Droit au « bien manger »

DECODA se joint à l’appel lancé par quelques personnalités visionnaires sur notre droit au « bien manger« . En y ajoutant de manière plus explicite un appel, of course et sans dec,  en faveur d’un droit à « boire bien » !

Signez ! C’est sur : http://www.atabula.com/appel-au-droit-a-bien-manger/ (1)

Notre « manger » que l’on malmène, qui subit l’industrialisation de sa production et de sa distribution au détriment de notre santé et de la planète. Au détriment aussi de ceux qui le produisent.

Notre « manger » qui est en fait entre nos mains, si nous nous préoccupions un peu plus d’exercer notre pouvoir de consommateur. Nous sommes des millions et avons le pouvoir et ne le savons pas. Atomisés que nous sommes.  Comme crétinisés par l’idéologie dominante du prix le plus bas qui ne traduit au fond qu’un mépris du « manger ». Le « manger » avili par des ânes sans palais en soi-disant « bouffe« , depuis ma génération qui a inventé cette « acculturation ». Mais « ça ne se bouffe pas, ça se mange » disait le bon JP Coffe !

Nous sommes complices par nos actes de consommation de l’assassinat par l’industrie agroalimentaire et la grande distribution des producteurs de qualité qui peinent à survivre, voire disparaissent par la pression exercée sans cesse à la baisse sur les prix de production. Dans l’intérêt du consommateur que nous sommes qu’y nous disent. Hein Michel-Edouard ? Mais en fait surtout de leurs marges et intérêts capitalistiques.

Alors, cessons d’être complices. C’est possible et ce n’est même pas compliqué. Nous avons le levier,  notre exigence de « bien manger ». N’achetons plus de plats préparés par l’industrie agroalimentaire et n’achetons plus de produits frais (légumes, viande, poisson, etc) en grande surface. Rien, plus rien en alimentaire chez ces gens là. En plus ils sentent le vent et mettent en place des attrape-nigauds au travers d’un petite offre un peu plus « haut de gamme ». Comme ça, espèrent-ils, le bobo continuera à y aller… Mais non, terminé, que dalle !

N’achetons à chaque fois que possible qu’aux producteurs en direct, n’achetons que bio ou en agriculture raisonnée, n’achetons que sur les marchés aux producteurs eux mêmes qui font l’effort de venir jusqu’en bas de chez nous.

Les bandits du carrefour et des grands chemins devront se contenter de nous vendre des poudres diverses et de l’eau en bouteille. Et tout ira mieux, pour notre « manger », pour notre santé et pour notre la planète. Si on le veut, on les tient.

Nous devons accomplir au fond la même révolution qu’avec le tri sélectif, accomplie depuis quelques décennies. Soyez sélectif là dessus aussi ! Et sans pitié, ni concession.

Y a donc pas que la politique à l’approche de la présidentielle !

Quoique ?

 

Note de bas de page

(1) Merci à l’amie Monique qui nous a signalé ce site remarquable