard them in the days following the victory of the lousy swine. I’m absolutely sure that our brilliant Reiser would have put him in squalid boxer shorts but on his head, because it’s there that he has to wear them considering the values in his pate.

This chap fucks his voters right away as nobody has ever done. Assured to be in the “Guiness Book of Records” for density, speed, and sneakiness. The day after his election he eliminates two fundamental points[1] of his « program for severely retarded persons » from his campaign website… And the aforementioned morons find there nothing to add…

And in France, that makes people chuckle !  » Ah! campaign promises ! », implying that the conquest of power justifies everything. After that, don’t forget reality guys! Stop messing around! Let’s go on like this, you bunch of idiots !

Even better, in the many documents we watched on this  » trumpien electorate « , we discovered that in fact they didn’t give a damn of the program[2], that they didn’t understand it and what was determining is that they liked the program well, as for example and among others filth, to build a compulsory wall for Mexico, but paid by Mexico in order to assume their racist and xenophobic drives.

To make it short, THE CHANGE!… in the way we surf the channels between two reality shows and endure their hopeless contents, the facing reality and the possible and desirable they are going to swallow.

In brief, emptiness of an informed point of view, nothingness of the spirit, a purely reptilian thing, a savage’s trick if not a primate… But, shit I’m being too rotten for monkeys, our brothers !

Besides, he has guts and testicles the absolute armed to the teeth moron! He hates “negroes”, “niaquoués” or “espangos” who piss off the poor white settler. For him, not only his cops just slay them massively but he has to fire them. He is not a racist, no, he just wants nobody to shit anymore on his pierced shoes. And fuck, the  » big replacement  » of the small white man, here, in the States is no fantasy. No, it’s reality, in terms of thirty or fifty years for the morons of any colors who don’t want to mix while sapiens made it with Néanderthal !

Help! We don’t even caricature a part of the trumpien electorate… , we saw and heard them non-stop selling their squalid stupid things in the accommodating microphones of all the channels and not hiding anymore because we don’t disgrace them here anymore, and haven’t since long. Even very young ones give in this trip of shit and disgrace their country[3].

Ah, how beautiful is the « de -demonization » of the devil! It’s worth it!. Let’s do the same thing in France, and make sure we don’t say that FN program and ideas are a shame and a lot of shit! Help Marine and her servants de-demonize and die with your « bobos » champs and innocents ideas. Fuck! That will be beautiful !

But no! When it comes to shit, it is necessary to say it and put the shame and the nose inside for the idiots who take pleasure in it ! Otherwise they move forward and walk us above. No way !

But show them, while we’re telling them their facts when they deserve it that we’re taking into account the real difficulties the country and the world meet, so that they’re not going to throw themselves stupidly into the arms of those who are going to flatter what they have low and vile to take advantage of it. They are not condemned to it. Neither are we nor you !!!

Opportunism makes the thief Marine and the badly handled circumstances make the complete moron !

So French friends History is not written, even after the Brexit, even after Trump !

Frankie, November 9”

 

Perspectives 2017

« Vers une autre France, comment y arriver ? »

Par Bruno Bertrand

« Pour faire suite à mon Billet d’Actu sur « Les Trump(ettes) de Jéricho » publié par DECODA et sortir de l’analyse pour me risquer dans des propositions, je vous livre quelques idées, non exhaustives des réflexions à mener d’ici 2017.

La première réponse à faire au populisme montant, c’est en effet d’apporter une réponse aux problèmes qui l’ont suscité, autre que le retour en arrière conservateur et protectionniste, essentiellement xénophobe voire raciste et fondé sur l’égoïsme national.

Condamner ou diaboliser ne suffit plus, il convient d’imaginer autre chose, plus juste certes que le libéralisme mondialisé débridé mais aussi qui puisse avoir une véritable efficacité économique pour notre pays, contrairement au collectivisme d’Etat communiste ou à l’autogestion idéalisée mais marginale proposée par certains écologistes, qui n’aboutissent qu’à un appauvrissement généralisé.

Une idée qui commence à se faire jour est celle du transfert d’une partie importante des cotisations sociales prélevées sur les salaires et versés par les entreprises pour le compte de leurs salariés, à l’Etat, qui deviendrait ainsi le garant de la solidarité sociale minimale dans la société.

Cette idée permettrait une participation plus juste puisque fondée sur l’impôt dont une partie est progressive et non juste proportionnelle, par exemple à un revenu minimum garanti pour tous, notamment en cas de chômage ou de maladie.

Elle permettrait aussi d’alléger considérablement les charges des entreprises et de les rendre plus compétitives sur les marchés où elles sont en concurrence internationale et donc d’assurer le développement de nouveaux emplois dans le secteur privé.

Cela favoriserait aussi le maintien d’emplois salariés face à la robotisation de notre société. Celle-ci est inéluctable techniquement mais elle n’est pas inéluctable économiquement  si les emplois salariés sont plus rentables que les robots. Il devient urgent de ralentir, par l’incitation et non la réglementation, le remplacement des caissier(ères) par des automates, supprimant des emplois peu qualifiés que nous ne pouvons plus remplacer par d’autres.

Pour ce faire il faut, enfin, abandonner la vision marxiste de l’entreprise, qui bloque notre réflexion depuis un siècle. Les cotisations sociales versées par une entreprise pour l’emploi d’un salarié ne sont pas des cotisations « patronales » qui doivent s’équilibrer avec des cotisations « salariales » par le biais de compromis paritaires. Ce sont des charges qui pèsent sur l’emploi de salariés en France et ne pèsent pas sur les emplois délocalisés à l’étranger ni sur l’emploi de robots. C’est une réalité et rien ne sert de diaboliser les méchants capitalistes qui préfèrent l’organisation la plus rentable à celle qui paraît socialement et nationalement plus juste. C’est juste mélanger la morale et l’économie, sans faire avancer le schmilblick.

La solution est donc de diminuer le coût du travail salarié, peut être d’abord pour la part de salaire inférieure ou égale au SMIC s’il faut le faire progressivement, en transférant à l’impôt le coût des cotisations sociales payées par les entreprises, au sein d’une caisse gérée désormais par l’Etat et non plus par les « partenaires sociaux » qui ne s’entendent paritairement que pour creuser de nouveaux déficits et conserver leurs fromages respectifs.

Abandonner ainsi la logique de « lutte des classes » ne se fera pas sans renouveler aussi le fonctionnement de nos entreprises en y intégrant réellement les salariés. Ceci passera par la généralisation de la distribution d’une partie significative des bénéfices aux salariés, soit sous forme de participation soit sous forme d’actionnariat salarié. D’autres pays tel l’Allemagne, qui n’est pas un fief bolchevique, y ont réussi.

L’incitation au développement massif de telles structures, amenant les salariés à profiter de la bonne santé de leur entreprise et à participer aussi à sa gestion, peut aisément être fait par l’incitation fiscale. En baissant l’impôt sur les sociétés, non de façon généralisée par dumping fiscal comme en Irlande, mais en retirant de l’assiette d’imposition toutes les sommes ainsi redistribuées aux salariés sur les bénéfices, voire en bonifiant ces comportements vertueux par une exonération supplémentaire. L’obligation de faire siéger des salariés au sein des conseils d’administration des sociétés avec droit de vote doit aussi être envisagée, au moins pour les entreprises autres que les très petites (moins de 10 salariés) où ce serait une complexité plus qu’un avantage pour cette collectivité.

Il ne faut pas non plus refuser de réfléchir à une baisse de certains impôts et taxes. Mais là encore il ne faut pas seulement raisonner en termes de justice sociale mais d’efficacité économique. L’impôt sur le revenu et l’ISF n’ont que peu d’impact sur l’activité des entreprises et les emplois qu’elles créent ou maintiennent. Or c’est sur ceux-là que se focalisent nos hommes politiques clientélistes, avec des résultats nuls.

Il n’en est pas de même pour les multiples taxes inventées par nos fertiles législateurs pour boucher les trous de budgets en déficits. Je ne les ai pas comptées mais ce sont des centaines de taxes qui sont prélevées tous les jours (par exemple sur les enseignes publicitaires des magasins en fonction de leurs tailles, des droits d’enregistrements sous forme de timbres, etc..) au fil des divers actes nécessaires à l’activité économique.

Ce sont de nouveaux octrois comme les marchands de l’Ancien Régime en payaient avant la Révolution à l’entrée de chaque ville et que celle-ci a supprimé pour favoriser l’essor économique de la France, avec succès. On peut voir aujourd’hui quelques bâtiments du XVIII° siècle aux portes de nos villes, souvent au milieu de ronds-points, car les octrois ne servent plus à rien et personne ne songerait à les rétablir…

La suppression de cette myriade de taxes sera en partie compensée par l’augmentation du revenu de ceux qui les payent et donc de la taxation automatique de ce revenu accru par d’autres impôts, directement ou indirectement. Elle permettra aussi l’allègement des tâches des fonctionnaires des collectivités territoriales ou de l’administration fiscale, utilement redéployés dans la chasse à la fraude fiscale.

Une autre France c’est aussi de rétablir une solidarité intergénérationnelle, mise à mal par le report de l’âge du départ à la retraite. Certes l’équilibre financier des caisses de retraite pose problème. Mais le choix qui a été fait d’un maintien du montant garanti des retraites entraînant une durée allongée de cotisation, c’est aussi choisir de privilégier les actifs âgés, ainsi maintenus plus longtemps en activité contre les jeunes au chômage ou en situation précaire. C’est aussi dire à ces derniers qu’ils n’ont rien à attendre de l’avenir quant à leur propre retraite, pour laquelle ils commenceront à cotiser à 30 ou 35 ans, avec une durée prévisible de 45 ans !

C’est l’échec de notre système de retraite et du paritarisme de sa gestion, là encore. Il faut d’urgence en changer et permettre, au moins de façon transitoire en période de chômage massif comme nous le vivons depuis 40 ans, de partir à la retraite plus tôt, avec une moindre retraite temporairement pour ceux qui le veulent. Ceci pour laisser de vrais emplois aux jeunes qualifiés qui les attendent en vain. Ceci sans recourir à l’usine à gaz syndicale de la pénibilité du travail comme seule voie d’une retraite avant l’âge légal reporté, idée généreuse mais confinant à l’absurdité économique pour sa mise en œuvre pratique.

Comment faire ?

– Organiser une caisse de compensation entre les caisses de retraite générales et l’indemnisation du chômage. L’augmentation du nombre de retraité partant avant l’âge actuel sera, quoi qu’en disent les économistes libéraux, en partie compensée par la diminution du nombre de chômeurs. Une partie des demandeurs d’emploi récupèrera, directement ou indirectement, leurs emplois et ils ne seront donc plus indemnisés mais deviendront cotisants.

Certes il y aura une différence de coût et elle devra être compensée par l’Etat, via la fiscalité. Mais ne vaut-il pas mieux dépenser cela pour porter ce message d’avenir et d’espoir que de le faire dans de nouvelles allocations de survie à végéter dans nos cités des quartiers périphériques, gangrénées par le trafic de drogue, la délinquance et l’islamisme ?

Renouveler la vie dans nos entreprises, affronter la concurrence internationale et le progrès technologique avec intelligence et ouvrir notre pays aux jeunes avec audace et solidarité, voilà quelques réponses différentes à apporter aux citoyens qui vont voter en 2017. A nous, si nous les partageons, de trouver le ou les candidats qui les porteront et à échapper à la droite « comptable » qui ne pense qu’en réduction du nombre de fonctionnaires comme alpha et oméga de sa politique économique, à l’extrême droite populiste qui ne pense qu’exclusion d’une partie de la population pour favoriser l’autre et à la gauche de la gauche, emportée par la démagogie redistributive d’un gâteau qui n’existe que dans ses rêves. »

 

Les Brèv’vertes de Lucas[4]

 Cette rubrique souhaite apporter de l’eau (ou ce qu’il en reste) au moulin des informations traitées en une ligne dans les bandeaux des chaînes continues. Comprendre les liens entre les mobilisations locales et les actions internationales, entre les idées géniales et les absurdités, entre les phénomènes climatiques isolés et l’avenir de la planète, tel est l’objectif de ces « brèv’vertes ».

COP-PORN ET CONTREPÈTRIES…. Comme Godart, « je ne veux parler que de cinéma, pourquoi parler d’autre chose ? Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout ». Cinéma d’auteur, blockbuster, film d’animation : les Brèv’vertes ressemblent davantage à une critique de Télérama qu’à une rubrique éclairée et éclairante sur l’actualité. Serait-ce un signe de mea culpa ? Pour l’absence de Brèv’vertes du mois dernier, complètement ! Pour la prémonition d’une victoire de Donald Trump ? Mea culpa ma faute à moi (lisez bien l’article du mois de septembre) ! Mais les informations du quotidien nous offrent tellement plus qu’un film de cinéma qu’il serait cruel de s’en passer. Et puis quel scénario! Pfou, on avait pas vu aussi dément depuis Kubrick ! D’ailleurs, en parlant de gros Godart Kubrick, vous avez suivi l’élection du nouveau maître du monde, de l’air, du feu, de l’eau et de la Terre ? Vous vivez dans une grotte comme un américain ? Triste affaire, alors que la Chine se lève à la vue des nippons, les occidentaux se réveillent avec la Gaule de droite. Et puis après tout, « le concept du réchauffement climatique a été créé par et pour les chinois, pour rendre l’industrie américaine moins compétitive« . Sommes-nous donc aveugles que nous n’avons pas vu le complot latino-fémino-islamo-chinois prospérer et poser sa patte sur le monde ?

Heureusement, le futur vainqueur de la primaire de la droite s’engage contre la déforestation, celle de son crâne, et le hérault Macron pour la décroissance (on avait dit pas de blague sur le physique des proches, mais Décoda m’a obligé…). Pendant ce temps-là, on parle de la COP 22. Enfin, on en parle en disant que la COP 22 se tient en ce moment à Marrakech et qu’elle doit servir à mettre en œuvre les dispositions de l’Accord de Paris. C’est déjà ça ! N’oublions pas que BFM est le principal relais d’information en France.

Nous pouvons ajouter de manière intelligible que : le Maroc est un leader du développement durable en Afrique, continent moteur de la transition et du développement des énergies vertes. L’UE n’est pas en mesure d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée. La France s’en sort, grâce aux politiques mises en œuvre en parallèle de la COP 21. Et pourtant, tout ça est loin d’être suffisant ! Puisque des pays comme le Japon, l’Arabie Saoudite et le Canada ne font aucun effort (ou si peu). Nos politiques ne sont pas dangereux pour la transition parce qu’ils sont bêtes, mais parce qu’ils sont lâches. Par exemple, aucun projet global de développement durable ne se dégage d’un candidat de la primaire de la droite et de l’extrême droite. Quand pourrons-nous enfin voir des solutions politiques concrètes de nos représentants ? Je ne vais pas m’avancer, je leur laisse le choix dans la date.

« L’optimisme est dans l’action ! », fondateur des Brèv’vertes.

 

Dernières minutes…

 1) ND des Landes : un Billet d’Actu un peu frelaté dans DECODA, mais qui pose question

Je me suis planté comme un gland et j’en suis pas trop fier. J’ai emballé ma monture favorite, le courroux contre les crétins des médias, pour sortir un Billet d’Actu suite à l’annonce et aux commentaires des conclusions du rapporteur public devant la Cour de Nantes dans l’affaire de l’aéroport maudit, avant même l’audience de la cour à l’occasion de laquelle ces préconisations sont normalement rendues publiques. Et vous avez été plusieurs à vous en émouvoir avec moi et à m’en féliciter.

Eh ben, je me suis gouré (au moins en partie et c’est pour ça que je remets le couvert). Depuis quelques années, le rapporteur public est tenu de mettre au moins 48h avant l’audience le sens de ses conclusions (confirmation de la décision attaquée ou annulation de celle-ci) sur la base de données SAGACE de la juridiction administrative. Donc les médias ont eu ce sens avant l’audience, et il n’y avait pas lieu de s’en étonner comme je l’ai fait.

Mais on ne peut s’arrêter là : pourquoi ne livrer que le sens ? Pourquoi ne pas donner le raisonnement juridique qui y conduit comme ça les médias saurait de quoi il s’agit et pourraient gloser en connaissance de cause, pour le coup ?

C’est clairement en l’état une demie mesure qui fout le bordel et permet de dégainer sans savoir ! Donc pour nous, c’est tout ou rien : soit on livre tout (le sens et le raisonnement qui y conduit) avant même l’audience, soit on ne livre rien et chacun peut attendre l’audience publique, non ? Quel intérêt a t-elle au fond si tout est dévoilé avant ?

Quant à l’argument de l’intérêt pour les parties de pouvoir plaider à l’audience en connaissance du sens des conclusions pour pouvoir espérer emporter la conviction de la cour si ces conclusions sont défavorables, cela ne tient pas si le raisonnement juridique qui mène au sens retenu par le rapporteur public n’est pas communiqué.

La solution n’est donc pas de dévoiler un bout de sein comme un tartuffe mais de tout déballer devant les parties (ouaf…) : le rapporteur public communique ses conclusions aux parties, voilà la solution. Pas les médias, ni le grand public, eux ils attendent l’audience.

Indépendamment de tout ça, sur le fond, la cour a bien niqué les zozos qui s’y opposent et qui préfèrent que les avions touchent pas aux zones humides et aux gastéropodes qui les peuplent. Tant pis pour les centaines de milliers d’humains qui habitent Nantes qui sont survolés en pleine ville constamment par les zingues qui décollent et atterrissent toutes les cinq minutes. Bravo, la Cour ! Si vous en doutez allez juste faire un tour à Nantes deux trois jours. Vous ne devriez pas avoir besoin de plus pour comprendre qui et où sont les sales cons.

2) Des nouvelles de la CEDH qui fait encore des misères aux islamistes et à leurs amis gauchistes ou niais, zut alors !

Après avoir déclaré la charia et l’islam politique incompatible avec les droits de l’Homme (voir notre numéro 49 précédent) voilà t’y pas que cette haute (et bien-aimée) cour suprême renvoie dans leur but les islamistes, leurs amis bien niais, ou gauchistes, quant au port du voile dans l’administration.

Il est vrai, (hein Najat ?) que celles qui ne sont que de pauvres mamans qui ne peuvent qu’aller voilées accompagner les sorties scolaires ne peuvent aller au travail dans leur administration qu’avec le même accoutrement vestimentaire, isn’t it ? Eh ben non, aux plotes les fanas des fichus islamiques. Et leurs complices bien niais, on commence à en avoir raz le fion ! Vraiment.

Voir ci-dessous le Document média joint décision CEDH affaire Ebrahimian contre France du 26 novembre 2015 et commentaires sur http://infosdroits.fr/port-du-voile-islamique-dans-la-fonction-publique-larret-cedh-du-26-novembre-2015-indique-que-ladministration-peut-refuser-le-renouvellement-dun-cdd-au-motif-que-lagent-refuse-de-le-retirer/

cedh-affaire-ebrahimian-c-france

 

Les nouvelles du (des) front(s) bébête(s)…    

sont toujours des nouvelles d’effroi…

Pour comprendre et combattre le(s) front(s) bébéte(s), qu’ils soient brun ou rouge, lisez Laurent Bouvet, « L’insécurité culturelle » chez Fayard, 12 euros c’est donné [5]!

Lisez aussi sa récente interview signalée par l’ami amerloque qui a écrit sur Trump et ses suites françaises. C’est juste remarquable de perspicacité et de justesse (voir http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/11/10/31001-20161110ARTFIG00234-laurent-bouvet-la-defaite-d-hillary-clinton-dernier-avertissement-pour-la-gauche-francaise.php).

Pour Laurent Bouvet, la crise économique ne suffit pas à expliquer le malaise français. D’ailleurs dans de nombreux pays des extrêmes droites prospèrent sur leur fond de commerce historique la xénophobe, voire le raciste, alors même que la réussite économique est là et le chômage réduit. Eternelle partie idiote de la gauche qui ne s’en tient qu’aux causes et économiques et sociales et ne veut pas voir la poutre qu’elle a dans l’œil et encore moins que celle-ci est en prime pourrie. Tout comme elle se trompe sur l’islam et ses affidés, elle se trompe sur le malaise français. Quand on est con, on est con comme disait le grand Georges et, en plus, en bande ça fait des dégâts….

Face aux bouleversements de l’ordre du monde et aux difficultés du pays, la montée du populisme et du Front national témoigne d’une inquiétude identitaire et culturelle. Comment vivre ensemble malgré nos différences ?
Laurent Bouvet, spécialiste des doctrines politiques et observateur attentif de la vie politique, examine l’origine de cette angoisse et ses effets.

En décortiquant les représentations, vraies ou fausses, que nos concitoyens se font de la mondialisation, de l’Europe, de l’immigration, de l’islam ou des élites, il montre comment des dimensions culturelles se mêlent étroitement aux conditions matérielles.
 Rompant avec l’aveuglement et le conformisme, Laurent Bouvet propose des pistes pour combattre ce mal qui ronge la société française : l’insécurité culturelle.

 

Chiffre(s) clés

Même si on sait bien que c’est le système US des grands électeurs, Donald baise Hillary avec plusieurs centaines de milliers de voix de moins qu’elle ! C’est vrai qu’elle porte un nom de cépage (le Clinton, pour les ignares) qui rend dingue.

Alors…

 

Le Crétin du mois

Avec l’élection de super crétin par des millions de neu-neu, cette rubrique est en deuil et fait rideau baissé. « Chapeau, the artist peroxydé ! ».

 

La p’tite biblio

Le mois des « K »

– De Keppel, Gilles : « La fracture » chez Gallimard, encore un ouvrage remarquable de cet auteur qui a tout compris des visées de l’islam politique, de ses zélateurs et complices, bref de leur caractère odieux et immonde. Où l’on voit ce que ses chroniques hebdomadaires sur France Culture avaient de juste et de prémonitoire

– De Kershaw, Ian : « L’Europe en enfer, 1914-1949 » Editions du Seuil », enfin la traduction en français de cette somme de l’historien britannique qui livre tous les ressorts des démons qui sont toujours là autour de nous ! Un second volume sur la période 1949-fin de siècle est annoncé.

A offrir à toutes celles et tous ceux qui savent lire et entendent servir encore un peu de leur cerveau.

Et puis, « Place de la danse », spectacle vivant, régalez vous avec l’ami Mikaël, danseur et professeur de danse de son état :

https://mikaelohannessian.wordpress.com/2016/11/17/place-de-la-danse/

 

La traduction de l’amie Claudine de Cèze

Lettre d’un ami gaulois émigré aux states :

 « Le truand et le bas de plafond »

 « Il faut dire les choses comme on les a vues et entendues aux lendemains de la victoire du gros dégueulasse. Suis sûr et certain que notre génial Reiser lui aurait mis un calbut immonde… mais sur la tronche, car c’est là qu’il doit le porter compte tenu des valeurs qu’il a dans le citron.

 Ce type baise ses électeurs d’entrée, comme personne ne l’a jamais fait. Le « Guiness des records » assuré et en densité et en rapidité, bien en douce. Le lendemain de son élection il supprime du site de sa campagne deux des points fondamentaux[6] de son « programme » pour débiles profonds… Et lesdits débiles n’y trouvent rien à redire… Et ça fait ricaner, « ah les promesses de campagne ! », sous-entendu la conquête du pouvoir justifie tout, après y a le réel les gars, faut pas déconner. Continuons comme ça bande de nazes !

 Mieux même, dans les multiples reportages qu’on a vus sur cet électorat « trumpien », on a découvert qu’au fond ils n’en avaient rien à braire du programme[7], qu’ils n’y comprenaient rien et que ce qui était déterminant c’est que ça leur plaisait bien, par exemple et entre autres immondices, de construire un mur imposé au Mexique, mais payé par lui et ainsi d’assumer leurs pulsions racistes et xénophobes.

Bref, du changement comme on zape les chaines entre deux téléréalités et où on se tape du contenu (qui est nul), du réel (qu’ils vont se prendre dans la poire), des possibles et du souhaitable (qu’ils vont devoir avaler). Bref, le vide d’un point de vue éclairé, le néant de l’esprit, un truc purement reptilien, un truc de sauvage si ce n’est de primate… Merde suis trop salaud là pour les singes, nos frères.

 En plus, il a des tripes (et des couilles) le bas de plafond US armé jusqu’aux dents. Il aime pas les « négros », les « niaquoués » ou les « espangos » qui font chier le petit blanc. Il lui suffit pas que ses flics les dézinguent à tour de bras. Il lui faut les virer. Il est pas raciste, non, il veut juste qu’on lui chie plus sur ses pompes trouées. Et puis, putain, le « grand remplacement » du p’tit blanc, ici aux States, c’est pas un fantasme qu’ils nous disent. Non, non du réel, du hard à échéance de trente ou cinquante ans  pour les crétins de toutes couleurs qui veulent pas se mélanger, alors que sapiens l’a fait même avec Néanderthal !

Au secours ! On caricature même pas une partie de l’électorat trumpien… A tire larigot, on les a vus et entendus débitant leurs âneries immondes aux micros complaisants de toutes les chaines en ne se cachant plus, car on ne leur fait plus honte, ici non plus, et depuis longtemps. Même des tout jeunes donnent dans ce trip de merde et font honte à ce pays [8].

Ah, elle est belle la dédiabolisation du diable, elle paie. Faites pareil, ne dites surtout pas en France que les idées et le programme du FN c’est une honte et de la merde. Aidez Marine et ses valets à se dédiaboliser et mourrez avec vos idées de bobos, de gogos et de naïfs. Putain ça sera beau…

Et bien non ! Quand c’est de la merde il faut le dire et les cons qui s’y complaisent leur mettre la honte et le nez dedans. Sinon ils avancent et nous marchent dessus. Pas question.

Mais montrez leur, en même temps qu’on leur dit leur fait lorsqu’ils le méritent, qu’on prend en compte les vrais difficultés que le pays et le monde rencontrent pour qu’ils ne se jettent pas connement dans les bras de ceux qui vont flatter ce qu’ils ont de plus bas et de plus vil pour en profiter. Alors qu’ils n’y sont pas condamnés. Ni nous, ni vous !

L’opportunisme fait la larronne Marine et les circonstances mal traitées, la plupart du temps, le bas de plafond.

Amis français, l’histoire n’est pas écrite, même après le Brexit, même après Trump.

 Frank, 9 novembre »

 

Un Blog de plus en plus ami

 

Xerfi Canal. Vous voulez tout savoir en économie ? Foncez sur ce site remarquable et ses vidéos très pédagogiques, loin notamment des arnaques des primaires démago et débilitantes !

Par exemple, regardez ça : http://www.xerficanal-economie.com/emission/Patrimoine-des-menages-les-francais-toujours-plus-riches-4466_3104.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC181116

 

Notes de bas de pages

[1] In particular the exit of the USA of their commitment on the COP21 while the future of the planet and the future generations is at stake !

[2] And when they know his stupid commitments they don’t mind if   he doesn’t hold them..

[3] http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/11/11/une-video-de-collegiens-reprenant-le-slogan-de-trump-sur-le-mur-choque-les-etats-unis_5029184_829254.html

 [4] Et n’oubliez pas : http://www.recupetgamelles.fr

[5] Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’Université Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Le Communautarisme. Mythes et réalités (Lignes de Repères, 2007) et Le Sens du peuple. La gauche, la démocratie, le populisme (Gallimard, 2012)

[6] Notamment la sortie des USA de leur engagement sur la COP21 alors que l’avenir de la planète et des générations futures est en jeu, ainsi que l’abrogation de l’Obama Care, notre sécu !

[7] Et quand ils connaissent ses engagements idiots ils n’ont rien à faire qu’ils ne les tiennent pas…

[8] http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/11/11/une-video-de-collegiens-reprenant-le-slogan-de-trump-sur-le-mur-choque-les-etats-unis_5029184_829254.html