I – Pourquoi ?

Dans cette rubrique on analysera les motifs qui conduisent à envisager un changement de République…

ou, au contraire, à ne pas en changer.

 

Le Pour…

La VI République, pourquoi ?

Depuis plusieurs années, tout est devenu absolument ingérable dans ce pays sans cohésion sociale véritable et suffisante. Nous ne semblons plus être qu’une collection d’individus, d’ensembles de consommateurs profitant, plus ou moins, du système, de communautés culturelles, cultuelles ou ethniques, et tout ça sans véritable Pacte républicain incontesté sur des valeurs communes. Aujourd’hui, quel citoyen irait se faire tuer pour ce pays et ses valeurs, ou mettre sa vie en danger pour les défendre en résistant à l’infamie ?

Les questions posées ci-après sur la nécessité de refonder le Pacte républicain sont si nombreuses et graves qu’elles font penser que l’on approche chaque jour, après presque soixante ans, du terme de la durée normale d’une république… et que la cinquième est très fatiguée.

Pas seulement au plan institutionnel, mais y compris pour les sommets de la classe politique usée qui habite ses institutions et qui est d’un cynisme effarant. Oubliant la vertu républicaine, ils ne doutent de rien, surtout pas de leur impunité.

Qui eut pu croire qu’un ancien président de la République allait s’attaquer à la justice pour se défendre alors que les instructions judiciaires l’impliquant se sont multipliées. Qui eut pu croire que le ministre du budget de JM Ayrault était un fraudeur fiscal, ainsi, plus récemment, qu’un secrétaire d’Etat.

Qui eut pu croire que l’UMP magouillait des dizaines de millions pour financer la campagne de Sarkozy, que le président du groupe parlementaire UMP prélevait sur les fonds (publics) de son groupe parlementaire pour prêter à l’UMP en faillite…

Après le Ni Ni de l’UMP empoisonnée par le duo Sarkozy/Buisson qui a mis à bas l’idée de front républicain contre le FN, voilà qu’un des principaux leaders de l’UMP, Fillon, annonce tout de go qu’en cas de dissolution de l’Assemblée, l’UMP, à la supposer victorieuse des élections qui suivraient, refuserait de gouverner en cohabitation avec le président élu. Quel mépris des institutions !

En outre, les institutions de la Vème république ne produisent plus un niveau suffisant de démocratie et la classe politique qui les occupe bloque toute évolution, outre son cynisme et, pour certains, leur absence de morale. On l’a vérifié sur le cumul des mandats, on l’a vérifié sur la réforme territoriale et sur beaucoup des reformes engagées.

Pour construire une VIème République, les sujets à traiter sont nombreux et fondamentaux : séparation effective des églises et de l’Etat, principes républicains imposés à tous les partis politiques qui entendent concourir à l’expression du suffrage universel et à ses financements, moralité de la vie politique, élection ou tirage au sort de nos représentants, vote facultatif ou obligatoire, mode de scrutin majoritaire ou proportionnel, degré de démocratie directe, réformes du régime politique (présidentiel ou parlementaire), indépendance de la justice, régime de responsabilité des médias, etc.

L’ampleur de ces sujets montre que le mot d’ordre se justifie désormais vu la déliquescence de notre société civile et politique qui rappelle les années 30, ou la fin de la IVème République : une nouvelle République, vite !

De plus en plus nombreux sont ceux qui y appellent, et je ne parle pas des charlatans, d’extrême droite ou gauche, mai de gens sérieux. Il s’agit de remettre un peu de rose aux joues de Marianne, trop tristement bleue marine, ces derniers temps. Bref, à quand le retour d’un peu de vertu républicaine ? On se prend à rêver, mais, il ne faut pas se faire d’illusion ça ne viendra pas tout seul.

Tout comme lors du passage de la IVème à la Vème République, c’est la soi-disant élite de toute une classe politique qui doit désormais évoluer ou dégager ! De nouvelles règles, de nouveaux comportements, de nouvelles têtes. Mais, pitié, on a déjà trop souffert, surtout pas celles des sinistres populistes, démagogues et incompétents de l’extrême droite. Il ne faut quand même pas ajouter la fange idéologique à la décrépitude morale et politique, ni remplacer le cynisme par le crétinisme.

Bref, on ne doute plus que notre régime politique qu’on savait mortel est désormais moribond quand on voit :

a) le niveau de la détestation des français vis-à-vis de leur classe politique, c’est à dire de leurs représentants, et une part croissante d’entre eux qui ne sait plus que chercher des boucs émissaires, de préférence basanés, et sur les haines les plus rances,

b) le niveau de blocage et de crispation des esprits dans ce pays qui fuit par tous les pores de son corps social, systématiquement et à chaque occasion, l’idée même de compromis,

c) les proportions prises par la crise financière et politique du grand parti républicain de droite qui témoigne du cynisme et de l’absence absolus de morale de ses dirigeants, et ne constitue pas une alternative satisfaisante,

d) l’insuffisance des résultats de la politique économique, pourtant réaliste, conduite par les partis de gauche au pouvoir,

e) le niveau de médiocrité et de bassesse des médias qui pourrissent littéralement l’opinion publique.

Quand on dit déliquescence… Il est temps de réagir si l’on aime la France et la République, leurs valeurs, leur image et leur rang dans le monde. Mais, il ne s’agit pas que de droit et de règles constitutionnelles, c’est d’un régime et d’une morale politiques au sens large dont il s’agit.

L’exercice de réflexion doit comprendre aussi le sociétal, l’économique et le social bien entendu. Comme en 1945 après l’immonde de Vichy qui a fait suite à la décrépitude morale de la fin de la troisième République. Mais aussi, comme en 1875, après le désastre de Sedan et de la Commune et comme en 1958 après la déliquescence politique de la IVème République, engluée notamment dans la guerre d’Algérie.

Mais c’est, en quelque sorte, aujourd’hui, encore plus grave dans un monde ouvert et dérégulé dans lequel les Etats ne peuvent plus être complètement maîtres chez eux et mettre en œuvre l’expression d’une volonté populaire[1]. L’exercice sera beaucoup plus difficile qu’en 1875, 1945 ou 1958.

On ne s’en tirera pas avec une petite toilette de chat de la Constitution actuelle comme ont pu le proposer certains hommes politiques.

Des toilettes de chat on en a d’ailleurs déjà fait vingt ou vingt cinq depuis 1958… Qui le sait, qui s’en souvient, qui en connaît même la portée ? Pas une énième toilette de chat donc, c’est à la douche qu’il faut aller !

Proposer une réforme de fond en comble, repartir sur de nouvelles bases, refonder notre République, rien de moins.

Faire un travail de construction d’un nouveau contrat social global qui portera les germes d’un véritable renouveau de notre démocratie politique, économique et sociale. Observez ce qui se passe, les appels en ce sens se multiplient depuis quelques semaines. Il y aura une opportunité à saisir pour 2017.

Les partisans du statu quo et ceux qui ne croient plus à rien, qui s’en contrefichent, ou entendent confier le redressement à la peste brunâtre, tant pis pour eux, qu’ils continuent avec leur conservatisme, leur cynisme blasé ou leur haine, on ne compte pas sur eux, ici, pour avancer.

Mais les autres, tous les autres, républicains de droite, du centre ou de gauche, il faut les réunir le plus largement possible sur un projet non clanique, un projet de progrès et qui replace l’humain au centre de tout. Un projet de démocratie renouvelée au plan national bien sûr mais qui porte aussi, et par cohérence, au sein de l’UE et à l’international, un projet de régulation qui ait pour objectif notamment de dépasser les dumpings fiscaux et sociaux, ainsi que la seule doxa de la concurrence libre et parfaite, car c’est bien là le cœur de notre problème.

Il est essentiel d’être cohérent entre ce que l’on propose en France et au delà de nos frontières. La France doit porter une parole de régulation par le doit et de justice sociale forte. Pas seulement un prêt à penser tout mâché de bon petit libéral qui s’en remet aux marchés. Elle doit agir en ce sens au delà de ses frontières dans l’enceinte européenne et internationale. Après avoir laissé à la droite certaines valeurs de la République, que la gauche ne soit pas assez bête pour laisser la valeur de justice sociale à l’extrême droite. Le projet de VIème République doit être un projet global. Il sera donc ouvert sur le monde et construit pour un monde ouvert. Les souverainistes égoïstes, chantres passéistes du repli sur soi ne s’y retrouveront pas.

Pour recueillir vos idées et vos propositions, ou vos réserves, je vous ouvre ma rubrique « Pour la VIème République ! » par vos commentaires sur ce que j’y écris, vos propositions de papier ou vos questions. J’ai créé à cet effet, une sous-rubrique « Contributions ». Allez y lancez vous adressez moi par mèl vos propositions je les publierai. Il faut jouer collectif.

Pour ce qui me concerne, j’alimenterai les diverses sous parties de la rubrique au fil du temps et, ce, au besoin, même en piquant des idées déjà émises surtout si elles sont bonnes.

Donc plus que jamais, vive la VIème République !

 

Note de bas de page

[1] Dans ce contexte, on n’entend pas assez d’ailleurs la voix de la France, et on ne voit pas ses initiatives, sur la nécessité de construire un autre ordre mondial que celui de la finance et de sa jungle bien dérégulée par nos bons voyous ultra-libéraux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s