DECODA n°18, 5/06/2014

SOMMAIRE

Edito

La VIème République, vite !

Le thème du mois

Elections européennes : le regard de l’histoire sera nécessairement navré

Dernière(s) minute(s) : UMP big millions, Sortir de Schengen, Repentis fiscaux, Réguler les investissements étrangers en France, Projet de traité TAFTA, la cata n’est pas où l’on croit.

Chiffres clés

Les chiffres qui tuent….

Fraude des pauvres, Fraude des riches

Le(a) crétin(e) du mois

France Télévision

La p’tite biblio : Alain Finkielkraut, Eloi Laurent, Zygmunt Bauman et Philippe Katerine !

 

Edito

La VIème République, vite !

Il ne se passe pas de jour où les médias nous ne donne pas envie de vomir et de tout couper, de ne plus penser qu’à soi, parents et amis… Les médias démolissent tout, sans arrêt, et certains en sont plus victimes que d’autres… Cinquante ou cent couillons viennent gueuler à Rodez après avoir cassé du bien public à tire larigot et les médias titrent « Hollande chahuté à Rodez », sous entendu comme d’habitude, une fois de plus, et ils finissent de le cramer dans « l’Opinion artefact » qu’ils construisent patiemment, et que leurs potes sondeurs mesurent ensuite pour contribuer à sa consolidation[1].

A la moindre occasion, ils réunissent contre l’actuel président ou gouvernement, de nouveau, la merveilleuse coalition des « non » de 2005 qui a valu à notre Europe de ne toujours pas avoir de Constitution. On restera dans l’histoire le premier grand peuple qui a refusé une constitution alors qu’on la lui proposait… La première Constitution pour l’Europe refusée en réunissant contre elle toute les aigreurs et petitesses nationales chauvines, ainsi que tout ceux qui préfèrent rien à peu.

Et on l’a encore vu lors des récentes élections européennes, sur les mêmes bases que 2005 la France reste la honte de l’Europe, elle fait même mieux. On analyse en « Thème du mois » ce que sont les véritables hontes des résultats de ce scrutin qui ne manqueront pas de donner au regard de l’histoire un jugement nécessairement navré.

En France, les partis républicains sont pour la gauche aux manettes (PS et radicaux de gauche) et en voie d’être discrédité du fait de l’absence de résultats.

Pour la droite, l’UMP est en situation d’implosion grave par la faute de Sarkozy qui a fricoté avec Buisson et choisi une ligne droitière loin des fondamentaux du gaullisme.

Cette ligne éloigne l’UMP d’une alliance avec le centre, et les ex UDF, sans lesquels il ne peut être majoritaire. Bref, l’UMP une belle idée anti Front national à droite, vidée par opportunisme électoraliste en 2012.

Depuis plusieurs années, tout est devenu absolument ingérable dans ce pays sans cohésion sociale véritable et suffisante. Nous ne sommes plus qu’une collection d’individus, d’ensembles de consommateurs profitant, plus ou moins, du système, de communautés culturelles, pour ne pas dire ethniques, et tout ça sans véritable Pacte républicain incontesté sur des valeurs communes. Aujourd’hui quel citoyen irait se faire tuer pour ce pays et ses valeurs, ou mettre sa vie en danger pour les défendre en résistant à l’infamie ?

Les questions posées ci-après dans ce numéro, et dans les numéros précédents, sur la nécessité de refonder le Pacte républicain sont nombreuses et font penser que l’on approche chaque jour, après presque soixante ans, du terme de la durée normale d’une république… et que la cinquième est très fatiguée.

Pas seulement au plan institutionnel, mais y compris pour les sommets de la classe politique usée qui habite ses institutions. Les institutions de la Vème république ne produisent plus un niveau suffisant de démocratie et la classe politique qui les occupe bloque toute évolution outre son cynisme et pour certains son absence de morale.

On l’a vérifié sur le cumul des mandats, on le vérifiera sur la réforme territoriale ! Soyez tranquilles si vous êtes contre, les petits barons, les petits ducs et leurs valets vont tout bloquer. Il n’y a qu’à voir comment le débat est engagé par les médias sur cette réforme après l’annonce des grandes lignes du futur projet de loi du gouvernement qui devra être discuté au Parlement et sur cette base viciée comment les réactions remontent déjà…

Pour construire une VIème République, les sujets à traiter sont nombreux fondamentaux : séparation des églises et de l’Etat, principes républicains imposés à tous les partis politiques qui entendent concourir à l’expression du suffrage universel et à ses financements, moralité de la vie politique, élection ou tirage au sort de nos représentants, vote facultatif ou obligatoire, mode de scrutin majoritaire ou proportionnel, degré de démocratie directe, réformes des institutions, indépendance de la justice, régime de responsabilité des médias, etc.

L’ampleur de ces sujets montre qu’un seul mot d’ordre se justifie désormais vu la déliquescence de notre société civile et politique qui rappelle les années 30, ou la fin de la IVème République : une nouvelle République, vite !

On va y réfléchir de manière plus approfondie et, dans un prochain numéro, on proposera le cadre de ce que pourraient être les grandes lignes de ce nouveau Pacte refondant une exigence morale, politique et laïque pour ce pays. Ce Pacte devrait se traduire dans une nouvelle Constitution, celle de la VIème République. Et il faudra aussi dire comment, en pratique, envisager une réalisation de cette hypothèse.

Je pourrai m’y essayer tout seul. Mais avec l’aide de la centaine de mes abonnés, c’est évident que ce sera plus intéressant et sans nul doute beaucoup plus complet. En conséquence, envoyez moi vos idées, les pistes à creuser et les points à traiter selon vous dans ce nouveau Pacte pour cette VIème République.

Envoyez moi vos propositions par mèl où en commentaires à cet «Edito » sur mon blog.

Il s’agit de remettre un peu de rose aux joues de Marianne, trop tristement bleue marine, ces derniers temps, j’en ferai notre miel collectif. Promis !

Le thème du mois

Elections européennes, le regard de l’histoire sera nécessairement navré

Au delà des rodomontades des souverainistes et de tous les benêts qui, dans les médias, leur flattent la croupe en alignant des superlatifs de catastrophes naturelles (ras de marée, séisme, tsunami…), que s’est il passé en réalité en Europe, et en France, en ce 25 mai 2014 qui restera sous le regard intelligent, lui, de l’histoire ?

Déjà, aux municipales, une dizaine de communes (sur 36000) conquises par le FN et un gros milliers de conseillers municipaux (sur 400000) étaient présentés dans les médias, comme un ras de marée de ce parti…

Alors, vous pensez bien aux élections européennes pour le FN 1 électeur sur 4 (25% des votants), même si c’est avec 6 électeurs sur 10 ayant participé au scrutin (donc en réalité, 10% de l’électorat), c’est un tsunami ! Et les médias le disent et le redisent, le titrent et le claironnent, et le pire c’est qu’ils ont l’air de le croire car c’est mieux pour le faire croire. Et les politiques qui suivent, comme le papillon devant la lampe, hypnotisés sans recul, ni jugeote…

En fait, la seule chose importante qui se soit passée ce 25, ce n’est pas le score du Front national puisque, au fond, il y a eu beaucoup moins de français qui ont voté pour lui que, par exemple, aux dernières présidentielles (4 million au lieu de plus de six…), mais qu’il soit arrivé en tête, devant UMP et PS et, ce, pour un seul motif, l’abstention massive (6 électeurs sur 10).

Et ça c’est la honte, la vraie, pour notre pays. Parce que l’Europe est notre avenir. Comment peut on ne pas s’y intéresser ?

Je ne parle pas de tous ceux qui ont eu un empêchement, non, ça peut arriver, mais de ceux qui l’ont fait délibérément en particulier à gauche. Ils ont mis le FN en tête. Qu’ils se regardent donc dans une glace !

L’autre chose importante dans ce scrutin est la montée des populismes et des souverainistes de tout poil en France et en Europe, bref des europhobes et franchement ça pue le même détestable repli sur soi.

Nos difficultés actuelles, toutes et chacune d’entre elles, ne peuvent trouver dans les thèses de ces gens le moindre début de solution à la hauteur des enjeux réels, un monde ouvert et une économie mondialisée. En passant du rang de première économie mondiale, celui de l’Europe, au rang de confetti réel, celui de la France, comment croire, si l’on a une once de jugeote, que c’est la voie de la raison ?

Mais, aucune raison, aucune jugeote dans l’expression du vote populiste… En effet, l’explication de la montée des mouvements populistes est ailleurs pas sur un choix raisonné et intelligent, c’est à dire adapté aux enjeux. D’ailleurs, aucun des pays qui a placé les populistes en tête (France, Grande Bretagne, Danemark) ne fait partie des pays qui ont le plus de difficultés (Grèce, Espagne, Irlande). Il y a des peuples qui savent résister à l’infamie, d’autres non. D’ailleurs, les analyses de tous les politologues et spécialistes de la sociologie électorale concordent.

Pour la France, il y a grosso modo 61% de français qui pensent que l’Europe est la solution et 39% qu’il faut revenir en arrière, au passé, au franc, aux vrais gaulois et que sais je encore…

Et bien sûr, même si cela a quasi disparu du discours officiel du Front national lors des européennes, chez ses sympathisants et ses électeurs, le problème c’est quoi ? Mais c’est bien sûr mon vieux Bourrel… bingo, l’immigration.

Et l’immigration parce que quoi ? Il faut dire les choses clairement, comme ces gens là les pensent… parce que musulmans ! Parfois les juifs, oui, oui car on ne se refait pas comme ça, mais surtout les musulmans alors là, mille fois oui.

Décidément, Coluche et Desproges nous manquent pour rappeler à la xénophobie, son ridicule, sa bêtise et ses dangers.

Mais attention, amis militants ou sympathisants de gauche, ne vous réjouissez pas trop vite dans ce procès du FN, votre (notre) angélisme depuis des décennies, la mollesse, pour ne pas dire la lâcheté, sur les principes républicains telle la laïcité, font, au final, que la gauche tient quand même un peu la main du Front national en n ‘ayant pas su vraiment régler les problèmes que rencontrent les couches populaires. Même si l’intégration des immigrés fonctionne encore, elle ne fonctionne plus suffisamment pour les plus défavorisés, notamment par l’ascenseur social, pour garantir la paix sociale.

Parce que le multiculturalisme à 5000 euros par mois dans Paris, ou en banlieue ouest, avec les meilleures écoles pour les gamins, désolé, mais ce n’est pas pareil que le multiculturalisme à 750 euros par mois de RSA dans des cités pourries et des établissements scolaires qui ne préparent qu’à l’ANPE.

Bref, nos politiques trop inefficaces et naïves, notre multiculturalisme incantatoire et béat, incarnation peut être de l’identité malheureuse qu’a identifié Finkielkraut, ont laissé une large partie du peuple des banlieues, cités et quartiers dans la merde, gaulois et immigrés confondus. Et bien sûr encore plus les femmes, livrées en pâture, honteuse même si elle est consentie, au machisme primaire des confessions les plus rétrogrades.

Si on veut lutter contre les idées du Front national et faire barrage à sa progression, il faut faire trois choses et vite.

D’abord, pardon mais culpabiliser de nouveau, débanaliser, dire de nouveau haut et fort en quoi les idées du FN sont inacceptables et honteuses dans notre République et revenir au front républicain inflexible et intégral pour faite rougir à nouveau ceux qui votent pour lui ou favorisent sa progression.

La récente mise à mort politique au sein de l’UMP de J.F. Copé, représentant de la ligne du « Ni Ni sarkobuissonnien », ouvre l’espoir de voir la droite dite républicaine le redevenir effectivement. Comment peut on dire que la montée des populismes est une horreur en Europe et défendre le Ni Ni. Sans déconner, en 40, ni Pétain, ni de Gaulle ? Donc, vite, le retour d’une UMP post sarkozienne sur une ligne libérale sociale rejetant son courant « droite populaire » vers le FN et s’alliant avec le centre.

Il faut ensuite que le gouvernement réussisse au plan économique et donc réduise les difficultés réelles des français, notamment le chômage. On verra, d’ici même pas deux ans, si la politique actuelle aura eu des résultats et si le patronat se sera, une fois de plus, un peu plus gavé ou s’il aura joué le jeu de ses promesses sur l’emploi, en contrepartie des baisses des charges patronales.

Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas du côté du centre ou du libéralisme social que ce billet tombera… car un échec social démocrate ne peut se dépasser que par la gauche.

Mais il faut aussi, et enfin, revenir à un discours républicain intransigeant sur nos valeurs et à une action publique qui en soit le reflet, notamment sur la laïcité. Ras le bol des positions de nos élus vis-à-vis des curés, pasteurs, imams et rabbins lesquels avancent leurs pions, sans opposition depuis des décennies, profitant de la faiblesse ou de la lâcheté, quand ce n’est pas des véritables convictions qui se sont étendues de la droite à la gauche, sur tout l’échiquier politique.

Ras le bol des amodiations apportées à la séparation des églises et de l’Etat. Et je vais vous dire même, ras le bol du religieux. Que l’on remette le religieux à la place dont il ne devrait jamais sortir : la sphère privée, le domaine des convictions individuelles ou dans les églises, temples, synagogues et mosquées qui vont avec.

Non, plus jamais d’emprise du religieux dans la sphère publique, plus de présence officielle de nos élus aux manifestations religieuses, plus de fonds publics versés directement ou indirectement aux confessions et cultes sous l’habillage hypocrite de la dimension culturelle du cultuel. Basta tout ça !

Pour revenir à la montée des populismes en Europe, il faut souligner qu’elle s’est limitée à trois pays, la Grande Bretagne, le Danemark et la France.

Pour les autres pays, le mal a été cantonné. Envoyer des élus FN ou assimilés au parlement européen ne sert à rien car les droites extrêmes sont morcelées entre fascistes, conservateurs extrêmes, et nationalistes de tout crin sans parler des nazillons divers et avariés. Ces droites ne peuvent, et c’est heureux, même pas faire obstacle au développement de la construction européenne car elles auront 75% du Parlement européen contre elles. Donc, tous ceux qui ont voté pour ces mouvements de droite extrême ont gaspillé leur voix.

De manière plus générale sur ces élections, plus que les résultats des extrémistes de droite, les citoyens européens ont donné une majorité plus importante aux libéraux et conservateurs. Et ça de manière opérationnelle et effective sur nos vies, c’est navrant et même assez bête si les peuples d’Europe ont à se plaindre de la politique actuelle d’austérité au sein de l’UE !

En effet, ces conservateurs et libéraux faisaient déjà, puisqu’ils étaient majoritaires, le malheur des peuples d’Europe sur une ligne de déconstruction des Etats Providence. Ils acceptent au sein même de l’Union le dumping économique, social et fiscal. Ils acceptent aussi ce dumping à l’international car les intérêts qu’ils représentent ne peuvent accepter de perdre les perspectives de profits qu’ouvre une dérégulation mondiale.

Et bien, les peuples d’Europe, assez bêtes à mon sens, viennent de donner à ces gens là une majorité encore plus importante. C’est bien ça, la véritable et triste nouvelle au moins autant que les 25% du FN en France.

Pour donner au consensus déjà très large sur l’Europe et à celle-ci les nécessaires développements qu’elle doit désormais connaître, il faut souhaiter que se constitue une force puissante face à tous les souverainistes, pour les balayer comme ils l’ont été pendant des décennies, comme emportés par le vent de l’histoire !

Il faut donc souhaiter que se forme, au Parlement européen, une coalition entre les conservateurs et les socio démocrates. Une coalition à l’allemande qui réunirait sur un programme de progrès économique, social et fiscal et sur l’objectif de la poursuivre la construction européenne, près de 70% des citoyens européens et renverrait les souverainistes et leurs projets mortifères aux oubliettes de l’histoire. Il faut en effet que se vident les poches de haine qui prospèrent sur tous les échecs et pour cela il faut la réussite économique et sociale, mais aussi la préservation de nos valeurs.

Ces valeurs sont celles des droits de l’homme et surtout même peut être de la femme car ce sont elles les premières opprimées par les doctrines religieuses. Ces valeurs humanistes sont notre identité, notre ADN, et elles n’ont rien à abdiquer devant qui que ce soit et surtout pas des religieux, venus d’ici ou d’ailleurs,

Parce que, au final, ceux à qui notre Pacte républicain ne convient pas, n’ont qu’à aller voir ailleurs, leur liberté individuelle ou collective s’arrête à ce Pacte. Ca sera comme ça en France, hors Pacte républicain, c’est dehors, partis politiques, individus ou groupes, quels qu’ils soient, principe d’égalité.

D’ailleurs, si certains partent en Syrie, ou veulent y partir, on ne comprend pas, très franchement, pourquoi on tente de les en empêcher… et surtout pourquoi on les laisse revenir faire péter un musée juif à Bruxelles.

Car, il faut le dire, ces barbus islamisés radicaux jusqu’à la moelle, et ces femmes « Belphégor », ils nous font horreur et on ne peut plus les voir. Comme d’ailleurs les petites gamines, bourges catho bien crétines de la Manif pour tous, qui ont jeté des bananes à C. Taubira sur son passage. Pas plus, mais pas moins… juste autant. On en peut plus, on en veut plus de tous ces ânes !

Dernière(s) minute(s)

1) UMP big millions !

Vous vous souvenez, été 2013, l’appel au peuple de droite pour sauver l’UMP de la faillite. Comme c’était un parti républicain, (enfin je croyais… et par comparaison avec le FN), j’aurai presque donné. Plus de 11 millions d’euros de collecte… Les gens sont sympa quand même à droite outre qu’ils ont du fric, ce qui fait deux qualités pour leurs amis…

Et, là patatras, on apprend que, un an avant, en cinq mois de campagne électorale (janvier/mai 2012) plus de 80 évènements, conventions et autres colloques, pour la plupart sans doute bidon, facturés à l’UMP par une seule société Bygmalion dirigée par des amis de JF Copé pour un montant total de 12 à 18 millions d’euros… millions qui, bien sûr, même pas besoin d’être expert comptable pour le comprendre, ont contribué à faire naître le trou qu’il a fallu demander aux militants de combler (CQFD !).

Putain, heureusement que j’ai rien donné, j’aurai financé une partie du black de la campagne de Sarkozy de 2012 et la cagnotte de la future campagne de Copé en 2017, enfin qu’y croyait le Jean François… Parce que là, le Jean-François, c’est mort pour lui…

Il a dû remettre sa démission de patron de l’UMP, qualité qu’il avait déjà extorquée à l’automne 2012, et va être sans nul doute poursuivi en justice pour divers délits qui devraient le tenir éloigné des terrains pendant quelques années, comme Juppé en son temps en somme…

Un point positif dans tout ça, à l’UMP la ligne droitière « Sarkobuissonienne » est sans doute morte avec Copé. Sarkozy de son côté ne peut pas sortir de cette nouvelle affaire blanc comme neige au plan judiciaire.

Et puis il y a les autres casseroles qui le plombent pour ses campagnes électorales précédentes, l’arbitrage bidon pour Tapie, ou encore les sondages de l’Elysée et j’en oublie à chaque fois.

L’UMP, avec son nouveau triumvirat (Juppé, Fillon, Raffarin) devrait recentrer sa ligne politique, en tout cas, on lui souhaite car, sinon, ce parti peut faire son deuil de toute alliance possible avec les centristes (UDI) et serait alors condamné à l’explosion par une alliance avec le FN qui ferait fuir les derniers républicains qui s’y trouvent. A suivre… Congrès de l’UMP à l’automne.

2) Sortir de Schengen ?

Quand même gonflé notre bon ex président Sarkozy…

A trois jours des européennes, pour briser l’élan du FN dans les sondages et refaire la cerise à l’UMP Big millions, ne v’la ti pas qu’il propose, et même pas chez son greffier habituel Le Figaro, de sortir de Schengen…

Vous savez, les accords entre les 28 pays européens sur l’immigration à l’entrée de l’UE des ressortissants étrangers à celle-ci. Et, d’après lui, il faut en sortir pour éviter le dumping social qui nous agresse…

Quel dumping social ? Y mélangerait ti pas un peu tout le petit Nicolas, dès fois ? S’il pense aux polonais, ou autres bulgares et roumains, à 3 ou 5 euros de l’heure, je lui rappelle que cela ne relève pas de Schengen mais de la libre circulation des citoyens européens en intra communautaire, comme on dit et de la fameuse directive « travailleurs détachés ».

Hyper compétent l’ex hyper président, il aurait écrit tout seul son papier nous ont bassiné ses « gens de com » repris par les benêts des médias… Ah… Ben alors, il aurait mieux fait de se faire relire par quelqu’un d’incompétent (J’sais pas, moi… Hollande peut être ?). Moi j’vous le dis, le vrai nul, c’était avant !

Accueil très, très moyen en Europe de sa proposition, sauf chez les populistes de tout crin (de chez bourrin, of course). Grimaces très attristées y compris chez la dame Merkel où on est avant tout sérieux, responsable et surtout pas girouette.

3) Fraude fiscale et repentis fiscaux…

La droite nous saoulait avec tous ces gens qui ne pouvaient que fuir la politique fiscale du gouvernement… Bilan des courses, un an après, 22000 repentis fiscaux rappliquent de Suisse et consorts et ça rapporte à la collectivité nationale près de deux milliards.

Nickel, ça permet à Valls de réduire la pression fiscale sur les moins favorisés. Continue Manu !

4) Réguler les investissements étrangers en France

Souvenez vous, Mittal qui vient, rachète et ensuite désosse les usines et ferme les hauts fourneaux. On continue à laisser faire ou on réagit ?

Le décret pris par le gouvernement, à l’initiative d’Arnaud Montebourg, pour soumettre à autorisation de l’Etat les investissements étrangers en France lorsqu’il s’agit de secteurs ou domaines stratégiques pour les intérêts de notre pays, comme le font bon nombre de grandes puissances pourtant non bolchéviques comme les USA, a soulevé, des ricanements chez bon nombre de nos économistes libéraux.

Ces braves gens, idéologisés jusqu’à la moelle comme un taliban moyen, ne supportent pas l’idée même de la régulation des intérêts privés par la puissance publique au motif qu’il ne faut pas décourager les investisseurs. Consternants. Tous les jours ils démolissent la France.

Vas y Arnaud, continue ! On s’en tape de leurs états d’âme et les investissements voyou, on en veut pas non plus.

5) Le TAFTA… Les vrais dangers du projet de Traité sur le grand marché USA/UE

Là aussi, grand délire mais de l’autre côté, antimondialistes et consorts. Soi-disant, on va devoir bouffer des poulets lavés à la javel, manger des OGM, du veau aux hormones, que sais je encore ! On serait déjà pieds et points liés dans cette discussion vendue aux States par Bruxelles.

Bref, les pommes on a pas besoin de les importer on a déjà tout ce qu’il faut… Les opposants au Traité oublient une chose pourtant déterminante : le futur Traité, une fois négocié, devra être approuvé à l’unanimité par les 28 Etats de l’UE. Donc, s’il ne nous va pas il suffira de dire non, même tout seul. C’est simple, non ?

En plus, en dépit du moindre bon sens, les opposants à cette négociation balancent du grand n’importe quoi que reprennent en cœur tous les « cretinus médiaticus », espèce végétale rampante en voie de recouvrir la totalité du globe terrestre.

Ils veulent de la transparence et que l’on mette tout sur la place publique côté européen. C’est les américains qui vont être contents : ils vont enfin connaître nos objectifs de négociation, même plus besoin des écoutes de la NSA… Plus couillon, normalement, t’es mort. Mais, hélas, le « cretinus transparatus » bouge encore…

En fait une chose est inacceptable en l’état des discussions sur ce futur Traité : la soumission de questions d’intérêt public à un arbitrage privé, tu sais amigo comme dans l’affaire de l’arbitrage Tapie ! Tu vois ? Cela, pas question, de suite et définitivement.

Pas de justice privée sur des questions intéressant l’Etat, la collectivité nationale, ou les collectivités locales. On sait ce que ça donne et on ne veut pas des soudards des intérêts privés déguisés en arbitres !

Bref, TAFTA, un seul mot d’ordre : aux chiottes l’arbitre ! Et allez les bleus !

Chiffres clés

La rubrique des chiffres qui tuent…

Fraude des pauvres, Fraude des riches

22000 poursuites en 2013 contre les fraudeurs aux prestations sociales

23000 demandes de régularisation d’évadés fiscaux depuis un an…

Bordel, les pauvres ont presque égalisé ?

Calmos mon gars, fais pas de cauchemar y a toujours pas photo !

60 milliards de fraude fiscale

3,5 milliards de fraude sociale

Ouf, tout va bien, on respire…

Le(a) crétin(e) du mois

Le groupe France Télévision et son PDG, Pfimlin grâce à deux exploits dans le même mois :

– pour le traitement honteusement surdimensionné et à décharge du retour du repris de justice Kerviel, même avec les habits d’un repenti béni par le pape ce fut juste consternant de veulerie…

– pour son logiciel, sur France 3, permettant sous forme de quizz accessible en ligne aux téléspectateurs électeurs de savoir pour qui voter aux européennes !

On croit rêver, mais non Pfimlin l’a fait. Non seulement coupable d’avoir aligné l’information sur sa chaine à un niveau infra TF1, et d’abêtir tous les jours les citoyens en les prenant pour des cons, la veille des élections, il a la prétention de leur faire dire par un logiciel pour qui ils doivent voter.

Il faut un manque de jugeote incroyable pour inventer un truc pareil et en prime ne pas avoir de conscience citoyenne.

Bref, le service public de la honte et comme le dit un des humoristes du groupe sur France Inter: « Et n’oubliez pas… c’est avec vos impôts ! ». Personne à la direction du groupe ne doit l’écouter…

La p’tite biblio

Trois bouquins géniaux qui mettent à mal diverses certitudes, libérales ou gauchisantes, chacun dans son genre :

Finkielkraut Alain, « L’identité malheureuse », chez Stock, mars 2014,

Bauman Zygmunt, « La richesse profite t-elle à tous ? » Chez Armand Colin, mai 2014,

Laurent Eloi, « Le bel avenir de l’Etat Providence », Editeur « Les liens qui libèrent »

Et, c’est pas du « bla, bla, bla, » toute l’œuvre musicale et textuelle de Philippe Katerine, à écouter pour se faire du bien (trois CD, 2005, 2010 et 2014).

 

[1] Juste un exemple récent qui m’a scotché : Le Monde daté du 1er et 2 juin titre en Une « La majorité face au « problème Hollande », on se dit « hou la la ! ». A l’intérieur du journal… rien, des supputations sur sa candidature en 2017 (dans trois ans !) et des racontars de couloir sur les états d’âme des même habitués qui n’adhèrent pas à la politique menée feignant de croire que c’est une ligne « à gauche toute » qui a gagné les primaires de fin 2011, puis a été élue en 2012 ; on ne saura jamais trop remercier tous ceux qui passent leur temps depuis deux ans à tirer dans leur propre but…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s