Wanda DIEBOLT

Wanda DIEBOLT le 18 novembre 2014

(en réaction à l’article sur les principes fondamentaux)

Réforme de la Constitution:
J’approuve la méthode proposée, qui consiste à refondre le bloc de constitutionnalité, à en actualiser les principes avant de se lancer dans le mécano lui-même. C’est la seule bonne démarche, bravo!
Je suis également d’accord avec tout ce qui est proposé dans l’article, avec les nuances ci-après:
– « l’homme au centre de toute chose » est une vision anthropocentrée du monde, alors même que l’on propose très justement plus loin de reconnaître la sensibilité et les droits des autres êtres vivants. L’homme ne se sauvera pas tout seul, ni contre les autres espèces. Il manque dans les principes constitutionnels cités dans l’article tout ce qui se rapporte à l’environnement: l’homme est à la fois intégré dans, et responsable du milieu dans lequel il vit. Cette responsabilité et ses conséquences devraient figurer dans les principes constitutionnels.
– le « principe de vertu » des dirigeants me paraît une formulation de type moral, je préfèrerai le principe d’intégrité ou qq chose de ce genre; en tous cas un terme auquel on pourrait raccrocher un ensemble de mesures vitales pour la démocratie, comme les règles de non-cumul et de limitation des mandats dans le temps, ou encore des règles favorisant le retour à la vie civile des non réélus qui ne sont pas fonctionnaires. Le caractère trop uniforme de la représentation nationale, qui ne reflète pas la diversité de la population, est à corriger impérativement dans la VIème République.
– il manque la mention de l’Union européenne. Qu’on le veuille ou non, le destin de la France est maintenant arrimé à l’Union, et il ne faut pas confondre le principe avec l’usage que les hommes en font. Tout au contraire, c’est l’occasion ou jamais d’affirmer que la France se donne pour mission de participer à la construction d’une Europe sociale; mais je ne conçois pas qu’on fasse l’impasse sur cet élément majeur de notre présent et de notre avenir. L’UE sera ce que nous saurons en faire. Et le texte de la VIème est l’occasion de penser l’articulation entre nation et groupement supra-national (je n’ose parler de fédération).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s