Ma.gni.fi.que !

Contre vents et marées, le pays, notre beau pays, a rejeté hier la haine et le repli. Et comment ! Une branlée mémorable car réussie dans l’adversité.

Adversité, en effet, avec des adversaires frontistes prêts à tout jusqu’aux pires mensonges et au piratage du site de leur adversaire. Adversité aussi avec des insoumis qui ont massivement laissé les démocrates faire le boulot, bien planqués derrière leurs « belles » idées et un bulletin blanc. Quand ils ne sont pas purement et simplement passés au FN…. trois fois plus nombreux que les électeurs de Hamon, il faut le savoir.

Démentant tous les augures de malheur qui prédisaient depuis un an une bulle éphémère, Emmanuel Macron a accompli un exploit unique dans notre histoire républicaine. En à peine un an. Il est passé de rien, ou presque, à 39 ans au sommet. Cet exploit en appelle d’autres tout aussi nécessaires sur la réconciliation du pays par une politique ad hoc. On y reviendra d’ici les législatives.

Mais, là et aujourd’hui, ne boudons pas notre plaisir ! Une nouvelle fois le pays a été au rendez vous de l’histoire ne cédant ni à nos « trump » de pacotille, ni à nos « frexiteurs » de bazar, de droite ou de gauche. Quelle belle image pour la France dans le monde à la différence de beaucoup d’autres pays, pourtant beaux et grands aussi, et qui se laissent aller néanmoins à toutes les haines recuites ou replis frileux.

Par une raclée superbe digne d’un score de rugby (66 à 34 et deux fois plus de voix, 20 millions contre 10), le jeunot a balayé son adversaire qui a démontré, outre que son programme n’est pas républicain, qu’elle n’était ni vraiment intelligente, ni compétente, ni dotée de l’empathie nécessaire pour diriger autre chose que les troupes de la haine. Bref, indigne. On est donc heureux de la voir ainsi mise au tapis.

Ces gens du FN, même s’ils se prétendent plus français que vous et moi, ne sont pas dignes de la République française qui n’est pas eux. En rien. La République aime ses enfants, tous ses enfants, et traite également ceux qu’elle admet en son sein. Elle n’a aucune préférence, ni nationale, ni autre, et ne procède à aucun tri. Elle est généreuse et fraternelle avec tous. Même sans l’appellation officielle, elle est juste parmi les justes et, ce, depuis son rétablissement de 1945. Le strict contraire de l’Etat français de grand papa maréchal.

Mais attention les amis, si des électeurs s’égarent sur un vote frontiste ou insoumis, c’est qu’il y a des motifs sérieux à cela et ne les considérons pas obligatoirement comme des salauds ou des ennemis.

Et ces motifs il va falloir que le jeunot les traite pour réussir. On  y reviendra d’ici les législatives tant sur la défense des valeurs républicaines, notamment face aux intégrismes religieux ou politiques,  que sur le champ de la lutte contre les inégalités notamment économiques et sociales. Promis.

Mais chaque chose en son temps et d’ici là, bordel, encore une fois, quel pied !

Publicités