Le coup du foulard…

 

Les footeux comprendront peut-être plus vite que les autres… Pour une fois, diront quelques méchants.

Non ce n’est pas le génial Kilian M’Bappé, ni un autre footballeur de talent, qui nous enchante par un sublime geste technique, mais bien la Cour européenne des droits de l’homme qui nous fait le coup du foulard (1), le coup du foulard islamique et là, cerise sur le gâteau, le coup du foulard au tribunal s’il vous plait !

Par une décision récente en effet,  une chambre de la CEDH (la 2ème Section) (2) censure la loi belge  qui, donnant aux présidents des juridictions de ce pays le pouvoir de police des audiences (comme dans beaucoup d’autres pays), leur a donné celui d’interdire aux justiciables de s’y présenter la tête couverte.  Et, ce, y compris pour une femme entendant y comparaître chapeautée d’un hidjab, le foulard islamique (voir affaire Lachiri c/ Belgique, 18 septembre 2018, 2ème Section).

Décision dont DECODA vous communique le texte intégral pour que vous « soyez juge ».

CEDHaffaire_lachiri_c._belgique

Si l’on résume ce cas d’espèce et la solution retenue par la CEDH :

Mme Hagar Lachiri, partie civile, se rend à une audience la tête couverte d’un hijab (foulard couvrant les cheveux et la nuque tout en laissant le visage apparent). L’huissier audiencier, au nom de la présidente de chambre, lui enjoint de se découvrir avant d’entrer dans la salle d’audience. Mme Lachiri refuse. La présidente fonde sa décision d’expulsion de l’audience sur les dispositions de l’article 759 du code judiciaire belge : « Celui qui assiste aux audiences se tient découvert, dans le respect et le silence ; tout ce que le juge ordonne pour le maintien de l’ordre est exécuté ponctuellement et à l’instant ».

Pour la CEDH, l’exclusion d’une justiciable de la salle d’audience d’un tribunal en raison de son refus d’ôter son hijab constitue une « restriction » dans l’exercice par cette dernière du droit de manifester sa religion. Si cette restriction peut poursuivre cependant comme but légitime la « protection de l’ordre », afin notamment de prévenir les comportements irrespectueux à l’égard de l’institution judiciaire et/ou perturbateurs du bon déroulement d’une audience, à défaut de comportement irrespectueux ou ne constituant pas – ou ne risquant pas de constituer – une menace pour le bon déroulement de l’audience, la nécessité de la restriction litigieuse ne se trouve pas établie et l’atteinte portée au droit de la requérante à la liberté de manifester sa religion n’est pas justifiée dans une société démocratique.

En conséquence, la CEDH invalide l’applicabilité au foulard islamique de  l’article 759 du code judiciaire belge !!! Oui, oui, contre la volonté du législateur de ce pays, de ses juges et peut-être même de son juge constitutionnel…

S’agissant d’une décision de Section de la CEDH, on ne peut ici qu’inviter la Belgique à faire remonter l’affaire en Grande Chambre pour qu’il y soit statué à un niveau approprié compte tenu de l’importance de la question du respect et de la déférence que chacun doit (y compris les croyants) à la Justice de son pays, fut-elle celle des hommes.

Alors, Madame la CEDH,  si je mets une casquette CNT, ou CGT, ou celle des adorateurs du temple lunaire,  ou mon slip sur ma tête, le président du tribunal pourra t-il encore me demander de me découvrir devant lui ? Normalement non car les opinions politiques, philosophiques ou religieuses bénéficient par le texte de la Convention européenne (article 9, 1 et 2) de la même protection. On voit bien ainsi comment la CEDH débloque à tout rompre avec le coup du foulard.

On voit bien ainsi où la CEDH nous conduit  : dans le mur de l’extrême droite, le Peuple n’en ayant rien à secouer de l’article 9 de la Convention et un de ces quatre il présentera l’addition pour toutes ces lâchetés. D’ailleurs, la CEDH est coutumière de ce genre de dérapage favorable au prosélytisme religieux (voir à cet égard : https://francoisbraize.wordpress.com/la-cedh-proche-de-la-levitation et https://www.marianne.net/debattons/forum/terrorisme-islamique-la-cedh-hors-sol).

Mais elle n’est pas la seule. Notre propre président s’est couché depuis longtemps devant les confessions. Et on ne peut que remercier Catherine Kintzler, sur son blog « Mezetulle », d’avoir publié le 7 octobre dernier des extraits du discours de Philippe Foussier et de son « Adresse » au président de la République lequel , sur ces sujets, depuis son élection débloque au moins autant que la CEDH.

http://www.mezetulle.fr/adresse-au-president-de-la-republique-par-philippe-foussier-extraits/

Merci chère amie Catherine de rappeler ainsi  le Sieur Macron aux fondamentaux de notre Constitution et de notre régime politique dont il est le gardien  et qui n’est pas celui du Concordat napoléonien ! Quoi qu’en pensent, ou souhaitent les curés, rabbins et imams et leurs comparses et complices.

Si notre Président n’est pas capable de nous protéger des ambitions folles de ces engeances, le Peuple en confiera le soin à quelqu’un d’autre. C’est sûr et jusqu’au pire, c’est sûr aussi même en France, peut-être même avec une courge en jupons dès 2022 d’ailleurs.

Il suffit d’ailleurs déjà de regarder autour de nous en Europe et dans le monde…

Et à ce moment là, ceux qui auront soutenu ces horreurs prosélytes islamistes, faudra pas venir pleurnicher.

 

 

 

Notes de bas de page

(1) Pour les ignares et incultes le « coup du foulard » consiste à frapper le ballon en passant la jambe de frappe derrière l’autre jambe… attention c’est difficile et ça peut être dangereux physiologiquement pour quelqu’un de non préparé

(2) Merci à l’ami Bruno B. de nous avoir signalé cette décision CEDH qui doit l’interpeller quelque part au niveau du vécu en bon président de juridiction…

Publicités