DECODA(NA)GES n°37 – 15 novembre 2015

Pardon, une fausse manoeuvre a fait sauter du blog la publication du jour du n°37…

Désolé je suis contraint de rétablir une seconde publication qui va vous être notifiée

DECODA n°37 est paru

En une ou deux colonnes, bonne lecture !

DECODA(NA)GES n°37-1C

DECODA(NA)GES n°37-2C

Et faites une bonne action, aidez la recherche publique dont les moyens se raréfient en période de crise : http://www.alvarum.com/virginiepetrilli2#.Vi0TUjxFSHs.yahoomail

Une réponse à “DECODA(NA)GES n°37 – 15 novembre 2015

  1. BERTRAND

    Une petite observation concernant les impôts locaux, en décalage avec l’approche médiatique majoritaire.

    Ce qui a été voté en 2008 était la suppression du bénéfice d’une demie part fiscale, pour le calcul de l’impôt sur le revenu, dont bénéficiaient les veufs et veuves.

    Moi-même, j’avais bénéficié de cette demie part depuis le décès de mon épouse en 2007 et je pense qu’elle n’était pas vraiment justifiée, hormis peut-être la première année suivant le décès, où le veuf/veuve devait payer les impôts sur les deux revenus de l’année précédente.

    S’agissant des personnes, veufs ou veuves, qui avaient des revenus faibles, mais imposables normalement, l’effet de cette demie part supplémentaire les rendait non imposables sur le revenu et, ipso facto, leur permettait de bénéficier aussi de l’exonération de la taxe d’habitation, accordée aux personnes non imposables à l’impôt sur le revenu.

    Dès lors qu’elles sont (re)devenues imposables du fait de la suppression de ce qui était une niche fiscale, ces personnes (pas nécessairement retraitées, je crois, même si c’est la majorité des cas probablement) n’ont aucune raison objective d’être exonérées à perpétuité de la taxe d’habitation.

    Ainsi un jeune travailleur ayant le même revenu qu’une veuve retraitée, devrait-il payer cette taxe d’habitation, et non celle-là.

    Je ne pense pas que la justice fiscale soit respectée et c’est pourquoi, me semble-t-il, le gouvernement avait prévu l’exonération de la taxe d’habitation pour les veufs et veuves uniquement à titre transitoire, jusqu’en 2015.

    Ce n’est donc pas une erreur de Bercy ni du gouvernement mais simplement la peur d’une exploitation populiste de ces cas particuliers avant les élections, qui a fait reculer le gouvernement face au déferlement médiatique, exploitant la détresse de petits vieux choisis pour le 20 heures, avec leur feuille d’impôt à la main.

    Sauf erreur de ma part, toujours possible, l’exonération ne concernait pas que les retraités et si tel était le cas, à quel titre les retraités devraient-ils payer moins d’impôts que les autres personnes disposant des mêmes revenus (jeunes travailleurs, chômeurs, etc.) ?

    Bruno

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s