DECODA 54, 30/03/2017

Petit numéro anniversaire, le 54. Quatre ans déjà !

Au menu : la présidentielle, les conseils à l’ami Macron pour se muscler un peu sur le régalien,  l’inanité et l’abomination constantes du programme du Front national et un nouveau blog ami, génial, « Mezetulle » de Catherine Kintzler  !

Du lourd…

Comme en attendant, le feu d’artifice, le billet anniversaire des Brèv’vertes dans quelques jours, pour leur 1 an. Lucas y travaille d’arrache pied, enfin j’espère… Il me l’a promis, donc ça va déchirer grave je m’en réjouis d’avance, d’autres vont craindre le pire !

Donc, dans l’attente, un n°54 en une ou deux colonnes, pour tous les goûts :

DECODA(NA)GES n°54-1C

DECODA(NA)GES n°54-2C

 

et ci-après en texte intégral d’accès direct.

 

Texte du numéro 54

SOMMAIRE

Edito                                             

60 ans de l’UE, Ne soyons pas tout de même trop cons…

Thème du mois 

Présidentielle et principes républicains, Encore tout faux…

Dernière(s) minute(s)                      

Infractions occultes…

Les nouvelles des fronts bébêtes        

FN, programme haineux, programme neuneu 

Le crétin du mois                                        

L’électeur de Fillon !

La p’tite Biblio                         

Immigration 

Blogs amis                                               

Mezetulle de Catherine Kintzler

 

Edito

60 ans de l’UE, ne soyons pas tout de même trop cons…

Pendant que tous glosent sur les 60 ans de l’UE au gré de leurs peurs ou de leurs fantasmes, la question essentielle n’est que très peu commentée. Elle est pourtant fondamentale. En effet, il est possible qu’on aille vers un nouvel alignement politique des astres en Europe, après une décennie de majorité néolibérale au sein de l’Union, majorité qui a mis par terre le projet européen en le sacrifiant sur l’autel de l’efficacité économique boostée par des dumpings de tous ordres entre les pays membres. Cette majorité, parfaitement inconsciente, a su provoquer les peuples jusqu’à la nausée populiste la plus abjecte en feignant de s’étonner de ce résultat et en rejetant la responsabilité sur ceux-ci. Comme si les peuples européens n’étaient composés de plus en plus que de cons ou de salauds et que tout allait bien en UE de Madame la marquise…

Qui peut croire ça, même s‘il est vrai que le « peuple » peut parfois se montrer gratiné. Mais que dit il au juste quand il ne se borne pas à dire sa haine de l’immigré, de l’arabe ou du musulman qui n’est pas comme nous, n’est ce pas, comme s’il existait une essence de ceci ou de cela ? Le peuple, eh bien il nous dit qu’il en a ras le bol de ce libéralisme dérégulé qui n’est encore qu’une jungle, notamment en Europe.

Europe dans laquelle les quelques Etats et nations qui veulent encore se défendre, pour la protection de leur système social et de leurs emplois, sont privés des instruments de régulation économique et monétaire alors que l’échelon supérieur est inachevé et n’est pas doté des régulations et harmonisations nécessaires. Echelon, ainsi, qui peut donner l’impression de davantage vouloir sauver les banques et le système financier que le bien-être concret des peuples. Echelon qui semble ne raisonner qu’en compétitivité même si elle est destructrice, qu’en concurrence débridée et en moins disant social quelles qu’en soient les conséquences… Comment, dans ces conditions, ces peuples ne se jetteraient-il pas dans les bras de tous les marchands d’encre qui se pointent devant lui, qu’ils s’appellent front national ou front d’ultragauche ?

Alors que faire ? Il ne peut exister en Europe une ligne politique sociale démocrate protectrice pour les peuples que dans une convergence franco-allemande : les deux puissances de cette Union européenne, seules à même d’imposer une autre ligne politique que l’actuelle. On l’a vu, Hollande, quelles que furent ses intentions, n’a pu construire, en face des options libérales allemandes, un front majoritaire du refus de cette doxa et tout autre comme lui dans les mêmes conditions échouera. Comme le nain Tsipras, avant lui. Comme Mélenchon demain qui l’a même déjà anticipé et en envisageant d’entrée le plan « B », la sortie de l’euro et de l’Union[1].

Or, ce qui se dessine politiquement en Allemagne avec la montée en puissance du social démocrate Martin Schultz et de son parti[2], nous ouvre des perspectives politiques réelles de fixation d’une nouvelle ligne politique, économique et sociale en Europe qui balaiera, par la puissance franco-allemande, les résistances des confettis qui seront restés sur la ligne économique libérale dérégulée. C’est une chance à jouer et il convient de tout faire pour favoriser chez nous dès mai prochain cette nouvelle convergence possible. C’est là le vrai rempart contre les populismes qui prospèrent aussi sur la misère ou les difficultés et pas seulement sur les haines identitaires ou les lâchetés communautaristes. Si nous sommes en Europe plus fermes avec l’islam prosélyte et plus attachés aux protections sociales des individus et à une plus juste redistribution, le populisme est mort.

Nous allons donc voter avant les allemands qui le feront à l’automne. Ne choisissons donc pas chez nous lors de notre présidentielle une ligne économique libérale, laquelle, alors que les allemands s’apprêtent à rejoindre une ligne sociale démocrate, nous verrait inverser ainsi la situation actuelle de paralysie politique du couple franco allemand, mais dans l’autre sens.

Mais attention, pour être crédibles, cela implique pour nous français également le maintient d’une éthique politique de responsabilité. En conséquence, nous devons de nous mêmes bien évidemment nous écarter du choix des souverainistes de droite ou de gauche, de l’ultralibéral droitier Fillon, mais aussi du candidat Hamon, qui, après sa victoire aux primaires, s’est préoccupé de se gauchiser et de se verdir encore davantage au lieu d’unir le camp de son propre parti social démocrate. Il empile ainsi les milliards de dépenses nouvelles non financées et se moque au fond, comme d’une guigne, des déficits et de la dette. Il l’a dit. Un Mélenchon bis. Tant qu’à faire, on préfèrerait presque l’original à la copie. Au moins il est drôle, cultivé et pétri d’histoire, même s’il est fou et ressemble plus à un apprenti dictateur qu’à Mendes.

Ne soyons donc pas très cons… L’évolution politique allemande qui est possible milite dès le premier tour pour le choix d’Emmanuel Macron, et d’aucun autre des candidats en lice. Macron donc, seul susceptible d’éjecter le FN et de répondre à l’idée d’un nouvel axe franco-allemand, social démocrate pour l’Europe.

En quelque sorte, les amis, un double vote utile. Ca se dessine de plus en plus… même s’il reste chez Macron encore quelques lacunes à lever comme on le montre ci-après en « Thème du mois » pour passer, pour ce qui nous concerne, de la résignation (même déjà résolue) à un véritable début d’enthousiasme.

 

Thème du mois

Présidentielle et principes républicains : encore tout faux…

Les programmes des candidats à la présidentielle sont désespérants en matière de préservation de l’idéal laïque et de protection des droits de la moitié féminine de l’humanité, idéal et droits que certaines confessions rétrogrades foulent au pied et en particulier, il faut le dire pour bien nommer les choses, l’islam radical.

Tout au mieux les candidats proposent-ils le statu quo ou une meilleure application de la loi de 1905, comme si tel était l’enjeu du monde qui est le nôtre. Préserver une loi peau de chagrin détricotée progressivement par le législateur et la jurisprudence depuis un siècle[3], réduite à une bienveillante neutralité complice, comme réponse à une confession radicale et conquérante, ouvertement prosélyte contre nos principes les plus fondamentaux[4] ? De qui se moque t-on? On sent une fois de plus, au choix, l’inconscience, la lâcheté voire le parfum malodorant de la démagogie électorale.

L’extrême droite, quant à elle, propose d’interdire tous les signes religieux dans l’espace public, ce qui est d’une part idiot et, d’autre part en fait, exclusivement dirigé et assumé contre les musulmans parce qu’on n’aime pas les arabes chez ces gens là. On en parle quand même un peu, en se retenant de vomir, tellement c’est con et haineux et juste fait pour faire plaisir à des cohortes de neuneus.

Pour mettre en œuvre cette politique xénophobe assumée, il faudra que la France renonce à ce qu’elle est, la patrie des droits de l’homme, à son humanisme, à son ouverture et à sa tradition d’accueil des persécutés et des réfugiés, toutes choses incompatibles avec la préférence nationale instillée dans les esprits par des ordures.

Mais attention danger, la France l’a déjà fait dans son histoire en pondant dès juillet 40, sans que les allemands lui aient demandé quoi que ce soit et sans que le pays ni le Conseil d’Etat ne bronchent, l’immonde « Statut des juifs » en fabriquant ainsi des citoyens avilis de troisième zone, produit direct de ce que l’extrême droite peut avoir de plus abject, son antisémitisme viscéral, sa haine du juif.

Aversion aujourd’hui refoulée et à laquelle s’est substituée, puisqu’il faut à ces gens là toujours un bouc émissaire à détester, la haine des arabes et plus accessoirement des noirs. La haine des autres, bref de tous les autres, de tout ce qui n’est pas eux.

Donc, comme pour le reste de son programme dont on parle en rubrique « Les nouvelles des fronts bébêtes », dégageons, sur la seule question de la laïcité et des droits des femmes, la blonde et ses sbires, qui, comme leurs aïeux pétainistes et vichyssois, ne sont pas de véritables français puisqu’ils n’épousent pas les valeurs républicaines de solidarité et de fraternité. Ce sont seulement de tristes franchouillards, de pauvres « Dupont la Joie » détritus cinématographiques d’humanité disqualifiée…

Mais les autres, les candidats républicains, où sont ils sur ces sujets ? Une véritable honte pour l’esprit car ils sont même en deçà des propositions de François Hollande en 2012 qui s’engageait (engagement n°46) à constitutionnaliser les grands principes de la loi de 1905 pour leur donner une nouvelle vigueur. Ce qui ne fut pas mis en œuvre in fine au motif que le Conseil constitutionnel l’aurait soi-disant fait dans une décision rendue en cours de mandat[5]. Il ne faut pas nous prendre pour des crétins, il n’en est rien et le boulot reste à faire, on l’a démontré dans une Tribune publiée par le magazine SLATE[6].

En outre depuis 2012 les enjeux se sont radicalisés et nous sommes en guerre idéologique et par les armes contre l’islam radical qui appelle à nous détruire, nous et nos valeurs[7].

Eh bien ? Eh bien, rien chez les candidats ! Des approches par le petit bout de la lorgnette du burkini, ou du voile à l’université, des discours généraux lénifiants, des pétitions de principe et en fait la poursuite de ce qui existe ou se fait déjà, ou ne se fait pas. On continue grosso merdo comme si de rien n’était… Lamentables les candidats, de ce point de vue sans exception.

Un véritable candidat républicain devrait faire tout le contraire : porter une pensée laïque d’émancipation citoyenne et de défense des droits des femmes, une pensée dynamique loin de toutes les démagogies ou lâchetés dans lesquelles certains élus se vautrent pour acheter une pseudo paix sociale dans les quartiers, ou au plan national. Alors ?

Alors, Macron réveille toi, puisque tu vas porter nos chances ! On te dit faible sur le régalien, saisis l’occasion mon gars. Tiens, je te donne la recette pour devenir un vrai républicain en bonne et due forme et en répondant aux enjeux ; la recette tient en deux points :

Constitutionnalisation des grands principes de la loi de 1905

Par voie de conséquence interdiction pour les personnes publiques du financement direct ou indirect des cultes, ainsi que des travaux sur édifices religieux en France, ou à l’étranger, pour ceux d’entre eux qui ne sont pas propriétés des collectivités publiques[8] ou protégés au titre des monuments historiques; il faudra en tirer ensuite les conséquences en toilettant les textes législatifs qui ne seront dès lors pas conformes à cette réaffirmation constitutionnelle.

Ami Macron, tu pourras même dire ainsi que tu fais ce que Hollande n’a pas eu le courage de faire !

Mise en place d’une Commission, du type de celle présidée par Bernard Stasi au début des années 2000, chargée de réfléchir aux mesures à prendre notamment vis-à-vis de l’islam radical, de la charia et du prosélytisme qui les caractérise

Notre société déclarerait officiellement l’islam radical et la charia contraires à nos valeurs démocratiques et à nos principes fondamentaux à l’instar de ce qu’a fait la Cour européenne des droits de l’Homme il y a maintenant déjà 13 ans. Elle pourrait le faire en s’appuyant en outre pour étayer son choix sur les crimes contre l’humanité, commis au nom de l’islam radical, en Syrie, en Irak et ailleurs.

Cette nouvelle commission serait chargée, notamment sur les signes, enseignes, emblèmes et tenues vestimentaires de l’islam radical de proposer ce que notre société est fondée à ne pas accepter, au regard de ses valeurs fondamentales et notamment de l’égalité homme/femme. En conséquence, elle proposerait les interdictions pour certains de ces signes[9] ou des mesures de politique publique destinées à en éloigner efficacement les adeptes et à en protéger les victimes.

Voilà, c’est simple et clair, conforme à nos valeurs fondamentales, à notre Etat de droit et à nos engagements internationaux car dans la droite ligne d’une décision de la CEDH qui n’apparaît pas discutable tant elle est logique : on ne peut revendiquer la protection de valeurs que l’on souhaite détruire. On ne peut être dedans et dehors.

On a envie de dire « y a qu’à » et on attend des orientations fermes du candidat Macron en ce sens, très vite maintenant. Faute de quoi la faiblesse perçue sur le régalien pourrait vite devenir un handicap risquant d’être rédhibitoire…

 

Dernières minutes…

Prescription des infractions occultes ou dissimulées

La loi du 27 février 2017 (https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2017/2/27/2017-242/jo/texte) a modifié le régime de la prescription en France pour allonger le délai de celle-ci dans la logique de l’évolution des sciences et des techniques (qui permet de constituer les preuves plus longtemps) et d’une demande sociale qui voit s’accroître plutôt le « désir de punir » que le droit à l’oubli, comme aurait pu l’écrire feu Thierry Levy.

Mais, à cette occasion, les députés et les sénateurs ont cru, sur proposition du gouvernement par amendement[10], pouvoir régler l’épineuse question des infractions dissimulées ou occultes qui, dans notre droit antérieur, ne voyaient leur prescription ne commencer à courir qu’à compter de leur révélation (et non pas de leur commission) par l’effet d’une jurisprudence de la Cour de cassation constante depuis 1935.

Cette situation, si l’on veut bien être honnête intellectuellement, présentait un inconvénient non négligeable : rendre ces infractions quasi imprescriptibles du fait d’un point de départ flottant lié à leur révélation et donc leur poursuite, sans prescription possible, de manière illimitée alors que rien, dans notre philosophie du droit, qui a la prescription des crimes et délits comme un de ses principes généraux, ne le justifie[11]. Dans notre droit en effet, et quel que soit notre désir de punir la délinquance en col blanc, aucun crime, aucun délit n’est imprescriptible à l’exception des crimes contre l’humanité. Faut peut-être pas charrier sur la délinquance financière ou en col blanc en la rangeant parmi les crimes contre l’humanité…

La loi du 27 février a donc prévu que :

« Par dérogation au premier alinéa des articles 7 et 8 du présent code, le délai de prescription de l’action publique de l’infraction occulte ou dissimulée court à compter du jour où l’infraction est apparue et a pu être constatée dans des conditions permettant la mise en mouvement ou l’exercice de l’action publique, sans toutefois que le délai de prescription puisse excéder douze années révolues pour les délits et trente années révolues pour les crimes à compter du jour où l’infraction a été commise.

Est occulte l’infraction qui, en raison de ses éléments constitutifs, ne peut être connue ni de la victime ni de l’autorité judiciaire.

Est dissimulée l’infraction dont l’auteur accomplit délibérément toute manœuvre caractérisée tendant à en empêcher la découverte. »

Dès lors, depuis la loi du 27 février, le point de départ de la prescription reste la révélation de l’infraction (la loi reprend le principe posé par la Cour de cassation), mais un délai intervient pour supprimer l’imprescriptibilité qui résultait de la situation antérieure. Il est de trente ans à compter de la date où le crime a été commis et de douze ans pour un délit.

On peut considérer que cette situation nouvelle n’est pas satisfaisante. En effet il suffira de dissimuler 12 ans un délit financier pour qu’il soit prescrit. Mais la situation antérieure était encore moins satisfaisante et même choquante.

Depuis des années cette situation était critiquée mais nombreux étaient ceux qui s’accommodaient d’une imprescriptibilité qui satisfaisait l’institution judiciaire et les médias dans leurs chasses respectives. Faute d’avoir voulu traiter le problème, il fallait s’attendre à ce que nos élus le fassent à l’occasion de la réforme de la prescription au détour d’un amendement. Cela doit servir d’enseignement et conduire à ne pas minimiser les difficultés lorsqu’elles sont réelles, faute de quoi on s’expose à des déconvenues. On y est en plein.

 

Les nouvelles des fronts bébêtes        

Sont toujours des nouvelles d’effroi…

FN, programme haineux, programme neuneu…

On ne va pas y aller par quatre chemins et se noyer dans les détails et les discussions sans fin…

La préférence nationale (PN) est contraire aux valeurs républicaines qui commandent, n’en déplaise, que l’on traite l’étranger en situation régulière sur notre sol quasi comme le national, que l’on accueille les réfugiés au titre du droit d’asile et que l’on traite humainement ceux que l’on accepte sur notre sol, notamment par la politique de regroupement familial.

La blonde neuneu fera comme le neuneu en chef US peroxydé elle se prendra bâche sur bâche sur ses réformes pourries et nous perdrons après l’honneur notre temps. Donc basta, la PN c’est pour les ânes, qu’ils se la gardent bien au chaud dans leur vomi.

Le programme économique du FN est un programme débile (oui débile[12]) qui suppose la sortie de l’UE et de l’Euro, pour qu’on se ruine bien tranquille entre nous façon resucée du programme commun des années 70 (ça c’est un avenir et la France de demain !). Or, MLP répète à l’envi qu’elle fera, dès son arrivée au pouvoir, un référendum pour proposer ces sorties de l’UE et de l’euro aux français. Mais on sait que plus de 70% des français n’en veulent pas et ne vont pas changer d’avis. Donc elle nous prend pour des cons.

On va le lui rendre au centuple, son programme elle se le care où je pense et au deuxième tour on va la torcher grave. On va peut être même l’humilier en la mettant seconde au premier tour et qui sait si le peuple de gauche se réveille et arrive à obliger Mélenchon et Hamon à s’entendre, il pourrait bien en faire une superbe troisième devant un Fillon maintenu mais effondré dans ses minables affaires. Quel pied, bordel ! C’est pas fini les gars ! On lâche rien !

 

Le crétin du mois                                           

Des millions de crétins ce mois : les électeurs de Fillon

A droite tout est perdu, même l’honneur. Encore 17% à s’accrocher à ce triste personnage, ce forcené qui confesse à tout va des erreurs de jugement à répétition, pour les emplois bidon de sa famille, pour ses costars cadeau, etc.

En revanche, là pas d’erreur, il se maintient contre son propre engagement de se retirer s’il était mis en examen… Et cette mise en examen vient d’être étendue au chef d’escroquerie aggravée, de faux et usage de faux… On croit à un cauchemar. Mais non on s’attaque à sa personne pour le détruire, qu’il soutient maintenant ce naze. Plus de doute, il est con et parano en même temps la mari de Sénélope Pillon…

Ce type salit la France et il va falloir qu’il le paie. Mais ses électeurs qui tiennent bon à hauteur d’une sorte de noyau dur de 17% ! Ils sont complètement stupides ou quoi ? On leur volerait leur victoire qu’y disent par un complot contre leur petit chéri, ourdi par Hollande bien sûr[13]

C’est clair ils sont stupides et j’ai honte pour eux. De pauvres types et pauvres pouffes, bien haineux, à qui on va voler leur revanche sociale sur tous ceux qui profitent des régimes sociaux lourdement financés avec les impôts qui les accablent…

Là aussi on pense à la France de Vichy, plutôt qu’à celle de Londres. La plupart d’entre eux est déjà mûre pour le FN, si ce n’est l’abstention, mais sans avoir les excuses des classes moyennes populaires qui paient cash le libéralisme débridé et la compromission sur les valeurs républicaines et laïques face à l’islam prosélyte.

 

La p’tite Biblio                  

Une seule référence ce mois, proposée par un fils d’immigré, E.M. Mouhoud, les cons ne vont pas aimer…

Chez Fayard, « L’immigration, mythe et réalités » ouvrage qui démonte toutes les imbécillités que certains ressassent sur ce sujet pour placer leurs politiques immondes, xénophobes voire racistes. Les données chiffrées, pas les fantasmes et les haines pour guider les politiques publiques.

Qui sont les migrants internationaux ? Combien d’entre eux arrivent réellement chaque année dans les pays riches ? La France reçoit-elle vraiment « toute la misère du monde » ? Combien coûtent les migrants aux finances publiques des pays d’accueil ? Prennent-ils nos emplois ?

Les propos erronés, répétés sciemment ou non, sur l’immigration et ses effets, persistent et se renforcent dans les périodes de crise, aujourd’hui comme dans les années 1930.

Peut-on espérer comprendre et traiter la question de l’immigration si les allégations les plus invraisemblables ne sont pas démystifiées, si les fantasmes et non la réalité nourrissent le débat public ? Les chiffres existent ainsi que leurs analyses et leurs enseignements, fondés sur des études concordantes réalisées dans différents pays. Pourquoi les ignorer ?

Loin des plaidoyers en faveur, ou contre les migrations ou les migrants, c’est à ces questions, quelquefois dérangeantes, toujours précises, que ce livre tente de répondre.

E.M. Mouhoud identifie quinze mythes qui parasitent le débat public sur les migrations et permettent à certains responsables politiques de défendre des thèses aussi anxiogènes qu’inexactes. Ce livre fournit des propositions concrètes et de pistes de réflexions pour une véritable politique efficace et juste.

Professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine, El Mouhoub Mouhoud est spécialiste de la mondialisation, des délocalisations et des migrations internationales.

Voir aussi : https://www.franceculture.fr/oeuvre/limmigration-en-france-mythes-et-realite

 

Blog ami

http://www.mezetulle.fr de et par Catherine Kintzler.

Et comme elle le dit elle-même sur son blog :

« Mezetulle se veut résolument intello, raisonneur, rébarbatif.

Du texte, du texte, et encore du texte, parfois hérissé de notes de bas de page.

Images et autres « médias », rares, ne sont présents que comme objets du texte ou pris dans un raisonnement qu’ils illustrent. C’est exprès !


Son principe est simple mais ambitieux : que chaque texte soulève un enjeu pour la pensée.

Son parti-pris est tout aussi simple : la pensée se rencontre partout, pourvu qu’on y soit attentif. »

On croit rêver par les temps qui courent et qui font roi le premier crétin peroxydé venu, mais un tel site, ça existe !

En appui de notre propre petit DECODA, ilot de résistance, un vrai bonheur pour l’esprit.

 

Notes de bas de pages

[1] Il n’y a que MLP qui est vraiment conne ou nous prend pour des cons en voulant nous faire croire qu’elle pourra mener sa politique sans sortir de l’UE et de l’euro si les français disent non à son référendum après son élection…

[2] Même si les élections partielles dans la Sarre ce dernier week-end n’ont pas confirmé les sondages nationaux

[3] Voir notre Tribune dans SLATE : http://www.slate.fr/tribune/80101/laicite-loi-1905-peau-de-chagrin

[4] Voir notre récente Tribune dans Marianne : http://www.marianne.net/agora-les-4-principales-questions-que-pose-islam-radical-notre-etat-droit-100249137.html

[5] Voir notre Tribune dans le magazine SLATE http://www.slate.fr/tribune/83673/iconoclastie-principe-constitutionnel

[6] En réalité le Conseil constitutionnel n’a élevé qu’une petite partie des principes de la loi de 1905 au rang de principes de valeur constitutionnelle (l’interdiction de reconnaissance des cultes et celle de les salarier, ce dont au demeurant personne n’a tiré aucune conséquence) et pas l’interdiction principale, celle de les subventionner, ni celle bien affaiblie par le Conseil d’Etat de financer les travaux sur édifices du culte ; ceux qui soutiennent que l’engagement a été tenu se paient notre tête

[7] Au surplus, cet islam radical a déjà assassiné des centaines d’innocents ici et des dizaines de milliers ailleurs, outre nos amis de CHARLIE. Si vous en doutez ou avez oublié, réveillez–vous, lisez ou relisez Fourest, Bruckner, Daoud, Sensal et tous les autres…

[8] Et en lisant l’exception au singulier, c’est à dire que seule la collectivité publique propriétaire ou affectataire de l’édifice religieux peut financer des travaux, d’entretien, de réparation ou de restauration sur celui-ci

[9] A l’instar de ce que notre société à su faire pour l’idéologie nazie avec l’article R 645-1 du code pénal qu’il faudrait appliquer à l’idéologie islamique radicale qui appelle au génocide des mécréants, des apostats ou des autres croyants

Article R 645-1 : Est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe le fait, sauf pour les besoins d’un film, d’un spectacle ou d’une exposition comportant une évocation historique, de porter ou d’exhiber en public un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945, soit par une personne reconnue coupable par une juridiction française ou internationale d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité prévus par les articles 211-1 à 212-3 ou mentionnés par la loi n° 64-1326 du 26 décembre 1964

[10] Voir : http://www.lcp.fr/actualites/comment-le-garde-des-sceaux-modifie-la-prescription-des-infractions-occultes

[11] Rappelons que la réforme législative de 2017 ne change rien à la prescription des délits continus dont le point de départ de la prescription continue d’être sans cesse repoussé au fur et à mesure que l’infraction perdure, seul est modifié le régime de prescription des infractions dissimulées ou occultes

[12] Voir notamment http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Programme-Le-Pen-les-ruineuses-incoherences_3744554.html

[13] Sur la réalité des assertions de l’ouvrage sur lequel s’appuie Fillon, les auteurs ont eux mêmes démenti l’existence d’un « cabinet noir » et cet ouvrage de journalistes qui déshonorent leur profession est sujet à caution (voir http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170324.OBS7096/le-livre-place-beauvau-ou-la-defaite-du-journalisme.html)