Perspective 2017

DECODA ouvre le débat !

« De tous côtés on n’entend plus que ça,

Un air nouveau qui nous vient de là-bas

Un air nouveau qui nous fait du dégât

Et comme moi il vous prendra… »

Reprendre la leçon de twist des « Chaussettes noires » semble particulièrement adapté, et même la rengaine à laquelle on semble être condamné, dès lors que l’on suit le concert médiatique et politique aujourd’hui et que l’on se pose la question de la refondation de la démocratie, fatiguée, très fatiguée, que nous connaissons.

Certes depuis Alain et les années 30 on sait que dès lors que quelqu’un prétend que le clivage droite/gauche n’existe pas ou qu’il est dépassé, on peut partir du principe qu’on a pas affaire à un homme de gauche, tant l’argument a été usé par la droite pour dénier depuis toujours l’existence d’une politique alternative à la sienne !

Mais l’analyse est valable dans une démocratie qui fonctionne, même si c’est bon an, mal an. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, on le vérifie à chaque élection et les citoyens s’en détournent, abandonnant en rase campagne partis et syndicats, et leurs candidats, et privilégient, pour ceux qui s’engagent, le monde associatif, l’humanitaire, l’économie collaborative et pour les autres leur petit confort plus ou moins douillet de consommateur avisé. « Parce que je le vaux bien », « parce que c’est mon choix », tels sont, massifs, les nouveaux mots d’ordre. Alors qu’est ce qu’on fait ? On assiste à cette mort lente sans réagir ? On se réveille ?

Pour construire un renouveau, il faut des offres alternatives d’où découle un choix clair pour ceux qui ont à choisir. Sinon, ils restent chez eux. La première question que l’on peut se poser est donc : Quelle « frontière politique » imaginer aujourd’hui pour construire un renouveau mobilisant les citoyens ?

Le bon vieux clivage droite/gauche de papa ? Il vole en éclats sur tous les sujets majeurs qui se posent à nous, jour après jour, qu’il s’agisse d’économie, des valeurs républicaines, de laïcité, etc.

L’engagement européen en opposant fédéralistes et partisans des Etats nation ? Dans le contexte, franchement, il n’y a plus de quoi construire un renouveau mobilisateur.

Les anciens et les modernes sur les sujets dits de société ? Foire d’empoigne garantie…

S’en remettre en politique au consommateur-roi et à sa zapette, reine de la démocratie sondagière ? Autant abdiquer toute ambition, et tout arrêter de suite en laissant opérer, gourmandes, les pestes totalitaires politiques et religieuses !

Alors ?

Et bien, pour contribuer au réveil collectif, l’ami Bruno nous propose une « Nouvelle frontière » dans le texte que DECODA publie ci-après et qui a le mérite incomparable de clarifier les champs. Lisez, aimez, détestez, commentez, critiquez, proposez vous aussi vos clefs possibles. Il reste un peu plus d’un an pour réfléchir à ce que nous voulons réellement en 2017. C’est à la fois peu et beaucoup !