La blonde, la brute et le truand…

Et les sept ou huit nains a t-on envie d’ajouter…

Sans blague, l’heure approche de décider du sort du pays. Dans cinq jours exactement, nous aurons collectivement ce pouvoir entre les mains. Les choses bougent depuis une semaine ; on prend peur car les scores se resserrent et entre les quatre tout est possible, même le pire.

Au fond, quelle est l’offre à part le jeunot « en marche » ? Il suffit de se poser la question pour se prendre le bourdon de Notre Dame en pleine poire.

L’offre ? Elle est claire : la blonde, la brute et le truand, plus Benêt la Fronde qui traine sa déprime au fond du décor et sept petits nains hystériques qui virevoltent autour des caméras qui ne filment que les gros… Putain Sagan,  rebonjour tristesse…

Va t-on afficher à la face du monde que le populisme haineux de la blonde est en tête au premier tour, alors qu’elle et ses sbires ne relèvent que d’une cour de justice. La blonde au violon.  « Les Pooooortes du pénitencier, viennent de se refermeeeeer et qu’est ce que sera ma vieeee… » qu’elle va devoir chanter la Marine.

Va t-on qualifier pour le second tour une brute chaviste sur le retour avec son programme de casse économique du pays,  de démolition de l’Union européenne et du couple franco-allemand… On va quitter l’UE pour rejoindre l’Alliance bolivarienne, et faire ami-ami avec les pires tyrans que porte la planète; non mais, vous vous rendez compte ?

Va t-on repêcher le truand même pas repenti qui s’est gavé pendant près de quarante ans en exploitant sa gonzesse, voire ses gosses, quand ce n’était pas les failles de la législation pour se faire un max de gratte. Ce mec, il a considéré avoir gagné au loto le jour où il a été élu député.

Virons les tous ! Allez hop, dehors la blonde, la brute et le truand. Et les autres nains…

Du sang neuf, des gens optimistes et jeunes qui ne voient pas tout en noir et qui ont la volonté d’agir, de développer, de gagner, pas seulement de pleurnicher sur le mode « c’était mieux avant » ou donne moi donc mon dû avant que je me bouge. On pense à Kennedy et à sa phrase  : « Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, mais demande ce que tu peux faire pour ton pays ». Je préfère de plus en plus les naïfs aux cyniques et les optimistes aux pessimistes, car leur force d’entrainement est positive. Je déteste les forces de destruction. Dans cette campagne elles sont légion (dix sur onze).

Essayons le, ce jeune Macron  ! Confions lui les manettes à lui et ses semblables. Dans leur vie ils ont une propension à gagner, à réussir, qu’ils en fassent profiter la collectivité  nationale. Qu’est ce qu’on à perdre ? Pas de doute, beaucoup moins qu’avec la Blonde, la brute et le truand !

Les programmes de la blonde et de la brute nécessitent la sortie de l’euro et de l’UE pour être mis en oeuvre et comme la France n’est pas la Grèce, c’est juste de la destruction de l’Europe dont il s’agit. Si ce n’est pas souhaité par une majorité de français à ce que l’on nous dit, qu’on ne les élisent donc pas. Qu’ils valsent, après les autres éjectés de l’automne.

Le programme du truand est un programme de revanche, de triste sire revanchard, de casse sociale, un programme de classe qui veut laisser encore plus à ceux qui ont déjà tout.  Un programme qui socialement pue la mort. L’austérité pour les pauvres, toujours plus  de moyens pour les autres. Là aussi on pense à John-Fitzgerald : « Si la société libre ne parvient pas à améliorer le sort de la majorité des pauvres, elle ne pourra sauver une minorité de riches ».

Emmanuel Macron a une responsabilité écrasante, il est déjà la seule personne sérieuse entre Marine Le Pen, ou Fillon, et l’Elysée.

La vôtre, la nôtre, de responsabilité, qui est celle de le confirmer, ne l’est pas moins !

S’il n’arrive pas au second tour le Jeunot et qu’on se prend un duel Le Pen/Fillon,il faudra particulièrement remercier ceux qui auront minaudé et gaspillé leur voix… Comme pour Jospin en 2002.

Donc allez voter et votons utile dès ce premier tour, votons Macron et tant pis si ce n’est pas, ou pas complètement, pour nos convictions. Il s’agit en résumé d’éviter un désastre social ou le déshonneur pour le pays des Lumières, voire les deux.

Nos idées peuvent peut être passer après, non ?