Création du « DECOD’AC » !

Youpie : Une nouvelle rubrique dans DECODA :

Le DECOD’AC !

Allez dans le bandeau du blog, cliquer sur la rubrique, lisez, tout y est expliqué.

Et, à tout saigneur toute horreur, on inaugure cette rubrique par un premier post qui  plante le pauvre Fifi pour son pitoyable ralliement à l’abaissement de la minorité pénale de 18 à 16 ans. Soi-disant après un déjeuner avec Sarkozy selon les bavasseux bas de plafond de service… Comme si ça pouvait s’improviser entre le déjeuner et le meeting du soir même, consacré aux questions de sécurité et prévu depuis belle buvette.

Si vous ne voulez pas vous laisser enfumer  sur la question de la minorité pénale comme un neuneu de première, lisez le point fait sur le sujet par des gens compétents et sérieux qui vous expliquent la réalité des choses.

Ah le Fifi, s’il avait eu de vrais attachés parlementaires, ils auraient peut être pu lui expliquer…

C’est en document média joint et c’est nulle part ailleurs :

docdecodacminorite-penale

Fifi, t’inquiète pas les autres qui font dans le crade ou le petit on va pas se les louper non plus…

Et y a du monde, surtout avec la blonde !

Poster un commentaire

Classé dans Accueil

Un train peut en cacher un autre…

2F, après l’éthique, le droit…

On a dit, dans un billet précédent (« Le forcené tient toujours »), comme dans un réquisitoire implacable, tout le mal que l’on pouvait penser, au plan éthique, du comportement de 2F avec les fonds publics qui lui ont été alloués pendant une vingtaine d’années en tant que sénateur, puis député. On a dit aussi l’explication qui semblait s’imposer selon nous face au revirement des amis de 2F qui n’ont pas d’un coup, en une journée, été convaincus, comme par miracle, d’une innocence en fait moralement insoutenable.

On s’est même auto limité en n’abordant pas la question du conflit d’intérêt lié aux activités de conseil de 2F ou celle concernant  des détournements de fonds par des membres du parti « LR » au Sénat qui semblent aussi l’impliquer puisqu’il y aurait émargé pour d’autres sommes rondelettes. La barque était assez chargée, inutile d’en rajouter. Ses juges apprécieront le moment venu.

A propos de ça justement, au delà de l’éthique et de la tactique politique, sur le terrain juridique où en sommes nous et où allons nous dans cette affaire ? Franchement, on peut se poser la question.

Il ne vous a pas échappé que les arguties juridiques de la défense de 2F semblent encore plus imaginatives que celles de Sarkozy en son temps de double téléphone ou d’hyper facturation ! Il va nous falloir encore décoder grave…

Pour 2F, si l’on écoute ses « conseils », le Parquet qui enquête serait incompétent et le député, ou sénateur qu’il fut, n’aurait pas de compte à rendre pénalement de l’emploi des sommes que lui allouait son assemblée. Selon eux, on attenterait ainsi à la séparation des pouvoirs dans cette affaire et l’injustice serait au coin de la rue.

L’avocat n’est surtout pas juge, ni même parquetier, mais il arrive qu’il ait néanmoins raison au moins partiellement.

La défense de 2F soutient que le Parquet national financier (PNF) n’est pas le parquet compétent pour instruire cette affaire car le délit de détournement de fonds publics, sur lequel pourrait déboucher l’enquête et sur lequel le PNF est habilité à enquêter[1], ne peut être reproché à un député ou un sénateur. Et, en effet, les deux griefs semblent imparablement liés : si le délit de détournement de fonds publics ne concerne pas les titulaires de mandats électifs, le Parquet national financier, compétent pour ce type de délit en application de l’article 705 du code de procédure pénale, ne l’est pas dans l’affaire 2F. Simple, non ?[2]

Il aurait donc fallu enquêter sur des faits imputables à 2F sur le terrain non pas spécial de la délinquance financière et par le Parquet qui en est nationalement chargé, mais sur le terrain du droit commun et du délit d’abus de confiance par un parquet ordinaire, celui de Paris en l’occurrence[3].Pour ceux que cela intéresse, il ne s’agit pas d’arguties juridiques mais de contenu de la loi applicable. Et la loi et son respect, c’est ce qu’on appelle l’Etat de droit.

Aussi étrange que cela puisse paraître, notre code pénal comporte une « faille », fruit soit d’une malfaçon législative, soit d’une volonté expresse du législateur.

Le détournement de fonds publics, en quelque sorte forme aggravée de l’abus de confiance du droit commun, peut être reproché selon l’article L432-15 du code pénal aux dépositaires de l’autorité publique et aux personnes chargées de mission de service public, mais pas aux titulaires d’un mandat électif que cet article ne mentionne pas tout comme ne le fait pas non plus l’article L432-10 relatif à la concussion.

Et, ce, à la différence, d’ailleurs des articles qui concernent  la corruption (article L432-11) et  la prise illégale d’intérêt (article L432-12), délits pour lesquels la loi prévoit les trois catégories de personnes comme « clients » possibles (dépositaire de l’autorité publique, personnes chargées d’une mission de service public et titulaires d’un mandat électif).

Tous ces articles – Voir document média joint : dispositionscodepenal) se suivent dans le code pénal et sont issus de la même loi pour leur rédaction actuelle (loi du 6 décembre 2013). L’idée d’une malfaçon, sauf à vouloir blaguer, est parfaitement iconoclaste dans ces conditions.

Le législateur a donc épargné délibérément, pour le détournement de fonds publics comme pour la concussion[4], les titulaires d’un mandat électif. Dès lors qu’ils ne sont pas en même temps, par l’effet d’un cumul de mandats, dépositaires de l’autorité publique en tant par exemple qu’exécutif d’une collectivité territoriale, ils ne peuvent être poursuivis sur cette base. En clair, cela exclut au moins les députés et les sénateurs qui n’ont que ce seul mandat.

En conséquence, on ne peut poursuivre pour détournement de fonds publics un député ou un sénateur qui rétribuerait des emplois fictifs avec sa dotation. En revanche, on devrait pouvoir le faire pour abus de confiance en droit commun comme un citoyen ordinaire. Donc il semblerait que la défense de 2F soit exacte sur le plan du droit, même si pour l’instant il n’est accusé d’aucun délit en particulier le Parquet enquêtant sur des faits susceptibles de constituer telle ou telle infraction et pas sur une infraction elle même.

Alors pourquoi tout ça ? C’est là où ça se corse quand on décode.

Pourquoi d’abord, personne ne semble entendre la défense de 2F, qui est au moins en partie exacte comme on vient de le montrer. Là ça me parait assez simple: les benêts incompétents colonisent les plateaux de TV et les colonnes des journaux, c’est clair, on le sait tous et on n’y peut pas grand chose. En outre, la traque ouverte rend aveugle et la haine fait le reste. Les outils des jours heureux de la marine sont bien ainsi devant nous. Pas de doute.

Ensuite, et surtout, pourquoi enquêter sur 2F avec la perspective d’une incrimination qui n’est pas possible en droit pour un député ou un sénateur et le faire par un Parquet qui, pour ce même motif, n’est pas compétent ?

On jurerait que l’appareil judiciaire est allé chercher la perspective d’un délit qui relève d’une instruction par le Parquet national financier parce qu’on souhaitait que ce soit lui et pas le parquet ordinaire qui enquête. Mais pas de chance ledit délit ne sera pas applicable à un simple député ou sénateur. C’est quand même assez scotchant.

La réponse est dans la question. Sans doute que le parquet (ordinaire) de Paris n’offrait pas toutes les garanties qui étaient recherchées par l’appareil judiciaire dans une affaire pareille. Peut être même du seul fait de son responsable, François Molins, nommé à ce poste en 2011 par le duo Sarkozy/Fillon…

Et puis, au fond, l’appareil judiciaire considère sans nul doute que peu importe le parquet qui enquête ce sont les mêmes fonctionnaires et magistrats, tout aussi compétents, et leur rôle consiste à réunir des éléments d’information pas à juger, même d’une simple mise en examen.

Quoi qu’il en soit, il n’y a aucun doute que le Procureur de Paris, F. Molins, qui a prouvé, depuis sa nomination en 2011, son indépendance dans le dossier pénal de la campagne électorale de Sarkozy (affaire Bygmalion) et le Procureur responsable du Parquet national financier se sont parlé et ont décidé de concert d’agir ainsi. On ne l’imagine pas autrement. Bilan des courses, s’il apparaît in fine qu’il y a eu erreur sur la compétence du Parquet national financier, il y aura un retour à la case parquet ordinaire, et, comme on n’est pas aux USA, ce sera sans conséquence sur les actes accomplis.

En effet, même si ça peut un peu surprendre, la procédure n’est pas nulle pour autant car un parquet, quel qu’il soit, enquête sur des faits et réunis des éléments objectifs. Dès lors, les éléments d’information réunis par le Parquet incompétent seront transmis au parquet de Paris qui n’aura qu’à en tirer les conséquences qui s’imposeront. Une mise en examen ou même, en théorie au moins, un renvoi direct en correctionnelle[5]. François Molins ne se sera pas sali les mains dans la phase exploratoire de l’enquête.

L’enseignement à tirer de cette affaire sur le plan du droit est double :

D’une part,  le législateur en laissant hors du champ du délit de détournement de fonds publics (défini à l’article L432-15) les titulaires d’un mandat électif (députés et sénateurs) s’est fichu le doigt dans l’oeil jusqu’au coude en croyant qu’ils ne géraient pas de fonds publics.

C’était juste oublier leur enveloppe de fonds publics mensuelle destinée à leur permettre de rémunérer leurs assistants parlementaires. Il faut donc modifier d’urgence cet article[6]. L’affaire 2F montre bien qu’il n’y a pas de raison de les laisser de côté, bien au contraire.

D’autre part, il faudrait s’interroger sur les règles propres aux parquets en France.

De deux choses l’une, pour qu’il n’y ait aucune suspicion ou doute, soit on donne aux parquets et aux procureurs l’indépendance que la magistrature réclame depuis longtemps sans qu’aucun pouvoir politique ne donne suite[7], soit il sera nécessaire de prévoir une procédure permettant à la personne sur laquelle on enquête de faire respecter les règles de compétence des parquets qu’on ne saurait laisser jouer seuls et sans aucun contrôle juridictionnel avec les règles qui s’appliquent à eux. On aura moins ainsi l’impression d’une machine à broyer qui, ajoutée à la broyeuse médiatique, donne un sentiment qui devient franchement désagréable, pour ne pas dire détestable.

Si l’on progresse sur ces deux points, la lamentable affaire 2F n’aura pas été inutile au delà du sort du triste sire profiteur et de sa décrépitude morale, même s’il semble dire des choses parfois exactes en droit pour sa défense… Dites par lui elles sont inaudibles. C’est dommage pourtant. Il suffit que d’autres les reprennent. Mission accomplie.

Notes de bas de page

[1] A cet égard, l’ami Bruno, magistrat de son Etat, nous précise que contrairement à ce que colportent les médias et parfois les défenseurs de 2F « Le Parquet, qu’il soit de Paris ou le PNF, ne poursuit pas un individu, il ordonne une enquête préliminaire sur des faits, susceptibles d’être ultérieurement qualifiés de crime ou délit, enquête menée par la police. F. Fillon n’est donc, à ce stade, accusé d’aucun délit précis ; il ne le sera que si une information est ouverte devant un juge d’instruction, qui, alors seulement, procèdera à sa mise en examen, et lui reprochera, pour la première fois, d’avoir commis tel délit ou tel autre, qui pourra s’avérer différent de celui qui était soupçonné lors de la décision d’enquêter » ; on est bien sûr d’accord avec Bruno, on optera en effet pour tel délit (ou rien du tout) qu’à la fin de l’enquête et ce sera une autorité juridictionnelle qui le fera et dont la décision sera soumise à toutes les voies de recours souhaitables qui n’ont a priori pas à intervenir auparavant

[2] Comment contester que si le délit de détournement de fonds publics n’existe juridiquement pas pour un député ou pour un sénateur en application de la loi, ce délit ne peut être instruit contre 2F et d’autant par un Parquet spécifiquement constitué pour ce type de délit financier ?

[3] Voir également sur ce point : https://brunodondero.com/2017/02/10/defense-fillon-juridiquement-solide-mais-politiquement-erronee/ et merci à l’ami Didier de nous l’avoir signalé

[4] Ce qu’il n’a pas fait pour les autres délits, la corruption passive, le trafic d’influence et la prise illégale d’intérêt

[5] L’ami Bruno ne nous confiait-il pas d’ailleurs que « pour le PNF, s’il constate que les délits constitués ne relèvent pas de sa compétence spéciale, il se dessaisit au profit du Parquet de Paris, compétent territorialement, en lui transmettant la procédure d’enquête préliminaire et le Procureur Molins peut alors soit :

– classer sans suite en considérant qu’il n’y a pas d’infraction constituée mais aussi qu’il n’est pas opportun de poursuivre..

– ouvrir une information devant un juge d’instruction parisien non spécialisé (par exemple pour abus de confiance)

– citer directement devant le tribunal correctionnel de Paris F. Fillon et son épouse pour abus de confiance.

La dernière hypothèse est peu probable car là, il faudrait lever le régime d’inviolabilité parlementaire de F. Fillon au préalable, car il risque une peine de prison »

[6] Tout comme l’article L432-10 sur la concussion auquel on peut faire le même reproche quant à l’oubli des titulaires d’un mandat électif

[7] L’ami Bruno ne nous confiait-il pas : « Une proposition, réclamée par les magistrats depuis des dizaines d’années, permettrait de lever une partie des soupçons de partialité des Procureurs : qu’ils soient nommés directement par le Conseil Supérieur de la Magistrature ou au moins sur avis conforme de ce dernier, au lieu de l’être souverainement par le pouvoir exécutif.

Mais aucun parti politique au pouvoir, jusqu’à présent, n’a osé couper le cordon ombilical de reconnaissance qui lie ainsi certains procureurs à ceux qui les ont nommés à des postes de hiérarchie prestigieux et en avancement… »

Texte du billet en version « pdf »

2f-apres-la-morale-le-droit-vd

7 Commentaires

Classé dans Accueil

Le forcené tient toujours…

Parodiant un titre célèbre de Hara-Kiri (auguste ancêtre de CHARLIE),  DECODA se fait un petit plaisir que seuls les anciens auraient pu, sans explication, comprendre… Ce qui eût été franchement dommage !

Le forcené tient toujours…

Tiens, tiens ! Pourquoi donc ?

2F se maintient car il est innocent[1] et personne de son camp ne peut le dégommer car il n’y a pas de plan « B », autre que « Bérésina »… Tel est le discours qu’on nous tient depuis quelques jours et ceux de son camp, qui crachaient sur lui sans vergogne devant les caméras et les micros, se sont brusquement rangés derrière son panache qui n’est pourtant plus que blanc très sale.

Ca cache quelque chose… On se paie notre tête à bon compte et il faut décoder ça d’urgence.

Même si 2F bénéficie de la présomption d’innocence au plan pénal, au plan moral et de l’éthique il est débiteur d’une obligation d’irréprochabilité s’agissant de l’emploi de fonds publics par un élu et aucune innocence n’est présumée sur ce terrain en application des articles XIV et XV de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen[2]. Donc, la présomption d’innocence en matière de morale publique ou d’éthique, ça ne marche pas. Exit !

2F a répondu au « tribunal médiatique » qui, il est vrai, ne le lâche plus, dans une conférence de presse il y a quelques jours, mais il n’a pas pourtant pas invité les journalistes présents à se lever, alors c’était bien eux les accusés en même temps que le grand méchant Parquet national financier. Risible et pitoyable. Ce n’est pas qu’on n’aime pas le 2F, c’est juste qu’on a des billes qui donnent envie de vomir.

2F se moque des Français dont il sollicite les suffrages…

Ses explications sont foireuses, variables, erronées,  scandaleusement cyniques, comme nos confrères « Les Décodeurs du Monde » l’ont bien montré dans un document accablant pour la défense de 2F.

On le reproduit ici pour votre édification: il suffit de cliquer dessus comment-francois-fillon-ment-et-ment pour apprécier la défense de 2F à sa juste valeur morale.

2F n’est pas un idiot, il est profiteur et cynique. Il trouve normal de profiter comme il l’a fait et ne s’excuse que d’une « erreur ». Il ne propose pas de rembourser alors qu’il a capté au profit de membres de sa famille, et donc à son profit, les sommes mensuelles (presque 10 000 euros) que lui alloue le Parlement pour payer de véritables collaborateurs. En outre, il a capté aussi, s’il n’a pas restitué ces sommes versées sur un compte bancaire dédié, l’indemnité pour frais, d’environ 5000 euros par mois, destinée à financer notamment les frais d’une permanence dans la circonscription du député, alors qu’il n’a jamais eu de permanence dans la Sarthe, ailleurs qu’à son domicile personnel. Au total, triple culbute de son « salaire » de parlementaire fixé à environ 5000 euros. Il s’en excuse car les français n’ont pas compris, les pauvres ! Que ne rembourse t-il pas, ils comprendraient peut être mieux, non ?

Vous appelez ça comment, vous ?

Moi du même nom qu’un bénéficiaire d’alloc qui les touche pendant des décennies alors qu’il n’y a pas droit et qu’il le sait, ou qu’un gros richard qui planque son fric dans un paradis fiscal. Voleur, c’est ça ? Le seul problème c’est que les deux derniers nommés ne sont pas élus et ne briguent pas un mandat présidentiel. Ils ne sont pas assez gonflés pour ça.

Eh 2F ! Elles sont passées où les valeurs chrétiennes, amigo ? Charité bien ordonnée, commence par soi-même ? C’est ça ?

En outre, le « profiteur maximus » est aussi un beau dégueulasse puisqu’il s’en prend aux institutions et aux contre-pouvoirs qui lui demandent compte de sa gestion détestable. Comme si c’était eux les coupables, un comble lamentable. On dirait une vulgaire Le Pen, ou le vieux neuneu peroxydé, avec toujours en bandoulière un bouc émissaire à portée de main. Pas mieux qu’eux au fond, le 2F.

Zut alors, l’honnête homme, plutôt cohérent, que l’on avait cru déceler même si son programme était une horreur sociale; l’anti « bling bling », n’était qu’un vernis. Dessous ce n’était pas beau, mais on ne le voyait pas. C’est pas possible il a des danseuses…

Et ses avocats ? Comme ceux de Sarkozy avant eux, ils prétendent n’importe quoi pour gagner du temps allant même jusqu’à alléguer que « l’inviolabilité parlementaire[3] » dont bénéficie pleinement 2F est un obstacle aux pouvoirs d’enquête du parquet.

C’est en fait vouloir placer les parlementaires au dessus des lois que de refuser qu’un parquet puisse enquêter sur l’un d’entre eux car il ne s’agit, par une enquête en effet, que d’établir un éventuel crime ou délit. En revanche, s’agissant des poursuites susceptibles d’être engagées après enquête et de mesures privatives de liberté, une fois le délit ou crime établi, l’inviolabilité pourra être alléguée si le parlementaire le souhaite. Elle pourra être levée ensuite par l’assemblée dont il relève si elle en décide ainsi. Tel est notre droit et rien d’autre et là dessus, comme sur le reste, 2F et ses soudards mentent et mentent encore.

Alors, quel peut être le sens de tout cela puisque c’est énorme. On n’en voit qu’un, puisqu’on n’a pas affaire, a priori, à des imbéciles ou des neuneus. En fait, à droite ils jouent la montre et plutôt qu’un renoncement de 2F maintenant, ce qui n’ouvrirait aucune perspective à part une belle pagaille faute de candidat alternatif consensuel pour leurs gros barons, ils mettent, en forme de pari, deux fers alternatifs au feu, toute honte bue :

– 2F ne fait pas l’objet d’une mise en examen, ou d’un renvoi direct devant une juridiction correctionnelle, avant l’élection ; il peut tenter sa chance à la présidentielle, et advienne que pourra…

– 2F fait l’objet, avant l’élection, d’une mise en examen, ou d’un renvoi direct devant une juridiction correctionnelle et doit renoncer comme il l’a promis à un JT de 20H. Le tout est de savoir à quelle date !

Et donc il faut tenir, tenir et tenir encore… et ralentir la procédure pour qu’il y ait toutes les chances qu’une mise en examen, ou un renvoi direct en correctionnelle, ne tombent qu’après la mi-mars, date à partir de laquelle le Conseil constitutionnel peut reporter la présidentielle en application de l’article 7 de la Constitution dès lors qu’un candidat décède ou est empêché[4].

Ce qui permettrait ainsi à la droite d’organiser, dans le délai supplémentaire fournit par le Conseil constitutionnel, de nouvelles primaires de la droite et du centre[5].

C’est beau comme de l’antique, non ?

Seul le Parquet peut déjouer le stratagème en renvoyant 2F direct en correctionnelle avant la date fatidique (mi-mars) ou en confiant le dossier à un juge d’instruction qui le mettrait en examen avant cette même date. Dans cette hypothèse, il ne pourrait pas y avoir de report de l’élection décidée par le Conseil constitutionnel.

Le Parquet le fera t-il ? Franchement impossible à mon avis, compte tenu du retentissement politique et du piège à division qui s’ouvrirait ainsi pour la droite républicaine… Même dans ces colonnes, même s’ils sont consternants à droite, on ne le leur souhaite même pas… C’est dire.

Mais en attendant ce nouvel avatar, pour nous comme pour deux tiers des Français, Fillon ? Franchement ? Ras le fion….

 

Notes de bas de page

[1] Sur les faits reprochés qui deviennent sept pêchés capitaux voir : http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170210.OBS5167/7-scandales-qui-accablent-francois-fillon-decryptes.html#xtor=EPR-1-%5BObsActu8h%5D-20170211

[2] Article XV de la DDHC de 1789 « la société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration », mais aussi l’article XIV qui donne « à tout citoyen le droit de… suivre l’emploi de la contribution publique… »

[3] « Inviolabilité » et non « immunité » comme beaucoup d’ânes des médias le disent ; l’article 26 de la Constitution protège les opinions et les votes du parlementaire d’une «  immunité » très large (une irresponsabilité) ce qui est normal s’agissant de protéger l’exercice du débat démocratique des immiscions d’un juge ou des parties qui pourraient l’instrumentaliser ; en revanche pour tout acte qui ne se rattache pas à ses votes et opinions l’élu ne bénéficie que d’une inviolabilité qui protège le parlementaire, là vis-à-vis de l’exécutif, d’une arrestation ou autre mesure privative de liberté qui n’est possible qu’avec l’autorisation du bureau de l’assemblée dont il dépend ; en aucun cas l’immunité ou l’inviolabilité n’empêche une enquête préliminaire d’avoir lieu ; on n’a jamais vu ça !  

[4] L’idéal pour la droite étant que 2F soit empêché après que sa candidature ait été enregistrée officiellement car là le Conseil constitutionnel doit reporter l’élection, si c’est avant (et jusqu’à sept jours avant la date limite de dépôt des candidatures) il le peut aussi mais n’est pas obligé de le faire…

[5] On peut se demander si un renoncement volontaire d’un candidat mis en examen serait considéré par le Conseil constitutionnel comme un empêchement au sens de l’article 7 de la Constitution ; cet article 7 ne qualifie pas l’empêchement de « légitime » au sens de la jurisprudence habituelle de nos cours et tribunaux et on peut penser que le Conseil constitutionnel serait sensible au fait qu’une des grandes familles politiques ne peut rester sans candidat à l’élection majeure de notre régime politique, son candidat n’ayant pas renoncé par caprice mais s’étant considéré comme empêché par une décision d’une autorité juridictionnelle ; le Conseil constitutionnel fait du droit, du droit constitutionnel, mais il est aussi le gardien des institutions et le garant de leur bon fonctionnement ; en dehors de toute opinion partisane on ne pourrait que soutenir ici un décision de report prise par le CC s’il advenait que le candidat de la droite républicaine dusse se retirer du fait d’une mise en examen décidée par l’autorité judiciaire, ou d’un renvoi direct en correctionnelle ; quant à décider qu’une mise en examen n’est pas suffisante pour rendre « légitime » l’empêchement, on ne peut y souscrire compte tenu de l’évolution des pratiques politiques et notamment de la jurisprudence dite « Balladur » qui conduit à écarter ou à faire s’écarter de fonctions exécutives les ministres mis en examen ; comment en juger différemment pour un candidat président ?    

 

Texte du billet d’actu en fichier joint le-forcene-tient-toujours

2 Commentaires

Classé dans Accueil

Marianne publie notre nouvelle Tribune !

Lamentable double discours de la droite sur la protection de l’enfance…

Une nouvelle Tribune de votre serviteur, co-signée avec les amis Jean et Bruno, complétant utilement celle de Fatiha Boudjahlat, Secrétaire nationale du MRC, également publiée par Marianne il y a quelques jours, vient d’être publiée par ce magazine ce jour. On l’avait annoncé en « Dernières Minutes » dans le dernier DECODA.

http://www.marianne.net/agora-ecole-privee-lamentable-double-discours-droite-protection-enfance-100249877.html

Cette Tribune porte sur la récente décision du Conseil constitutionnel (26 janvier 2017) de déclarer non conforme à la constitution l’article 39 de la loi égalité et citoyenneté instaurant un régime d’autorisation d’ouverture pour les établissements d’enseignement privé au lieu de l’actuel régime déclaratif qui ne permet à l’autorité administrative de s’opposer à  l’ouverture que pour un motif tiré de l’hygiène ou des bonnes moeurs, des motifs vieillots datant de plus d’un siècle et ne correspondant plus aux enjeux de ce siècle.

L’objectif de la loi censurée était d’exercer un contrôle plus effectif et de moderniser les motifs pour lesquels une ouverture aurait pu être refusée en vérifiant la conformité des enseignements aux valeurs démocratiques et aux principes fondamentaux républicains, tel le principe d’égalité.

Saisi par des élus de droite (sénateurs et députés) le Conseil constitutionnel a préféré protéger la liberté d’enseignement plutôt que les droits de l’enfant et les valeurs et principes précités.  Ainsi du même coup il a donné satisfaction à l’enseignement catholique et à l’enseignement islamique, tous deux vent debout contre cette réforme.

Il faut que cela se sache et il faut  que cela se paie aux prochaines élections législatives pour les députés et sénateurs qui doivent être comptables de cette honte devant l’histoire.

Dans notre Tribune nous proposons les moyens juridiques de remédier à cette situation en se fondant sur les analyses et motifs retenus par la Cour européenne des droits de l’homme à propos de l’islam radical et de la charria, ainsi que sur la convention internationale sur les droits de l’enfance ratifiée par la France. En collant au droit et aux principes (pas comme Prump et Le Ten), on doit y arriver !

Les attardés mentaux qui considèrent que les enfants sont encore la chose de leurs parents et de leurs croyances doivent se réveiller.Ils sont 120 au Parlement…

Qu’on se le dise ! Et vérifiez dans la décision du Conseil constitutionnel que vous n’y trouvez pas le nom de votre député ou de votre sénateur… les 120 noms des auteurs de la saisine qui ont fait annuler cet article 39 sont mentionnés dans la décision du Conseil constitutionnel. Là, ils ne peuvent pas se planquer.

Si oui tirez en les conséquences ! Si non, à l’occasion, félicitez le !

Poster un commentaire

Classé dans Accueil

Guillaume Foucault étoilé 2017 !

Même DECODA en salive…

Le Michelin s’est réveillé en 2017 ! Hourra !

Il vient  de décerner sa 1ère étoile à Guillaume Foucault, restaurant le Pertica à Vendôme. Enfin, a t-on envie de dire !

On y a vu défiler tellement d’assiettes qui en valaient souvent deux qu’on commençait à désespérer de la sagacité de ce guide. Mais là ça y est, le grand talent d’un grand jeune chef est récompensé.

On en est juste très, très heureux et tous les amis et parents qu’on y a conduits comprendront de suite pourquoi. On invite les autres à s’y rendre dès que possible.

Quelques images de la cérémonie 2017 (le chef est au centre)

image-1

image

Bravo Guillaume, bravo Quy Fi, vive le Pertica,  et à très bientôt !

1 commentaire

Classé dans Accueil

DECODA(NA)GES n°53 – 10 février 2017

De dessous mon cocotier favori à l’Anse Mitan je ne vous oublie pas, ni ce foutu pays, ni cette foutue planète,  en ce début d’année électorale déterminante.

Des tas de neuneus de par le monde ont déjà débloqué à mort sur des mensonges en 2016. On n’est pas obligé de faire comme eux.  On va s’employer à donf dans ces colonnes pour l’empêcher à notre petit niveau. A vous aussi de diffuser et d’amplifier ! Ne me laissez pas tout seul au combat contre la bêtise et la haine…

Mais il faudrait aussi que nos politiques républicains, de gauche et de droite, se réveillent et se sortent les doigts d’où je pense pour apporter au peuple qui s’égare les bonnes réponses ! Fillon, le navrant à l’air navré de naissance, ne fait rien pour, au contraire. Il est juste consternant et ses soutiens avers lui, eux qui revirent leur casaque appelant au plan « b » un jour et au soutien indéfectible le lendemain. A cette heure le forcené tient toujours… Si ce n’était pas à pleurer ce serait à mourir de rire. mais j’arrête car je vais refaire un EDITO…

Donc un numéro 53 bien fourni, plein de sujets aussi divers qu’avariés, et en vous souhaitant une très  bonne lecture en une ou deux colonnes :

decodanages-n53-1c

decodanages-n53-2c

ou encore ci-dessous en texte intégral en accès direct sur le blog (seul endroit où vous pouvez avoir accès aux docs médias joints comme d’hab…)

 

SOMMAIRE

Edito 

Ma ligne… qu’est ce qu’elle a ma ligne ?

 

Thème du mois 

Ere « Post vérité » ? Ere des neuneus…

 

Les Brèv’vertes n°11 de Lucas

 

Dernière(s) minute(s) 

Lamentable, la droite complice des islamistes…

Fillon, créateur d’emploi

Revenu universel, être sérieux

Djihad judicaire, Stop !

La lutte contre le terrorisme, c’est du lourd

 

Les nouvelles des fronts bébêtes 

Sont toujours des nouvelles d’effroi

Décoloniser la philo ?

 

Chiffres clés

85, puis 8

 

Le crétin du mois

Laurent Wauquiez

Alfred Marie-Jeanne

 

La p’tite Biblio 

Marcel Gauchet

Boltanski et Esquerre

 

Texte intégral du n°53

En exergue, le lien du mois :

Quand la lumière vient aussi de la rabine http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20170113.OBS3806/je-­ choisis-­librement-­de-­me-­voiler-­les-­limites-­du-­feminisme-­religieux.html

 

Edito

Ma ligne… Qu’est ce qu’elle a ma ligne ?

La ligne politique que l’on défend ici, depuis le début, est la même, strictement la même. Il faut la rappeler dans ces temps de choix d’un avenir qui va tenir à nos bulletins de vote.

Une ligne progressiste qui passe tous les jours, sans faute, par « République », s’arrête à « Nation » et y musarde certes un peu, mais file dès qu’elle peut vers « Europe », notre horizon commun[1].

Car comment ne pas voir que la mondialisation est un fait déjà là, sous nos yeux, que les frontières n’arrêtent plus rien ou presque, si tant est qu’elles l’eussent jamais fait[2]. L’avenir humain est à l’échelle de la planète et non pas dans des confettis de pseudo puissances locales, au demeurant le plus souvent belliqueuses et à coup sûr seulement égoïstes. Pourquoi pas aussi, par nostalgie, revenir au tribalisme, ou aux féodalités ?

Non, que non, les protections pour l’homme et sa planète doivent s’élaborer et s’imposer au niveau universel et pas seulement dans un cadre national[3]. Pour que nos idées pèsent à un tel niveau, il nous faut une construction européenne intégrée. Soyons aussi intelligents que les intérêts financiers, que les marchés, que le monde numérique. Pensons à la bonne échelle. Les réponses ne doivent pas se situer derrière des barbelés, ou des lignes Maginot grotesques, dont la finance mondiale, les acteurs numérisés, comme les candidats à l’émigration contrainte, ou de convenance, ricanent « à qui mieux mieux ». Pauvres hères frontistes derrière vos barbelés et vos murs… regardez bien, ça passe de partout… Les capitaux, les services, les personnes et vous n’y pouvez rien !

Ma ligne politique ? Celle d’une France forte et juste qui montre à un monde encore dérégulé ce que sont la dignité sociale, les solidarités à préserver, ainsi que les principes et droits nouveaux à reconnaître à l’Homme et à la préservation du milieu dans lequel il vit[4]. A l’opposé, une France trumpisée, brexitée, lepénisée ou mélenchonisée, se replie et ne montre plus rien. Elle ne peut être la nôtre. On la laisse aux politiques neuneus qui affectionnent la France ainsi, mais au fond ne l’aiment pas.

Une ligne politique qui, sur le plan économique et social, passe par une économie de marché. Que ce soit bien clair car il n’y a pas de liberté politique sans liberté économique et sociale, mais une économie de marché régulée par un droit protecteur car elle ne doit pas être une jungle. Une ligne qui donne certes une place importante à la loi mais qui est aussi intelligemment décentralisée. Une ligne qui, en effet, donne toute leur place aux acteurs sociaux pour négocier eux mêmes, au plus près, sur certains sujets leur vie en entreprise : une ligne cédétiste, pas celle de la CGT, de FO ou de Hamon, les attardés scolaires, qui récusent toujours la loi du 8 août 2016 et ses droits nouveaux pour les travailleurs, droits individuels et collectifs[5].

Une ligne qui, sur les valeurs, ne participe pas à la béatification automatique de l’Autre, pour le plus grand profit de tous les prosélytismes culturel et religieux et alors même qu’on en sait certains de salement barbares, notamment pour la moitié féminine de l’Humanité. Au contraire, une ligne qui fait le choix fort et ferme de nos valeurs démocratiques et de nos principes fondamentaux et qui, les considérant comme les meilleurs pour le genre humain (ce qu’ils sont objectivement), les proposent, et au besoin les imposent, à ceux que nous accueillons. Condition de l’accueil : la loi de la République est au dessus de la loi religieuse qui est une affaire privée et les signes d’idéologies barbares ne sont pas admis en France. C’est simple, non ? Ce n’est même pas dit, tant beaucoup en doute ou n’osent pas le revendiquer par peur d’être taxés de racisme[6].

Générosité, ouverture et accueil conformément à nos engagements républicains et internationaux sur l’asile par exemple, mais dans une démarche d’intégration et pas de simple juxtaposition sans précepte, comme s’il n’y avait pas de valeurs locales autres que culpabilisantes. Foin du relativisme culturel vis-à-vis de ceux que nous accueillons. Relativisme à vomir, tant il est porteur de ce que la République exècre : le communautarisme qui, en quelque sorte de plein droit puisqu’on ne lui dit rien, peut ainsi défier nos valeurs et nos principes si l’envie lui en prend.

Il s’agit bien, soyons clair, de siffler la fermeture de l’auberge espagnole qui transforme les bistrots des quartiers en bistrot du bled, où les femmes sont interdites de séjour. C’est la condition pour que le peuple, qui sent bien les faiblesses et les rejette sans ménagement en s’engageant dans la marine, revienne par bataillons entiers de nouveau à la gauche. Une gauche non pas de bobos protégés, idiots utiles de l’islamisme, mais de républicains sincères, épris d’égalité et de toutes les solidarités les plus larges et universelles. Anti racistes, mais sans complaisance, ni faiblesse pour autant.

Cette ligne, personne ne la porte plus parmi les candidats, soyons lucide, depuis l’élimination de Manuel Valls. Même si tout ne collait pas dans son programme comme dans son action passée depuis 2012, il en était le plus proche. Mais les bobos de gauche aidés par les altermondialistes et les souverainistes mélenchoniens en ont décidé autrement en portant Hamon au pinacle primaire. Grand bien leur fasse. Déculottée prévisible pour Hamon après un grand écart (qui va lui déchiqueter le caleçon), vers les autres candidats éliminés à la primaire et Mélenchon…

Quant aux autres candidats aucun n’incarne cette ligne. La droite destructrice des solidarités et perchée sur ses valeurs chrétiennes ? N’en parlons même pas. Sur le programme économique et social Macron n’est qu’un libéral qui se veut progressiste. Une sorte de moindre mal ? Peut être, on verra avec son programme[7]. En outre, sur les valeurs républicaines, il lui reste à faire ses preuves et à se muscler même s’il semble en bonne voie[8]. On subodore pour l’instant un gentil bobo de plus, pas mieux. Il n’a qu’à nous lire, il comprendra sans doute. Tout lui a été passé, comme à Valls antérieurement[9].

On n’adhère, à ce stade donc, à aucun candidat dans cette campagne présidentielle, car notre ligne est orpheline d’un leader. On observera donc ce qui va se passer et, le moment venu, on avisera et on dira ce qu’on fait et pourquoi.

 

Thème du mois

Ere « Post vérité » ? Ere des neuneus…

Le Trexit et Brump qui gagnent sur des mensonges honteux manipulant l’opinion. Fillon qui joue au vertueux et au dur en 2016 pour gagner son camp. Hamon en 2017 qui invente l’Euromillion à 480 milliards par an pour tous. Comme si une babiole à un quart du PIB du pays, avant croissance et embellie bien sûr, était possible. Même Mélenchon récuse, c’est dire…

On est en plein dans l’ère « post vérité » en politique, comme si le volontarisme pouvait tout rendre possible. Il n’y a plus seulement le FN qui raconte n’importe quoi aux gens, il y a aussi maintenant une majorité au PS, une fronde à la place du cerveau. Mais la question du Revenu Universel est sérieuse et on aurait tort de la laisser aux seuls élucubrateurs[10].

Cette ère « post vérité » est celle de la mort généralisée des neurones lâchement assassinés par les médias qui ne peuvent régner que sur un désert intellectuel, tant leurs grands prêtres sont médiocres. DECODER en permanence devient donc une urgence absolue pour une démocratie proche des soins palliatifs si l’on n’y prend garde. DECODER par respect pour celles et ceux qui n’entendent pas se soumettre à cette situation ou subir sans rien dire.

DECODER, DECODER, DECODER ! Personne ne pourra l’empêcher. Et parler vrai. Le grand chef à plumes peroxydées vient d’interdire, tel un vulgaire Staline, aux collaborateurs des agences américaines de s’exprimer sur les réseaux sociaux. Dès fois qu’ils ne suivraient pas la vérité officielle du neuneu en chef, notamment sur le réchauffement climatique. USA, USA, USA ! La frontière de la science va bientôt s’arrêter à celle de ce pays….

Donc en réponse, DECODA, DECODA, DECODA et sur le réchauffement climatique qui n’existe pas bien sûr, LUCAS, LUCAS, LUCAS pour ses Brèv’vertes de salut public ! Les crétins même par millions n’y pourront rien. Les neuneus de première de l’ère « post vérité »[11] qui élisent Trump ou plébiscitent le Brexit, non plus. Pas davantage, les transis de l’émotion qui ne pensent plus que par leurs tripes, prouvant que leur 2ème cerveau est en fait le seul à leur disposition.

Mais, ne vous y trompez pas, DECODER aussi le bon bobo qui ne comprend rien aux malheurs réels du peuple qui se croit gaulois et, en même temps, compatit bras ouverts à tout le malheur de tout le reste de tout le monde, tranquille et sans souci, puisque c’est pas principalement dans son quartier que ça se passe.

Et y échapperont encore moins, les salauds de racistes qui sont habilement passés de la biologie au culturel pour habiller leur haine. Non plus, les pitoyables démagos qui servent la soupe, et fournissent même les gamelles emphytéotiques, aux crétins qui placent leur religion au dessus de nos libertés (en particulier les vôtres, lectrices chéries) pour, tous, mieux nous asservir.

Tous ces michetons, sans dec, ne nous empêcheront jamais de décoder ! On va continuer à ravager leur connerie, à défoncer leur bêtise, à ventiler façon puzzle, façon tonton Bernard !

Ils ne nous arrêteront, jamais. A l’heure de la post vérité et de l’émotion des ânes bâtés nous, ici, on poursuivra inlassablement. D’abord, sur les valeurs républicaines pour lesquelles on a toutes les billes, juridiques et autres, à quelques uns. Mais en économie aussi. Et là, on ne sera pas seuls non plus pour torcher les manip des idéologues de tous bords. Des experts sérieux se mobilisent face à la démagogie qui préside à une présidentielle et on va s’en servir[12].

On s’en servira pour mettre minables tous ceux qui enfument qu’il s’agisse de ceux qui veulent nous faire croire que le rasage est gratis ou de ceux qui veulent qu’il se fasse sans règle, au seul bon plaisir de ceux qui, tels des vampires, veulent toujours plus saigner pour toujours plus se gaver comme si, insatiables, l’explosion constante des inégalités ne leur suffisait jamais.

Et, ce mois de février 2017, on va commencer fort sur ce « parler vrai ». On va en effet commencer par rendre à Mohamed VI, roi du Maroc, commandeur des croyants musulmans, l’hommage qu’il mérite. S’il a fait socio à la fac en France le mec, il en a réchappé et le mal ne se voit même plus…

A la différence de nos benêts nationaux qui professent et ânonnent les mêmes niaiseries sur l’islam, la liberté individuelle de se voiler et même, tant qu’on y est, le féminisme qui s’y attache, la religion des opprimés, etc. etc. lui, il n’y va pas par quatre chemins, le Mohamed, il interdit la burqa au Maroc et ordonne la destruction de toutes les pièces en vente dans le pays.

Nickel chrome, on dirait qu’il applique à l’islam radical la loi française sur les signes ostensibles des idéologies barbares dont notre code pénal prohibe déjà le port (l’idéologie nazie ou toute idéologie ayant conduit à commettre des crimes contre l’humanité). Certains plus soucieux d’abstraction démocratique que de liberté concrète de la femme vont crier au tyran. Nous on en redemande. Une seule question : que le Commandeur des croyants ne l’a t-il pas fait pour le niqab[13] encore plus répandu au Maroc que la burqa (afghane) ? Dommage Mohamed, t’as raté une occase toute faite, but grand ouvert le gardien barbu aux plotes, de l’autre côté de la cage.

Certains, comme quelques pseudos libre penseurs bien fatigués[14], se gaussent de cet « oubli » et du motif de sécurité allégué pour interdire ce voile intégral au Maroc… Mais n’a t-on pas chez nous aussi interdit le voile islamique intégral au motif qu’il ne fallait pas, pour des raisons de sécurité,  pouvoir se dissimuler le visage dans l’espace public? Faudrait peut être en rire aussi ?

Soutenons donc plutôt Mohamed VI pour ce premier pas plutôt que de ricaner. Il ne s’est pas embarrassé de la horde de « Belphégor » de pacotille qui, vociférant, a protesté, coachée par des barbus furax… Il a raison Mohamed VI plus de cadeau à l’obscurantisme mais encore un effort Mohamed. Là, t’as pas fini le boulot.

Au Maroc comme en France, partout, faisons le clairement et complètement. Plus de masque, plus de faux semblants. On a montré dans le dernier numéro hors série de janvier qu’interdire les signes d’une idéologie barbare pouvait être conforme à nos principes fondamentaux et aux principes rappelés par la Cour européenne des droits de l’homme elle même[15].

Alors, on attend quoi ? Que la Marine s’en charge ? C’est vrai que si l’on n’a pour ça que Hamon, Macron, Mélenchon et même Fillon[16] (c’est drôle… la bande des « on » ?) … Les islamistes peuvent dormir tranquille… Putain de pays !

 

Les Brèv’vertes n°11 de Lucas[17]

Dans notre rubrique « Sauvons la planète ? » que son auteur, désespéré, a souhaité rebaptiser en « Dans ton cul, la planète ! », j’ai accepté…

Cette rubrique souhaite apporter de l’eau (ou ce qu’il en reste) au moulin des informations traitées en une ligne dans les bandeaux des chaînes continues. Comprendre les liens entre les mobilisations locales et les actions internationales, entre les idées géniales et les absurdités, entre les phénomènes climatiques isolés et l’avenir de la planète, tel est l’objectif de ces « brèv’vertes »[18].

  • Si vous n’aimez pas l’écologie, n’en dégoûtez pas les autres…

Période politiquement nauséabonde, ou « pré-sidentielle », ou « post-campagne », oblige, les premières averses de brêles nous tombent sur la tête, par Toutatis ! Tant qu’on y est, préparons-nous à défendre notre petit village peuplé d’irréductibles François ! Fions-nous à notre instinct primaire, sans se plaindre et sanglier à tue-tête ! Le ciel s’effondre-t-il ? Si seulement ce n’était que ça… Une chape de cons que ne saurait nous renier ce bon Donald. Détrumpez-vous cher lecteur, je ne vire pas ma cuti, comme Curie dit : « dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre ». Et l’on serait mal avisé de ne pas croire une jardinière de polonium et de radium ! A côté de cela, le donaldtrum (élément chimique non identifié) c’est de l’eau déminéralisée… Difficilement potable, mais on est bien obligé d’avaler, les couleuvres de la 5ème République ayant déjà bien creusé nos trachées. Maintenant, reprenez votre souffle et respirez….. Je ne veux pas perdre mes lecteurs pour une incompréhension de quelques degrés. On peut s’arrêter à 1,5 degrés de décodannes et de déconnades, je COP la poire en deux ! Le second degré est beaucoup trop loin et optimiste pour les valeureux défenseurs de la réflexion degré zéro.

Pourquoi alors croire en l’écologie ? Peut-être parce que ce n’est ni une croyance, ni une religion, ni une idéologie. Le logos est le discours, autrement dit la science, et l’oikos la maison, l’habitat. L’écologie est une science, et est même la plus proche de nous, puisqu’elle a pour objet les interactions entre les êtres vivants et leurs milieux. Même la sacro-sainte économie ne possède pas ce logos si particulier !

Dans ce cas, mettons à la poubelle la biologie, la théologie, la sociologie, l’archéologie, la psychologie et même l’étymologie ! Renier l’écologie et son discours, c’est renier la culture scientifique si longtemps inféodée aux croyances, et les maintenir dans le péril de la bêtise. Vous n’aimez pas la culture ? Essayer l’ignorance ! Où est la culture dans le discours politique et le show médiatique qui en est fait ?

Réjouissons-nous de la place centrale qu’a occupé la transition écologique dans les débats d’un côté des primaires, ou des primaires d’à côté, parce que ça a été le seul moyen d’introduire des revendications culturelles. Ces revendications culturelles sont des revendications « pour défendre la culture », et non pas « pour défendre des cultures », soyons vigilants avec les adjectifs employés. Il ne faut pas vouloir être qualificatif à la place du qualificatif ! C’est l’erreur commise pour la culture « populaire », la culture « de masse », la culture « générale », la culture « de la betterave », mettez-là à votre sauce. La Culture est, donc j’y suis; l’écologie est, donc je la suis. L’une comme l’autre ne sont pas des problèmes de bobos, cher BFM en Ruth, mais des nécessités pour l’humanité. Oh ! Quelle horreur ! Un humaniste ! Encore pire qu’un droit-de-l’hommiste !

Lorsque « écolo », « humaniste », « droit-de-l’hommiste » deviennent des insultes, on peut sincèrement s’inquiéter du niveau d’encrassement des esprits. Même Miss France, devenue Miss Univers, paraît plus crédible en étant fière de « représenter l’Univers ». Quel message de tolérance ! Même avec les petits hommes verts (pas ceux de Fukushima)… En parlant de tolérance et de dignité, plus de 500 000 citoyens descendent dans les rues de Roumanie et affrontent leurs représentants après un décret assouplissant les règles en matière de lutte contre la corruption, notamment desdits représentants. La France ? Pays des droits de l’Homme, de la Culture ? Que nenni, puisque « Je suis Pénélope »! Encore plus difficile à trouver à l’Assemblée Nationale que Charlie en 7 albums, mais plus prompte à piétiner les mémoires de maîtres dessinateurs. C’est trop facile de tirer sur une ambulance ? Heureusement, puisque c’est le seul moyen de conserver des ambulances, des services hospitaliers et des services publics pendant au moins encore cinq ans ! « Mais c’est pas si grave, ils le font tous… » Ah et bien ça va ! L’homme providentiel qui nous soulage de nos sacoches provisionnelles avant d’aller aux présidentielles, selon les plus sérieux prévisionnels, c’est culturel. La culture de la bêtise, et dans ton cul la planète !

On en profite pour dire un grand merci aux personnes qui ont courageusement et financièrement soutenu cette belle initiative, citoyenne et locale, de Récup Mobile. Une belle preuve d’engagement dans notre élan de changement ! A bientôt sur les routes !

« L’optimisme est dans l’action ! », fondateur des Brèv’vertes.

 

Dernières minutes…

 1) Lamentable, la droite sur la protection de l’enfance

Alors que la ministre de l’éducation nationale venait de faire voter au Parlement une disposition législative permettant de créer un régime d’autorisation d’ouverture des écoles privées afin de lutter plus efficacement contre les écoles religieuses intégristes et radicales, notamment coraniques qui se développent, 60 sénateurs de droite et 60 députés de droite ont saisi le Conseil constitutionnel contre cette disposition au motif qu’elle portait atteinte à la liberté de l’enseignement[19].

Admirable double langage de la droite qui prône sur les estrades la sévérité face au prosélytisme de l’islam radical et qui en sous main pour défendre soi-disant l’enseignement privé (catholique) fait annuler une disposition de salut public pour la protection de l’enfance face aux barbus. On en reste pantois.

Le Conseil constitutionnel a annulé cette disposition au motif que le texte de loi adopté ne précisait pas suffisamment les motifs ou critères sur lesquels une ouverture pourrait être refusée (voir la décision du Conseil constitutionnel en document média joint : ccautorisationecoles2016745dc2016745dc). Cette décision est très discutable et on la critiquera comme elle le mérite prochainement (voir notre Tribune adressée à Marianne en document média joint : tribune-sur-cc-26-01-17vdef). Mais que l’enseignement privé catholique, les islamistes et la droite, inénarrables associés sur ce coup, ne chantent pas trop victoire, ça va être très facile à réparer et on va même y travailler pour aider au besoin, si NVB, la ministre de l’éducation dont il faut saluer l’intention, n’est pas capable d’écrire une loi d’équerre constitutionnellement du premier coup.

Après tout c’était une de nos propositions pour l’école dans notre dossier publié en janvier dernier en numéro hors série consacré à l’islam radical. Alors, imaginez comme on est motivé !

 

2) Fillon, le créateur d’emplois qu’il vous faut !

On ne va pas ici, avec tous les médias, dézinguer l’ambulance, voire le corbillard, de François et Pénélope. D’autant que nous devons être à la hauteur de nos propres écrits sur la pseudo justice médiatique qui ne présente aucune des garanties que doit offrir un système judiciaire moderne[20].

Présomption d’innocence… Pénalement, on attendra donc que la justice passe pour en parler davantage. Mais au plan moral, quelle présomption d’innocence nous est opposable ? Aucune en démocratie bien au contraire (c’est à Fillon de rendre des comptes, article 15 de la DDHC de 1789[21]).

Nous nous bornons ici et à ce stade à précisément relever l’absence de toute morale chez les protagonistes de cette affaire lamentable où l’on s’échange les postes, les assistants, les centaines de milliers d’euros de fonds publics, voire même privés, pour s’assurer le revenu mensuel auquel on croit pouvoir prétendre… Ah les manoirs avec 14 chambres et autant de salles de bains, ah courses de bagnole, ça doit coûter un max !

Car, sans blague, de quoi, s’agit-il ? Fillon, élu national, touche, en sus de son indemnité mensuelle de député ou de sénateur, le montant réglementaire du Parlement pour rétribuer ses assistants parlementaires soit presque dix mille euros par mois. Normal, rien à dire sauf à remettre en cause ce dispositif, ce qui paraît nécessaire mais ce n’est pas notre sujet qui n’est aujourd’hui que celui d’un candidat bandit prêt à tout pour se faire un max de fric. Ce montant est versé sur son compte bancaire personnel[22] et le Fillon employeur en attribue une grosse partie à Pénélope, sa femme (travaille, travaille pas pour lui, on n’en sait rien… elle même dit que ce ne fut pas le cas).

Et on se demande comment ont été payées les charges sociales tant par les Fillon, pour la part de la salariée Pénélope qui était à leur charge, que par le Parlement qui dans ce système, acquitte la part employeur pour le compte de l’élu…. Aie, l’URSSAF risque en plus de s’en mêler, bordel !

« Qu’est-ce tu dis Béru ? » Travail fictif et en plus au black ! Vous appelez ça comment, vous ? Comme le dit le rédac chef du Canard déchaîné, le premier procureur des Fillon, c’est Pénélope qui a déclaré à de nombreuses reprises qu’elle n’avait rien à voir de près ou de loin avec les responsabilités de son mari et qu’elle n’avait jamais été son assistante. Un assistant parlementaire aurait-il dit ça de son député ou sénateur ?

Sans même entrer dans les questions pénales qui bénéficient de la présomption d’innocence, d’un point de vue moral on touche déjà au lamentable de chez lamentable si on y ajoute le cynisme de Fillon qui persiste à trouver tout cela normal, à incriminer la presse, le parquet, le pouvoir… Que sais-je encore ? Et à se présenter en victime d’un complot. Inconscient le mec.

Franchement. Il se moque de nous. La main sur le cœur, victime d’un complot étatique ? Comme Cahuzac sans doute ? On aura tout entendu.

 

3) Revenu universel : refuser la critique couillonne

Extraordinaire sujet de campagne électorale que celui-là, proposé par Benoit Hamon. Digne en effet d’un véritable choix de société et donc d’une élection présidentielle. On ne peut pas se plaindre d’un manque de vision de nos politiques et critiquer une telle proposition comme des tas de couillons l’on fait en se limitant à une analyse exclusivement comptable.

Le sujet est en effet d’abord philosophique : quelle société voulons nous ? Une société centrée sur le travail comme vecteur de réalisation et d’épanouissement ? Une société au contraire de l’homme libéré du trepalium ? On y reviendra car c’est un extraordinaire sujet, d’une profondeur sans égale mise à part peut être la question de l’écologie qui lui est d’ailleurs liée.

La question de la faisabilité est seconde, même si elle est aussi essentielle[23]. Mais ne la situons pas seulement au niveau des paquets de milliards à réunir : se pose surtout la question du niveau pertinent (Etat, Union européenne ?) pour s’engager dans une telle voie extrêmement coûteuse. C’est donc bien la question de la possibilité du revenu minimum dans un seul pays qui se pose de manière essentielle en matière de faisabilité.

Pour contribuer au débat et à la réflexion, DECODA vous fournit quelques billes ou fusées éclairantes. D’abord, la remarquable synthèse philosophique de Anne Chemin dans le Monde des Idées du 28 janvier dernier (Document média joint revenu-universel-anne-vhemin-le-monde-des-idees28012017). Ensuite, quelques bonnes analyses glanées sur le net chez Xerficanal (vidéo de Olivier Passet) ou davantage de vulgarisation proposée par l’Obs[24]. A suivre donc.

 

4) Djihad judiciaire

Il y a les méchants qui menacent de mort et font peur, qui passent même à l’action violente les armes à la main, et puis il y a ceux qui, mine de rien, les aident, de pseudo gentils qui mènent le combat judiciaire. Un combat sans relâche attaquant devant les tribunaux, sous couvert d’islamophobie, tout ce qui critique l’islam d’une manière ou d’une autre. Ces dernières années les exemples foisonnent depuis le procès fait à CHARLIE après les caricatures de Mahomet en 2006.

Sachez le bien, en droit français la critique des idées, et donc des religions, est sans limite car c’est cela la démocratie et le débat qu’elle suppose et permet. Les limites concernent les personnes, les individus, qu’il ne faut pas injurier, diffamer, dénigrer, ostraciser, discriminer, etc. Les personnes bénéficient d’une protection juridique contre les excès éventuels de leurs contradicteurs, pas leurs idées ou leurs croyances. Aucune protection ne peut empêcher leur critique, leur mise en débat. Jamais ! Pas ici. Pas chez nous.

Les fanas du djihad judiciaire voudraient que cela change, que l’on rétablisse le délit de blasphème par exemple, ou que l’on érige  leur fameuse « islamophobie » en une homologue de l’antisémitisme, pour protéger leurs idées, leur religion de merde de toute espèce de critique. Mais cela ne marche pas. Ils perdent régulièrement leurs mauvais procès mais ils persistent pour maintenir une pression constante car ils ne lâchent rien. Ils perdent mais ils continuent, cela fait partie de leur stratégie judiciaire. Et ils pourchassent sans cesse dans une sorte de traque devant les tribunaux les tenants de la liberté critique sur l’islam.

Il faudra s’interroger sur les moyens de limiter cette capacité de nuisance, sans porter atteinte à nos principes fondamentaux et au droit au recours qui est constitutionnellement garanti à tous. On le fera dans un prochain numéro. Mais déjà, plusieurs procès en cours nous révoltent ; mais à des degrés divers car, parfois, les propos de certains critiques des islamistes présentent des faiblesses[25]. Comme on l’a déjà dit il ne faut offrir aucun procès facile à ces gens là.

 

5) Lutte contre le terrorisme, la vraie…

La vraie parce que ce n’est pas celle des pseudos experts de plateau TV dont on parle ici. Non, on parle d’un truc, qui n’est pas pour eux, ni pour les neuneus du « yaka »[26], on parle d’un truc solide, du lourd, et qui appelle un effort intellectuel pour comprendre et juger autrement qu’au comptoir l’anisette à la main ou en salle de rédaction avec une coupe de champ en paluche…

Lisez donc la circulaire d’application de la loi du 3 juin 2016 contre le terrorisme prise par le garde des sceaux qui donne des instructions aux parquets et à nos forces de police, vous ne comprendrez peut être pas tout car c’est ardu, mais vous verrez ce que c’est qu’une politique pénale bien conduite et qui se veut efficace[27].   Vous la trouverez en document média joint : cir_41696 .

 

Les nouvelles des fronts bébêtes        

Sont toujours des nouvelles d’effroi…

Décoloniser la philo ?

Voilà ce que proposent sans rire certains entrepreneurs de la cause identitaire : ne plus enseigner les philosophes blancs, notamment des Lumières mais pas que, au motif du contexte colonial de leur pensée… Laurent Bouvet leur règle leur compte dans le Figaro, hélas ce qui ne touchera que peu de lecteurs de gauche et c’est dommage ! Mais lui au moins a tout compris[28]

Décoloniser d’abord la connerie, oui !

 

Chiffres clés                                            

Les chiffres qui tuent…

85 puis 8 !

On passe d’un très gros bus bien bourré, comme en Afrique, en Inde ou au Pérou, à un bon petit van rutilant intérieur cuir, ça roule pour eux !

Ils étaient quatre vingt cinq,

Il y a encore peu,

Ils ne sont plus que huit,

A détenir à eux seul,

L’équivalent de ce que possède une moitié de l’humanité…

On les étripe quand, Joseph[29] ? Franchement… et peut être pas que fiscalement !

 

Le crétin du mois                                          

Ce mois, deux pour le prix d’un : Laurent Wauquiez et Alfred Marie-Jeanne

1) A l’instar des plus sombres crétins, tels De Villiers ou Ménard, Wauquiez parade devant sa crèche à l’hôtel de région exploitant à mort un arrêt du Conseil d’Etat qu’on a dénoncé dans ces colonnes et dans celles de Marianne…[30]

Le pauvre Laurent W. ne comprend rien aux dangers du communautarisme, pareil au fond que Hamon, mais versus chrétien tradi. Caroline Fourest, qui elle a tout compris, résume tellement bien cette affaire et notre écœurement qu’on renvoie à la lecture de son billet paru dans Marianne et sur son blog[31].

2) Alfred Marie-Jeanne

Etre affublé comme patronyme d’un nom de bonbonne (je dis bien bonbonne) ça vous expose à des tracas, mais ici on est au dessus de ça et on s’en prend à ce couillon d’Alfred, le ci-devant président (indépendantiste) de la nouvelle Collectivité territoriale de Martinique (CTM), pour son incurie, rien d’autre. Juré.

Il a réussi en même temps à faire voter plus de cinq millions d’euros de crédits au budget 2017, ce qui est excellent, pour remettre en état le golf de l’Espérance aux Trois Ilets qui en a bien besoin (un des Joyaux golfiques de la Caraïbe, dû au célèbre archi Trent Jones, qui est en propriété publique et donc offre un accès démocratique aux populations locales et aux visiteurs), et à ne pas trouver quelques milliers d’euros pour entretenir les tondeuses publiques qui permettraient aux 12 jardiniers fonctionnaires de ce golf de ne plus se tourner les pouces depuis cinq mois. Bref, plus personne ne joue depuis juillet 2016, faute de tonte. La gestion publique ça cloche parfois mais, là, sous les cocotiers c’est de suite le pompon.

Ca ne pouvait pas rester non récompensé… surtout si celui qui décerne le titre mensuel dont il s’agit s’est fait gruger avec plusieurs centaines de pratiquants martiniquais, toute une école de golf pour les jeunes (dont beaucoup peu favorisés socialement) et quelques milliers de touristes…

Vive les élites locales indépendantistes ! Vive la décentralisation ! Vive le développement ! Cherchez l’intrus…

 

La p’tite Biblio                  

1) De Marcel Gauchet, dans sa série « L’avènement de la démocratie » le dernier et quatrième Tome, « Le nouveau Monde » dans lequel le philosophe réaffirme la puissance de séduction du modèle politique et social européen. Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines.

A l’heure où beaucoup glosent sur ses limites et rêvent de le détricoter dans une optique encore plus individualiste, voire de soumission à telle ou telle idéologie barbare, voilà une invite à relativiser de manière salutaire les points de vue déclinistes qui ne sont que des alibis pour défaire ce que partout en fait on admire et ce dont beaucoup rêvent.

La philosophie de la liberté issue des Lumières, le système politique démocratique, les droits et devoirs qui en découlent, toutes choses produites par l’Europe occidentale dans sa filiation à la Grèce antique, en son temps contre la Bible et la Torah ne l’oublions pas, et qu’aucune autre culture n’égale. Merci Marcel ! Même si on n’est pas toujours d’accord sur tout, là c’est « OK ».

2) De Boltanski et Esquerre

« Enrichissement : une critique de la marchandise » aux éditions Gallimard.

Dans la foulée du Capital au XXIème siècle de Thomas Piketty qui a établi la réalité d’une économie de rente et de ses méfaits encore à notre époque, les deux auteurs montrent, au delà des lieux communs frôlant la niaiserie sur l’économie numérisée et dématérialisée, le ressort d’une économie qui repose encore sur les objets, la marchandise, les choses du passé, dès que l’on parle des choses sérieuses… c’est à dire celles qui intéressent ceux qui profitent des rentes !

Industrie du luxe, tourisme haut de gamme, patrimoine, antiquités, art contemporain, gastronomie estampillée «authentique», immobilier d’exception… tous ces secteurs, loin d’être autonomes, fonctionnent de concert et font système, exploitant le même gisement, le passé.

C’est bien là le principal apport de l’ouvrage : avoir conceptualisé et nommé ce qui ne se dévoile pas, ce qui se cache derrière les apparences pour zozo mystifié. Car «l’économie de l’enrichissement» ne dit pas son nom, fonctionne en toute discrétion avec des dispositifs particuliers de valorisation des objets, selon le principe de la collection notamment. Dans «les Structures de la marchandise», partie analytique de leur essai, les deux sociologues retracent ainsi le chemin théorique, commercial et mathématique qui permet d’associer un objet à un prix.

Salutaire pour ne pas se laisser enfumer par les apparences, surtout numérisées, car leurs « Ferrari », elles, ne le sont pas.

3) A lire bientôt, de Pascal Bruckner « Un racisme imaginaire » à propos de l’islamophobie… On en rendra compte c’est sûr…

 

Notes de bas de page

[1] Comme ce n’est pas, sauf à faire du parisianisme, une évidence, ce sont des noms de station de métro ! Sur le fond, voir notre Tribune dans Marianne : http://www.marianne.net/agora-republique-europe-100246629.html

[2] Même au temps de la gestapo, les résistants se jouaient des frontières et faisaient les navettes qu’ils souhaitaient avec Londres et avec l’Espagne malgré un régime espagnol allié de Hitler…

[3] Voir notre Tribune dans Slate : http://www.slate.fr/story/95099/sixieme-republique

[4] Cf. article mentionné en note ci-dessus

[5] Un syndicalisme fort ne pourra se développer en France sur les bases qui sont celles défendues par la CGT,  FO et la gauche de la gauche car ce sont les bases qui ont marginalisé le syndicalisme français, tout en préservant la puissance de certains bastions syndicaux et de leurs apparatchiks au niveau des branches… Tout est dit…

[6] Il y en a encore quelques uns à gauche qui y voient clair, telle Elisabeth Badinter : voir http://www.marianne.net/elisabeth-badinter-partie-gauche-considere-que-laicite-est-quasiment-du-racisme-100249746.html

[7] A voir, on attend le programme plus précis pour mars et à ce stade on est encore dans le flou… http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170205.OBS4864/ce-que-contient-pour-l-instant-le-programme-assez-vague-de-macron.html

[8] http://www.marianne.net/macron-s-engueule-salafisme-habitant-quartier-sensible-100247176.html

[9] Et notamment notre dossier sur les questions que pose l’islam radical à notre Etat de droit : http://www.marianne.net/agora-les-4-principales-questions-que-pose-islam-radical-notre-etat-droit-100249137.htm

[10] On y revient en rubrique « Dernières minutes » pour un premier point

[11] Une fois n’est pas coutume, bravo à Libé pour le travail réalisé sur ces questions qui avilissent la démocratie:http://www.liberation.fr/debats/2016/11/27/le-fact-checking-impuissant-mais-necessaire_1531250;http://www.liberation.fr/debats/2016/12/22/la-guerre-de-l-info-est-declaree_1536966 ; http://www.liberation.fr/debats/2016/12/01/apres-la-verite_1532297

http://www.liberation.fr/debats/2017/01/24/post-verite-le-reel-en-porte-a-faux_1543795

[12] Tels notamment les travaux du CEPII[12], ou encore les analyses remarquables que produit Xerfi canal ou celles de certains grands économistes comme Joseph Stiglitz ; pour le CEPII, voir les déclarations de Anne-Laure Delatte, sa directrice-adjointe : « C’est le choix de plusieurs instituts français, dont celui auquel j’appartiens, qui entrent dans la campagne présidentielle juste armés des outils de l’analyse économique. Nous avons choisi d’éclairer les débats avec des chiffres et des résultats issus de la recherche académique. Le faire avec pédagogie et humilité. Rien que ça… CEPII : l’économie internationale en campagne http://www.cepii.fr /EIC/pages/post.asp?post_id=2 ; OFCE : Présidentielle 2017 https:// http://www.ofce.sciences-po.fr/pres_2017.php;France Stratégie : http://francestrategie1727.fr/ »

[13] https://www.lorientlejour.com/article/1028329/le-maroc-interdit-la-fabrication-et-la-vente-de-la-burqa.html

[14] Voir les inénarrables commentaires du père Poulet qui nous a habitué à mieux dans son  « Ramasse-Miettes » (http://www.libre-penseur-adlpf.com/2017/01/ramasse-miettes-n-42.html) qui m’ont amené à lui adresser quelques observations…

[15] Voir documents médias joints (etudecompletevd-islam-radical-quatre-questions-concretes-a-notre-etat-de-droitvd et synthesevd-les-quatre-questions-que-pose-lislam-radical-a-notre-etat-de-droitet le Numéro Hors Série de DECODA de janvier 2017

[16] Voir en « Dernières minutes » ci-après le point sur ce qu’a fait la droite comme cadeau aux islamistes

[17] N’oubliez pas : http://www.recupetgamelles.fr

[18] Visionnez https://www.youtube.com/embed/N2u6EDwumdQ il y a de l’espoir !

[19] Voir http://www.marianne.net/agora-ecoles-privees-60-senateurs-droite-enterrent-reforme-republicaine-vallaud-belkacem-100249600

[20] Voir notre article dans Slate http://www.slate.fr/story/105077/medias-proces-equitable

[21] Article 15 : « La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. »

[22] Compte solo ou compte joint ? On n’en sait rien. Si compte solo de FF, et qu’il n’a rien versé sur un compte ouvert au nom de PF, il ne l’a même pas payée sa salariée fictive ! Quoi qu’il en soit les enquêteurs trouveront, pas de souci : Fillon c’est super menteur sur tout, voir http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170131.OBS4664/francois-fillon-super-menteur.htm

[23] Et le sujet n’est pas binaire, philosophique ou comptable, on peut aussi s’interroger sur la manière de déconnecter de plus en plus travail et revenu sans s’empailler sur un sujet qui peut faire polémique (Victor…), car idéologique…

[24]http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-OPA-Le-revenu-universel-5763_3744367.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC180117;

http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-OPA-Tabou-de-campagne-les-non-dits-des-representations-du-travail-5831_3744417.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC010217

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/presidentielle-2017-primaire-gauche/20170118.OBS4005/que-repondre-a-votre-beau-frere-qui-est-contre-le-revenu-universel.html#xtor=EPR-3-[ObsDerMin]-20170119

ou encore l’analyse assez sérieuse de l’IFRAP fiche-ifrap-sur-revenu-universel

[25] Voir notamment http://www.marianne.net/islamophobie-proces-honteux-fait-georges-bensoussan-100249383.html; http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/01/19/31003-20170119ARTFIG00152-proces-bruckner-une-defaite-pour-les-collabos-de-l-islamisme.php; http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/12/19/31001-20161219ARTFIG00194-primaire-a-gauche-et-laicite-le-coup-de-gueule-de-celine-pina-contre-hamon-et-peillon.php

Voir aussi la véritable chasse à laquelle se livrent les islamistes contre Gilles Clavreul le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme depuis qu’il a, à juste titre, fustigé le sinistre double jeu du CCIF et des Indigènes de la République

[26] Vous avez noté les blacks zélandais ont leur « haka » et nous nos blancs gaulois ont leur « yaka »…

[27] http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2017/01/cir_41696.pdf

[28] http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/01/13/31003-20170113ARTFIG00340-decoloniser-la-philosophie-betise-et-totalitarisme-de-la-pensee-ont-encore-frappe.php

[29] Source : Joseph Stiglitz, prix Nobel, dans une interview récente

[30] http://www.marianne.net/agora-creches-noel-laicite-detricotage-loi-1905-continue-100248387.html

[31] https://carolinefourest.files.wordpress.com/2017/01/capture-d_c3a9cran-2017-01-25-c3a0-09-49-37.png

 

 

 

1 commentaire

Classé dans Accueil

Etonnez-moi, Benoit…

Billet post second tour des primaires d’un bout de la gauche archivé en sous rubrique « Billets d’Actu » dans la rubrique « Thème du mois »

2 Commentaires

Classé dans Accueil

Alors là, bonjour le caca !

Billet post premier tour des primaires d’un bout de la gauche, archivé en sous rubrique « Billets d’Actu » dans la rubrique « Thème du mois »

4 Commentaires

Classé dans Accueil

DECODA Hors série – Janvier 2017 « Islam radical et Etat de droit », enfin la compil !

Ce numéro Hors série de janvier 2017 est consultable en rubrique « Archives » sous rubrique « Numéros Hors série » . Il traite des quatre questions fondamentales que pose l’islam radical à notre Etat de droit.

 

Poster un commentaire

Classé dans Accueil

DECODA(NA)GES n°52 – 7 janvier 2017

Et voilà le premier DECODA de 2017

Daté du 7 janvier bien sûr, en mémoire des « Charlie » massacrés

Il y a deux ans déjà…

Numéro consultable en rubrique « Archives » sous rubrique « Numéros antérieurs » 

2 Commentaires

Classé dans Accueil