Lepénisés jusqu’à la moelle

Billet d’Actu du 31 août 2015

Lepénisés jusqu’à la moelle…

« Migrants »… que nous disent nos bons médias depuis des semaines comme si tous ceux qui se pointent aux frontières de l’UE formaient une masse indistincte d’immigrants candidats à des boulots (ou des prestations sociales, n’est ce pas ?), alors que l’immense majorité de ceux qui fuient la Syrie et le proche orient sont des réfugiés au sens des conventions internationales sur le droit d’asile et les réfugiés (conventions de Genève) que nous avons ratifiées.

Ces conventions nous font obligation de traiter ces arrivants au titre du DROIT d’asile et pas comme des candidats à l’immigration que nous pourrions en effet, en toute souveraineté, accepter ou refuser au regard de notre situation nationale (économique notamment)… Pourquoi faire ainsi masse de réalités diverses sous un seul vocable mystificateur ? Pourquoi, alors que l’enjeu en « volume » représente 0,15% de la population de l’UE et que les voisins de la Syrie en accueillent des millions à hauteur de leur propre population ?

Circulez, y a rien à avoir, disent malgré tout bon nombre de pays d’Europe issus pour la plupart de l’Est dans lesquels on dirait que le glacis immonde n’a pas totalement fondu et produit aujourd’hui de nouveaux rideaux de fer, murs et barbelés… Certains même font du tri et n’acceptent que les réfugiés chrétiens ! Pourquoi être aussi odieux alors qu’ils ont profité de la manne européenne pour sortir de leur mouise ?

Parlons nous donc, dit l’église catholique du Var s’adressant à la Maréchal perpétuant ainsi une tradition ancienne de la maison. Pourquoi ? Parlons lui donc au FN, nous dit une partie de l’ultra gauche pour nous aider à nous refermer gentiment sur nous mêmes en sortant de l’euro et de l’UE… Pourquoi ?

Et le droit d’asile opportunément gommé par le parti dit « Les Républicains » en la personne de Xavier Bertrand, son chef de file pour les régionales, qui déclare que le rappel des principes du droit d’asile par le Premier ministre constitue un appel d’air irresponsable… Pourquoi ? Dans la pure veine de la comparaison sarkozienne avec la fuite d’eau d’avant l’été, le Xavier.

Mais, comme d’habitude la cerise pourrie sur le gâteau gâté nous vient de la Marine… Lors de sa rentrée, fin août, elle a trouvé un terreau bien mûr et a pu chanter son petit refrain xéno de l’immigration zéro (légale et illégale), comme si nous avions un tel choix politique possible… alors que pour les réfugiés ce choix serait contraire à nos engagements internationaux et aux principes fondamentaux constitutionnels qui fondent la République.

Croire à un tel bobard est honteux et là, je le dis car trop c’est trop et j’en ai marre : avec une telle position qui nie un siècle de construction du droit des réfugiés, les électeurs qui y adhèrent ne peuvent plus être considérées comme de pauvres victimes abusées par des idéologues habiles. Désolé, ils sont responsables. Même les allemands de Merkel (égoïstes, n’est ce pas), nous mettent la honte en acceptant, avec un très large soutien dans l’opinion, d’accueillir plus de sept cents mille réfugiés encore cette année.

Après ça, on ne peut plus se demander pourquoi le FN n’est pas un parti républicain, même s’il a une existence légale. Le FN c’est, par son programme assumé, la xénophobie sous le visage de la préférence nationale. Il peut être grimaçant et haineux avec Jean-Marie, technocratique et froid avec Florian, bonasse avec Marine, ou souriant et catho avec Marion… peu importe.

Vous vous racontez ce que vous voulez, mais la xénophobie et la préférence nationale avouées dans une proposition politique, qu’elle soit grimaçante, bonasse ou souriante, fondamentalement, c’est la même chose qui commence par un « m », comporte cinq lettres et est incompatible avec la République et l’état de droit.

Publicités